Logiciels libres écartés: la RRQ voulait s'en tenir à Microsoft

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Régie des rentes du Québec voulait s'en tenir à une seule plate-forme, Microsoft, pour éviter de se disperser dans plusieurs technologies, a-t-on appris mardi au deuxième jour du procès intenté par Savoir-faire Linux (SFL).

Bernard Bourret était chef des services technologiques au moment de la réalisation du contrat contesté par SFL. La Régie avait fait le choix d'adopter un seul «écosystème» technologique, celui de Microsoft, pour plusieurs raisons, notamment pour faciliter l'intégration de toutes les composantes.

C'est aussi ce qu'a expliqué Gerry Laflamme, analyste en informatique et chargé de projets à la RRQ. Selon lui, la suite bureautique OpenOffice, un logiciel libre et gratuit, ne pouvait pas s'intégrer au système de gestion intégrée des documents, qui gouverne l'accès à tous les documents de la RRQ.

Question de sécurité

Il a aussi soutenu qu'OpenOffice ne pouvait pas non plus s'intégrer au système de sécurité qui protège la confidentialité des renseignements nominatifs, une fonction cruciale pour la RRQ. Enfin, dit-il, des milliers de documents contenant des

macro-commandes auraient dû être convertis pour pouvoir être compatibles avec la suite Open-Office.

Contre-interrogé par les avocats de Savoir-faire Linux, M. Laflamme a reconnu qu'un poste Linux pouvait effectuer la plupart des tâches d'un poste Windows. On a aussi produit un document où l'analyste avait écrit que le contrat de migration de quelque 1000 postes vers Windows Vista, en 2007-2008, offrirait une bonne occasion de faire l'essai du logiciel libre.

Les spécialistes de la Régie étaient toutefois d'avis que les logiciels libres n'étaient pas encore prêts pour l'usage qu'on voulait en faire et qu'il risquait d'y avoir des problèmes de cohabitation entre les deux systèmes. Selon eux, malgré les économies réalisées en frais de licence, les coûts de conversion et d'harmonisation auraient été trop élevés.

Les avocats de Savoir-faire Linux ont toutefois fait admettre aux témoins que les analystes de la Régie n'ont fait appel à

aucun spécialiste du logiciel libre pour évaluer cette option, et l'écarter.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer