Cadavre profané: un homme accusé et des ossements retrouvés

François Gagnon a comparu au Palais de justice... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

François Gagnon a comparu au Palais de justice de Québec au lendemain de son arrestation relativement à un incident survenu entre les 6 et 9 novembre au cimetière Saint-Charles, à Québec.

Le Soleil, Yan Doublet

(Québec) C'est une beuverie dans le cimetière Saint-Charles qui serait à l'origine des tristes événements survenus au début du mois de novembre alors qu'un cadavre a été profané et des ossements, volés. Un homme de 21 ans de Québec, François Gagnon, a été arrêté et a comparu samedi sous des accusations de méfait et d'outrage à un cadavre.

À la suite des informations obtenues par la ligne 418 641-AGIR, la police a mené une perquisition vendredi soir au domicile du jeune homme, où des ossements ont été retrouvés. Le procureur de la Couronne au dossier, Me Jean-Simon Larouche, déclarait hier que des éléments de preuve recueillis laissaient croire qu'il y avait peut-être un lien entre ces ossements et certains de ceux qui ont été volés.

Aucune analyse scientifique n'a toutefois été effectuée sur les ossements saisis et aucune donnée comparative ne statue donc sur l'origine réelle des os trouvés par les forces policières. «Nous avons une autre preuve nous permettant d'établir le lien entre ces ossements et ceux disparus», a toutefois indiqué Me Larouche sans en révéler davantage. Rien n'indique également que la totalité des ossements qui ont été dérobés ait été retrouvée lors de la perquisition.

Remis en liberté

Sans antécédent judiciaire, François Gagnon a été libéré moyennant un engagement de 300 $ sans dépôt et reviendra devant le tribunal le 8 février. Il devra toutefois respecter un couvre-feu, s'abstenir de consommer de l'alcool et il lui est interdit de se trouver au cimetière Saint-Charles.

Il lui est également interdit d'entrer en contact avec un autre jeune homme, présumé complice dans cette affaire. Me Larouche a souligné que ce présumé complice n'avait pas encore été arrêté.

Selon la porte-parole de la police de Québec, l'agente Sandra Dion, c'est la médiatisation du dossier qui aurait incité quelqu'un à dévoiler certains renseignements à la police par la ligne 418 641-AGIR pour ainsi faire avancer l'enquête.

Beuverie

Il appert également que Gagnon et son complice auraient consommé de l'alcool dans le cimetière avant de décider de creuser un trou de quelques pieds devant une pierre tombale. Ils ont ensuite ouvert le cercueil et sont repartis avec des ossements.

Le suspect ne connaîtrait pas la personne qui était inhumée à cet endroit. C'est plutôt le hasard qui aurait fait que la sépulture au lieu d'une autre ait été choisie par les profanateurs.

La personne qui reposait à cet endroit était un homme décédé en 1994 présenté comme sans histoire par les policiers. Il n'y avait, semble-t-il, aucun objet de valeur dans le cercueil. C'est un fossoyeur qui a fait la macabre découverte le 9 novembre.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer