Le tireur n'était pas sur la liste des 93 personnes à risque élevé

Michael Zehaf Bibeau, qui a été abattu après... (PHOTO LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Michael Zehaf Bibeau, qui a été abattu après avoir mortellement atteint le caporal Nathan Cirillo au Cénotaphe, était en possession d'une carabine.

PHOTO LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Pierre Saint-Arnaud, Lina Dib
Le Soleil

(Ottawa) L'auteur de la fusillade de mercredi à Ottawa, Michael Zehaf Bibeau, n'était pas sur la liste des 93 personnes jugées à risque élevé et surveillées par la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

En conférence de presse, jeudi à Ottawa, le commissaire de la GRC, Bob Paulson, a dit croire que Michael Zehaf Bibeau était «quelqu'un de désillusionné qui nourrissait probablement des croyances extrémistes».

Bien que l'on n'ait pas encore déterminé de manière définitive les motifs du geste posé par ce dernier, le commissaire Paulson a précisé qu'il était «clairement relié à sa radicalisation». De plus, il avait maille à partir avec les autorités fédérales pour l'obtention d'un passeport qu'il voulait utiliser pour se rendre en Syrie.

«Ses motifs pour l'attaque ne sont pas complètement clairs, mais le passeport est au centre de ces motifs», a indiqué le commissaire Paulson.

Il a précisé qu'on n'avait pas refusé la demande ou retiré un passeport existant mais que cette demande avait mené au déclenchement d'une enquête qui était toujours en cours au moment de la fusillade.

«Nous étions conscients qu'il voulait obtenir un passeport, a-t-il ajouté. Nous n'avions pas de renseignement à ce moment qu'il pouvait représenter quelque risque pour la sécurité nationale.»

Par ailleurs, le commissaire Paulson a souligné qu'aucun lien n'avait pu être établi entre Zehaf Bibeau et Martin Couture-Rouleau, celui qui avait lancé sa voiture, lundi, contre trois personnes à Saint-Jean-sur-Richelieu, tuant un autre militaire.

Tout au plus, les policiers ont-ils pu apprendre qu'il aurait eu une association avec une personne connue de leurs services, mais cette information n'était pas confirmée.

Michael Zehaf Bibeau, qui a été abattu après avoir mortellement atteint le caporal Nathan Cirillo au Cénotaphe, était en possession d'une carabine et les policiers entendent retracer la chaîne de possession de l'arme puisqu'il lui était interdit de posséder des armes en raison de ses condamnations préalables pour des infractions criminelles liées, notamment, aux stupéfiants.

Bandes vidéo

Les policiers ont montré des bandes vidéo où l'on peut voir certaines portions des tragiques événements de mercredi, notamment l'arrivée du tireur sur la rue Wellington devant la Colline parlementaire, où il a abandonné sa voiture et en est sorti avec un carabine.

Par la suite, on a pu voir Zehaf Bibeau prendre possession d'une voiture de ministre sous la menace de son arme et s'en servir pour se rendre à l'entrée du bloc parlementaire.

Il n'a fallu, en tout, qu'une minute et 20 secondes au tireur pour laisser sa voiture, faire feu et atteindre de deux balles le caporal Cirillo, détourner la voiture ministérielle et se rendre à l'entrée du Bloc C de l'édifice parlementaire.

Les images montrent également que les policiers ont réagi très rapidement puisque deux autopatrouilles étaient déjà derrière lui à son entrée au Bloc C et ont eu un premier échange de coups de feu avec le suspect.

Cependant, le commissaire Paulson a indiqué que les bandes vidéo seraient très utiles pour resserrer les points faibles potentiels du système de sécurité sur la colline parlementaire.

«La vidéo nous aide à comprendre les vulnérabilités au parlement. (...) La vidéo va nous aider à faire l'évaluation de notre présence au parlement et les mesures que l'on devrait prendre pour rendre le parlement sécuritaire», a-t-il dit.

À ce sujet, M. Paulson a également précisé que la sécurité autour du premier ministre Stephen Harper serait considérablement rehaussée et que des policiers de la GRC seraient à ses côtés 24 heures sur 24. Il a de plus indiqué que la GRC se pencherait à très court terme sur la possibilité de créer une équipe de réaction rapide pour le périmètre parlementaire.

Prenant place aux côtés du commissaire fédéral, le chef du service de police d'Ottawa, Charles Bordeleau, a expliqué que la confusion avait régné durant de longues heures quant au nombre de tireurs présents sur la colline en raison d'informations contradictoire provenant de sources multiples. Ainsi, les policiers se sont fait dire qu'il y avait eu des coups de feu dans certaines salles précises du parlement, qu'un individu armé avait été aperçu sur un toit et ainsi de suite.

«Il nous fallait présumer qu'il y avait plus qu'un seul responsable lors de cet attentat et jusqu'à ce que nous puissions éliminer ces hypothèses, il nous fallait maintenir ce périmètre de sécurité qui englobait des parties du centre-ville», a fait valoir le chef Bordeleau.

Quant à savoir si la GRC allait intensifier la surveillance des 93 personnes sur la liste des individus à risque élevé, voire même les appréhender, le commissaire Paulson est demeuré prudent.

«Il y a plusieurs niveaux de menace avec chacun des individus. (...) Si la menace est élevée, si la menace est vraie, on fait de la surveillance, on fait des arrestations. Nous n'avons pas fait d'arrestations aujourd'hui et nous n'avons pas l'intention de faire des arrestations présentement. Si les preuves sont présentes, si l'évidence se présente, nous ferons des arrestations.»

Le chef Bordeleau s'est toutefois demandé si l'occasion n'était pas propice pour réclamer de meilleurs outils d'intervention préventive auprès des individus qui sont dans le processus de radicalisation, une réalité qui préoccupe au plus haut point les policiers.

«D'après moi, c'est la menace du phénomène de radicalisation, c'est ça qui nous inquiète», a reconnu Bob Paulson.

Un toxicomane frustré

Les personnes qui ont fréquenté le tireur du parlement d'Ottawa dans ses derniers jours ont indiqué qu'il était frustré de ne pas avoir obtenu de passeport et qu'il combattait une dépendance à la drogue.

Norman LeBlanc, un ancien camionneur âgé de 60 ans qui fréquentait un refuge du centre-ville d'Ottawa où Michael Zehaf Bibeau a passé ses dernières nuits, a raconté qu'il avait rendu tellement furieux certains hommes du refuge qu'une bataille avait presque éclaté récemment.

M. LeBlanc a dit que Zehaf Bibeau s'était lancé dans une tirade afin d'exprimer à quel point il détestait le Canada et de dire combien il était furieux d'avoir été incapable d'obtenir un passeport pour quitter le pays.

Il a ajouté que sa colère avait presque poussé d'autres hommes du refuge à amener Zehaf Bibeau à l'extérieur afin de le battre.

D'autres hommes du refuge ont raconté que la police s'était présentée dans l'édifice mercredi après la fusillade afin de récupérer un sac en toile dans le casier de Zehaf Bibeau. Le sac était si lourd que deux personnes ont dû s'y mettre pour le transporter à l'extérieur.

Zehaf Bibeau, qui avait déclaré être parti de Vancouver pour se rendre à Ottawa afin d'obtenir un passeport, priait souvent avec deux hommes d'origine somalienne au refuge devant une fenêtre qui donne vers l'est, conformément à la religion musulmane.

Un des deux Somaliens, Abdel Kareen Abubakrr, a réfuté la théorie selon laquelle la religion avait joué un rôle dans le geste de son nouvel ami.

M. Abubakrr a déclaré que Zehaf Bibeau était un toxicomane qui souhaitait quitter le Canada afin de subir des traitements - mais qu'il avait fait une rechute dans les jours précédant la fusillade.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer