L'avis d'ébullition est levé

Les cols bleus se sont employés toute la... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Les cols bleus se sont employés toute la journée à pomper l'eau accumulée sur le boulevard Pierre-Bertrand et à laver la chaussée des sédiments.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Matthieu Boivin, Jean-François Néron
Le Soleil

(Québec) Vers 21h20, mercredi soir, la Ville de Québec a levé l'avis d'ébullition qui était en vigueur depuis mardi après-midi, à la suite du bris d'une importante conduite d'eau potable dans le secteur de Vanier.

La porte-parole de la Ville, Marjorie Potvin, a confirmé que les tests de qualité de l'eau effectués dans le réseau d'eau potable respectent les normes. Les quelque 250 000 citoyens qui étaient touchés par l'avis n'ont donc plus à faire bouillir l'eau avant de la boire. Cet avis d'ébullition est celui qui a touché le plus de gens depuis la création de la Ville de Québec, a ajouté Mme Potvin.

L'ordre de faire bouillir l'eau touchait tous les arrondissements, à l'exception de Beauport, Charlesbourg et Sainte-Foy-Sillery-Cap-Rouge, à l'ouest du boulevard Robert-Bourassa. Les résidents de Wendake et des municipalités de Saint-Gabriel-de-Valcartier et de L'Ancienne-Lorette devaient aussi respecter l'avis. La crainte était la possible apparition de contaminants à cause de la perte de pression subite du réseau.

Rouvert à la circulation

Le boulevard Pierre-Bertrand a également été rouvert à la circulation dans les deux directions à la hauteur du viaduc du chemin de fer, au cours de la soirée de mercredi. Deux voies vers le nord et une seule voie vers le sud étaient disponibles aux usagers de la route, au moment de mettre sous presse.

«On ne sait pas si la quatrième voie sera ouverte pour l'heure de pointe de jeudi [ce] matin, a signalé

Mme Potvin. Au moment où on se parle, il y avait encore du nettoyage à faire dans cette voie. Les automobilistes peuvent emprunter le boulevard Pierre-Bertrand pour se rendre au travail jeudi [ce] matin, s'ils ont à le faire.»

Les travaux de réparation de la conduite d'eau se poursuivront aujourd'hui et au cours des prochains jours. Mme Potvin n'était pas en mesure d'avancer une date à laquelle la tâche pourrait être terminée.

Les travailleurs ont commencé à s'affairer dès mercredi matin sur la conduite principale de 42 pouces construite au début des années 50. Elle passe sur un terrain à proximité du boulevard Pierre-Bertrand et de la rue Nolin.

«Elle est considérée comme une conduite moderne», a précisé un autre porte-parole de la Ville, David O'Brien, plus tôt au cours de la journée de mercredi. C'est la seconde fois depuis son installation qu'elle subit un bris. La première fois remonte à une dizaine d'années sur une portion située plus haut vers l'autoroute de la Capitale.

«Pour l'instant, on ne sait pas ce qui a pu causer le bris. La réparation est débutée et pourrait durer quelques jours», explique M. O'Brien. L'interconnexion entre les différentes sources d'eau de la Ville réalisée en 2010 a permis de compenser la perte de la conduite en connectant la partie du réseau affectée à celui de Sainte-Foy.

Les cols bleus félicités

Le maire de Québec, Régis Labeaume, a pour sa part salué le travail des employés de la Ville. «Je voudrais féliciter les cols bleus qui sont intervenus parce que vraiment, ils ont fait rapidement», a-t-il commenté en marge d'une activité à l'hôtel de ville mercredi midi. Heureusement, a dit le maire, ce genre d'incident arrive «assez rarement à Québec». Mais il rappelle du même souffle l'importance d'entretenir le réseau souterrain.

La conduite qui a éclaté mardi est de la même taille que celle actuellement remplacée sur Grande Allée. «Imaginez-vous s'il avait fallu qu'elle pète, ça aurait été très compliqué», a dit le maire, laissant entendre que même si le chantier occasionne des tracas en haute ville, il est nécessaire.

«Investir dans les infrastructures, c'est pas sexy mais il faut que ça se fasse», a-t-il ajouté. «On réalise aussi qu'un tuyau, c'est de la santé publique.»  Avec Valérie Gaudreau

Bris d'aqueduc

La ruée vers l'eau... embouteillée

L'avis d'ébullition d'eau qui a suivi le bris de la conduite d'eau à Vanier a créé une forte pression sur la demande d'eau embouteillée, notamment dans les hôpitaux et les écoles.

Le Centre hospitalier universitaire (CHU) de Québec a dû déployer des mesures importantes dans quatre de ses cinq hôpitaux visés par l'avis d'ébullition : Saint-Sacrement, Saint-François d'Assise, de l'Enfant-Jésus et L'Hôtel-Dieu.

«Ça peut arriver pour un hôpital, mais pour quatre sites, ça ajoute à la complexité, admet la porte-parole du CHU, Pascale St-Pierre. Nous avons fait des commandes supplémentaires d'eau embouteillée pour fournir les patients et le personnel de ces établissements. C'est une quantité quand même impressionnante», ajoute-t-elle. Les autorités médicales ont distribué 33 000 bouteilles d'eau, mercredi.

Aucune boisson chaude ou soupe habituellement préparée à L'Hôtel-Dieu ne pouvait être servie parce que l'eau était trouble. Comme le reste du service alimentaire est centralisé à Saint-François d'Assise, les patients ont reçu leur repas comme à l'habitude.

Par ailleurs, Mme St-Pierre indique qu'aucune chirurgie n'a dû être reportée. «Ça demande des ajustements, mais on est capable d'offrir les soins pour la journée.»

L'entreprise de distribution Mont Bel-Air, eau de source a bien senti les répercussions du bris. La demande dans les écoles ainsi que les épiciers et les dépanneurs de la région était forte. Le gérant d'épicerie du Super C de Limoilou, Patrick Major, a expliqué au Soleil que dès l'ouverture des portes, mercredi matin, les dirigeants d'école et d'entreprise se sont rués sur les bouteilles d'eau. En l'espace de quelques heures, il dit avoir vendu environ 240 paquets de 32 bouteilles.

«La consigne a été envoyée ce matin aux directions d'école et de centres de condamner les abreuvoirs et de se procurer des bouteilles d'eau au besoin, notamment pour les services de garde et pour les cours d'éducation physique», a laissé savoir Marie-Élaine Dion, porte-parole de la commission scolaire de la Capitale.

Avec Daphnée Dion-Viens

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer