La Pocatière: l'ancien Hôtel Sainte-Anne détruit par un incendie suspect

Le maire de La Pocatière, Sylvain Hudon, rappelle... (Photo courtoisie)

Agrandir

Le maire de La Pocatière, Sylvain Hudon, rappelle qu'à une certaine époque, tous les cégépiens se donnaient rendez-vous au bar de l'Hôtel Sainte-Anne.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

François-Olivier Roberge
Le Soleil

(Québec) Un pan de l'histoire de La Pocatière est parti en fumée, dans la nuit de dimanche à lundi, alors que le bâtiment connu sous le nom de l'ancien Hôtel Sainte-Anne, abritant le restaurant Pizza-Bouffe et une animalerie, a été anéanti par les flammes.

En début d'après-midi, la porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ) Nathalie Girard a indiqué que l'incendie est d'origine suspecte, qu'une enquête était en cours et qu'un technicien en scène d'incendie serait dépêché sur les lieux au courant de la journée.

Le maire de la municipalité, Sylvain Hudon, a indiqué au Soleil, en entrevue téléphonique, que tous les animaux qui se trouvaient dans l'animalerie ont péri dans l'incendie, mais qu'aucune personne n'a été blessée. Des propos confirmés plus tard par la SQ.

«C'est une grosse perte pour la ville. Un lieu mythique. J'y suis allé cette nuit et ce matin et tout le monde qui s'y trouvait avait une histoire à raconter, a indiqué le maire. Les gens parlaient surtout de l'ancien hôtel comme d'un lieu de rencontre.»

M. Hudon rappelle qu'à une certaine époque, tous les cégépiens se donnaient rendez-vous au bar de l'hôtel. Depuis une vingtaine d'années, c'est le Pizza-Bouffe qui tenait lieu de point de rencontre dans ce secteur névralgique de la 1re Rue Poiré.

«C'est triste aussi parce que les propriétaires du restaurant engageaient des étudiants», a également  souligné le maire en parlant de plusieurs pertes d'emplois.

Presque complètement ravagée par le feu qui s'est déclaré vers 4h, la portion de la bâtisse où se trouvait le restaurant a été mise à terre, lundi, avec l'aide d'une pelle mécanique, et la section de l'animalerie «très, très, très» endommagée par les flammes, toujours selon M. Hudon, devait possiblement subir le même sort. 

Lynda Hains, dont la tante, Bibiane Chenard, a été propriétaire de l'Hôtel Sainte-Anne, il y a un peu plus d'une quarantaine d'années, a parlé de ce qui était un «lieu d'ancrage» pour la population de La Pocatière. 

«J'avais une dizaine d'années et je me rappelle que tous les gens finissaient leurs soirées au bar de l'hôtel», a lancé la propriétaire d'un salon d'esthétique situé à quelques rues de là. «C'était le point de retrouvailles après le baseball et le football.»

Elle se rappelle qu'enfant, l'hôtel comprenait des chambres à l'étage, un bar et une salle à manger, où elle passait du temps, après l'école. La salle à manger a par la suite été remplacée par le restaurant la Grignote. C'est le Pizza-Bouffe qui y occupait désormais les lieux jusqu'à lundi, au petit matin.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer