Liberté refusée à un accusé équipé pour commettre un meurtre

Le palais de justice de Québec... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le palais de justice de Québec

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Pistolet 9 mm chargé, pied de biche, pic de mineur, cagoule, jumelles, walkie-talkie; le jeune François Vannucci, 24 ans, a été arrêté à Québec avec «tout l'équipement pour commettre un meurtre», selon la poursuite. Il aurait déclaré aux policiers qu'il allait «péter» un trafiquant de drogue de Limoilou.

La nuit de l'arrestation, on a évité rien de moins qu'une catastrophe, a plaidé mardi matin le procureur de la Couronne Me François Godin, qui a réussi à convaincre la juge Hélène Bouillon de garder l'accusé en détention durant les procédures.

Vers 3h30 le 29 septembre, deux patrouilleurs de Québec ont aperçu un conducteur sur l'avenue de Norvège qui avait, selon eux, un comportement douteux. Il fouillait dans son coffre avant de revenir s'asseoir à la position du conducteur, sans démarrer.

En consultant leur banque de données, les policiers apprennent que le propriétaire du véhicule est un jeune homme de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Comme plusieurs vols par effraction ont été commis récemment dans le secteur, les agents s'approchent et demandent à l'automobiliste de s'identifier.

Très nerveux, François Vannucci sautille sur place et, selon les policiers, cache ses mains dans ses poches et donne des signes de vouloir fuir.

Les deux agents décident de l'agripper et, après une bousculade, parviennent à le menotter et à l'asseoir dans l'auto-patrouille.

Lorsqu'ils fouillent le véhicule du suspect, les policiers trouvent d'abord une balle de 9 mm, identique à celle qu'eux-mêmes utilisent, ainsi qu'une petite quantité de cannabis. Ils placent Vannucci en arrestation pour possession simple de cannabis.

En fouillant davantage, les policiers mettent la main sur deux walkies-talkies, un bâton de baseball, un pied de biche long de trois pieds, un pic de mineur et un gros sac contenant des vêtements noirs et des jumelles. Ils découvriront finalement d'autres vêtements foncés, une cagoule et un pistolet 9 mm Smith & Wesson chargé de six balles.

Les patrouilleurs arrêtent le jeune homme pour possession d'outils de cambriolage, entrave au travail des policiers et pour possession d'arme à utilisation restreinte.

Sur la route du poste de police, les agents discutent entre eux de la probabilité que leur suspect se préparait à commettre un cambriolage.

Le jeune Vannucci leur aurait alors répondu : «Hey, les gars, j'allais pas m'attaquer à des petites vieilles avec leur sacoche ni faire des dépanneurs! J'allais péter un esti de dealer de coke dans Limoilou!»

Selon la poursuite, le suspect aurait ensuite proposé 10 000 $ aux agents s'ils le laissaient partir. «Je vais splitter l'argent que je vais avoir», assurait-il.

François Vannucci, sans antécédent judiciaire, détenait un permis d'utilisation de cette arme à feu à autorisation restreinte. Il n'avait toutefois pas le permis pour la transporter autrement que du centre de tir à chez lui, à Saint-Jean-sur-Richelieu.

S'il est trouvé coupable, le jeune homme, qui travaillait comme technicien en communications, risque une peine minimale de trois ans seulement pour l'accusation relative à l'arme, a indiqué Me Godin.

L'avocat de défense du jeune homme, Me Charles Levasseur, proposait à la juge Hélène Bouillon de remettre son client en liberté afin qu'il puisse subir une thérapie fermée de cinq mois pour contrer un problème d'alcool, de drogue et d'agressivité. Les deux parents de Vannucci se portaient garants pour leur fils, avec qui ils n'ont que peu de contact depuis les dernières années.

«Oui, c'est spectaculaire ce qu'on a retrouvé dans le véhicule, convient Me Levasseur. Mais il y aura tout un débat constitutionnel à faire sur la fouille après une arrestation pour possession simple de cannabis et sur la détention pour fins d'enquête utilisée par les policiers.»

François Vannucci subira son enquête préliminaire le 11 décembre.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer