Agression à l'arme blanche dans Sainte-Foy

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre-Olivier Fortin
Le Soleil

(Québec) «Ça vargeait dans les murs. Ça gueulait, mais pas du gueulage normal. Je me suis réveillé et j'ai monté.» Il y avait beaucoup de sang dans la chambre. Thomas Valentine y a trouvé son ami qui venait d'être poignardé de plusieurs coups de couteau au bras et à l'abdomen. Il a entamé les premiers soins en attendant l'ambulance.

La victime, un homme de 24 ans, a... (Collaboration spéciale Steve Jolicoeur) - image 1.0

Agrandir

La victime, un homme de 24 ans, a été conduite à l'hôpital, mais ses blessures ne laissent pas craindre pour sa vie.

Collaboration spéciale Steve Jolicoeur

Malgré la violence de l'agression dont il a été victime, le jeune homme de 24 ans va s'en tirer. La plupart des blessures étaient superficielles, mais un coup de couteau lui aurait perforé un poumon. «Ça aurait pu être plus grave s'il n'avait pas eu les premiers soins», souligne M. Valentine, qui raconte l'histoire de cette nuit mouvementée avec calme et humilité.

Les policiers de Québec confirment qu'une agression à l'arme blanche s'est produite vers 1h45 dans la nuit de mercredi à jeudi, dans la maison de chambres située au 851, route de l'Église, dans Sainte-Foy. Les policiers interviennent souvent à cette adresse, selon des voisins, notamment pour du bruit et des histoires de drogue. L'unité des crimes majeurs enquête sur cette agression. Des enquêteurs rencontraient d'ailleurs des témoins lors du passage du Soleil sur les lieux.

En fait, les policiers s'y sont présentés deux fois. D'abord, après qu'une voiture eut fait une embardée tout près de l'immeuble en question, à l'angle de la rue Toussaint-Dussault, vers 23h30. Le bruit a réveillé plusieurs voisins. Selon des témoins, deux individus se seraient réfugiés dans la maison de chambres à la suite de cet accident. Les policiers se sont rendus sur place avec le maître-chien.

À partir de ce moment et jusqu'à l'incident, des résidents de l'immeuble ont parlé de «vacarme» qui se dégageait de la chambre voisine de la victime, à l'étage.

Un groupe d'individus?

Selon M. Valentine, l'agression aurait été commise par un petit groupe d'individus, au seuil de la porte de la chambre de la victime. Des traces de sang étaient d'ailleurs clairement visibles lors du passage du Soleil. «Je les ai entendus crisser le camp à la course», dit-il en parlant de ceux qu'il croit être les agresseurs. Les policiers sont arrivés peu après qu'il eut commencé les premiers soins. La victime était sur l'adrénaline. «Il n'arrêtait pas de demander s'il allait mourir.»

La porte-parole du Service de police de Québec Christine Lebrasseur n'était pas en mesure de dire si un ou des suspects étaient en vue ou encore avaient été arrêtés à la suite de l'agression. Le lien, s'il en existe un, entre l'accident de voiture et l'agression, n'est pas clair. On ignore aussi si les agresseurs et la victime se connaissaient.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer