Labeaume offre ses condoléances aux proches du soldat tué

Mercredi, le maire de Québec Régis Labeaume n'avait... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Mercredi, le maire de Québec Régis Labeaume n'avait pas voulu s'exprimer sur la tragédie qui se jouait à Ottawa ni sur les mesures de sécurité renforcées autour de l'hôtel de ville.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Martin
Le Soleil

(Québec) Régis Labeaume a offert ce matin ses condoléances aux proches et à la famille du soldat Nathan Cirillo, abattu mercredi lors de l'attentat survenu sur la colline parlementaire à Ottawa. Le maire s'est exprimé par communiqué.

La Ville de Québec a mis son drapeau en berne, au lendemain de la fusillade au Parlement canadien. «Je tiens à offrir mes condoléances aux proches et à la famille du soldat décédé au cénotaphe. Par le fait même, je témoigne de ma gratitude à l'égard des personnes qui, chaque jour, mettent leur vie en danger au service de leur pays et de leurs concitoyens. À l'instar des premiers ministres Harper et Couillard, je suis convaincu que nous ne laisserons pas de tels actes porter atteinte à la démocratie dans laquelle nous vivons», écrit M. Labeaume dans le communiqué publié ce matin.

Mercredi, le maire de Québec n'avait pas voulu s'exprimer sur la tragédie qui se jouait à Ottawa ni sur les mesures de sécurité renforcées autour de l'hôtel de ville. Il était parti pour Montréal en lançant simplement aux journalistes : «J'en ai assez dit hier [mardi]».

La veille, il s'était dit inquiet pour sa sécurité, dans la foulée de l'événement tragique survenu à Saint-Jean-sur-Richelieu, où un militaire a été tué par un jeune converti à l'islam.

Le chef de l'opposition officielle, Paul Shoiry, avait déploré le silence du maire et sa décision de ne pas annuler son déplacement. «C'est le rôle d'un maire d'être sur place, de rencontrer les médias et de rassurer la population», avait-il plaidé.

Le drapeau de Lévis est en berne jeudi.... (Photo fournie par la Ville de Lévis) - image 2.0

Agrandir

Le drapeau de Lévis est en berne jeudi.

Photo fournie par la Ville de Lévis

Drapeau en berne à Lévis

Le drapeau qui flotte devant l'hôtel de ville de Lévis est lui aussi en berne, après le «terrible et triste événement» survenu à Ottawa.

Mercredi, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, avait exprimé sa grande tristesse après la fusillade. «On remet en question des symboles qui représentent l'élément fondamental de notre démocratie. C'est assez effrayant quand on y pense», avait-il déclaré.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer