Fin de la saga entre Radio X et les blogueurs

Après une première entente dimanche soir avec Jean-François... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Après une première entente dimanche soir avec Jean-François Jacob, RNC média a conclu un accord avec un autre détracteur de la Radio X, Éric Beaudry (photo).

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un règlement à l'amiable a été signé lundi après-midi entre RNC Média et le blogueur montréalais Éric Beaudry, qui avait participé à l'appel au boycottage des annonceurs de CHOI Radio X. L'internaute gardera le droit d'écrire sur sa page Facebook... pourvu qu'il respecte la loi.

Après une première entente dimanche soir avec Jean-François Jacob, RNC média a conclu un accord avec un autre détracteur de Radio X, Éric Beaudry.

Jacob et Beaudry étaient poursuivis pour 275 000 $ par RNC Média, propriétaire des stations CHOI à Montréal, à Québec et à Saguenay. RNC Média accusait les deux jeunes hommes d'avoir dénigré ses stations et surtout d'avoir lancé un appel au boycottage de ses annonceurs.

Regroupés au sein de la coalition Sortons les poubelles, Jean-François Jacob et Éric Beaudry ont créé, avec d'autres internautes, des sites Web et des pages Facebook pour dénoncer des propos, qu'ils qualifient de sexistes et d'homophobes, tenus sur les ondes de CHOI, et faire pression sur les annonceurs de la station.

Les visiteurs des sites Web étaient notamment invités à envoyer une lettre-type dénonçant les propos et demandant au commerçant de cesser d'acheter de la publicité sur les ondes de Radio X.

Jacob et Beaudry appelaient aussi au boycottage des annonceurs. «Nous avons aussi le CHOI de magasiner ailleurs», pouvait-on lire, encore lundi, sur les pages Web visées.

Le procès d'Éric Beaudry s'était amorcé lundi matin avec un cours 101 sur les médias sociaux et un portrait des publications de la coalition Sortons les poubelles.

Avant la pause du midi, le juge Carl Lachance de la Cour supérieure a diplomatiquement invité les parties à se parler, ce qui a donné lieu, quelques heures plus tard, à l'entente, dont le contenu est resté confidentiel.

L'implication d'Éric Beaudry était loin d'être la même que celle de Jean-François Jacob, souligne l'avocat de Beaudry, Me Pierre Fortin. Éric Beaudry a admis avoir produit des images, mais n'était pas le créateur des sites Web litigieux. «Les faits n'étaient pas les mêmes, insiste Me Fortin. On est satisfait de l'entente, chacun y trouve son intérêt.»

Éric Beaudry, un résident de Terrebonne, en banlieue de Montréal, se disait prêt à livrer bataille, mais était heureux de la tournure des événements.

«Je garde ma page [Facebook], je garde le droit de les critiquer et je m'engage à respecter la loi», explique-t-il en entrevue au Soleil.

Défendre ses annonceurs

Le directeur général de la station CHOI Radio X, Philippe Lefebvre, est satisfait de la fin de cette saga qui, affirme-t-il, a eu des répercussions financières certaines sur la station.

Le dg assure que l'entreprise n'hésitera jamais à défendre sa marque de commerce et le droit de ses partenaires d'affaires d'annoncer chez elle. «Le chantage commercial, on ne pourra jamais céder à ça», soutient M. Lefebvre en entrevue au Soleil.

Radio X, qui avait fait de la liberté d'expression son slogan il y a quelques années, se défend de vouloir museler les internautes. «Les gens vont toujours avoir le droit de nous critiquer, dit Philippe Lefebvre. On peut prendre des coups, mais on va toujours protéger nos annonceurs.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer