Les arrestations massives à Québec dénoncées

De gauche à droite: Dominique Peschard, président de... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

De gauche à droite: Dominique Peschard, président de la Ligue des droits et libertés; Anne-Valérie Lemieux Breton, de la Coalition de Chaudière-Appalaches opposée à la tarification et la privatisation des services publics; Hélène Nazon, des Profs de Québec contre la hausse; et Typhaine Leclerc, une manifestante venue témoigner

Le Soleil, Yan Doublet

(Québec) Trois organisations dénoncent les arrestations massives survenues à Québec le mois dernier lors de manifestations organisées dans le cadre du conflit étudiant et réclament l'annulation des contraventions distribuées en vertu du Code de la sécurité routière.

Lors d'une conférence de presse ce matin, des représentants de la Coalition de Chaudière-Appalaches opposée à la tarification et la privatisation des services publics, de la Ligue des droits et libertés et des Profs de Québec contre la hausse ont aussi interpelé les autorités municipales et provinciales afin que celles-ci rappellent à l'ordre les policiers du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) qui n'ont pas respecté, selon eux, «le droit de manifester librement».

Le 19 avril, 49 personnes ont été arrêtées devant le Cégep Limoilou lors d'un rassemblement étudiant. Une semaine plus tard, 81 constats d'infraction ont été distribués à la suite d'une marche organisée par la CLASSE dans le but de dénoncer le caractère sexiste de la hausse des frais de scolarité.

Le président de la Ligue des droits et libertés, Dominique Peschard, a expliqué que son organisme avait l'intention de contester en cour la constitutionnalité des contraventions remises en vertu du Code de la sécurité routière. Il a également fait un parallèle avec le sommet du G20 à Toronto où plus de 1000 manifestants ont été arrêtés. «Ce sont les mêmes abus qui se reproduisent», a-t-il souligné.

Hélène Nazon, des Profs de Québec contre la hausse, s'est dite inquiète du «profilage social» dont les étudiants faisaient l'objet à Québec par les policiers depuis le début du conflit, soutenant que ces derniers étaient «intimidés». Anne-Valérie Lemieux Breton, de la Coalition de Chaudière-Appalaches opposée à la tarification et la privatisation des services publics a quant à elle soutenu que les explications du chef du SPVQ à Québec, Michel Desgagnés, et de l'élu responsable de la sécurité publique à la Ville de Québec, Richard Côté, au sujet des arrestations massives, n'étaient pas satisfaisantes.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer