L'amphithéâtre dans la mire de l'UPAC

Sous la direction de Robert Lafrenière, l'UPAC compte... (Photo Le Soleil, Jocelyn Bernier)

Agrandir

Sous la direction de Robert Lafrenière, l'UPAC compte désormais 13 ressources attitrées à Québec sur un total de 200 employés.

Photo Le Soleil, Jocelyn Bernier

Partager

Dossiers >

Vers un nouveau Colisée

Actualité

Vers un nouveau Colisée

Un groupe de gens d'affaires veut doter Québec d'un nouvel amphithéâtre multifonctionnel pouvant accueillir tant des matchs sportifs que des spectacles. Le projet a ses partisans comme ses détracteurs. »

Annie Morin
Annie Morin
Le Soleil

(Québec) L'Unité permanente anticorruption (UPAC) est en mode «détection» dans le dossier de l'amphithéâtre de Québec.

«On suit ce dossier-là de près, en détection, en rencontres, en présence», a indiqué jeudi le commissaire à la lutte contre la corruption, Robert Lafrenière, de passage dans les bureaux du Soleil. Cela pour «être en avant de la game», dit-il, puisqu'il s'agit d'un des plus gros chantiers publics en cours au Québec.

Le grand patron de l'UPAC n'a pas voulu dire si son unité a reçu des signalements - «je protège mes dénonciateurs» -, mais il a précisé que son «monde» s'est déjà rendu sur le terrain. Enquêteurs et préventionnistes en profitent alors pour assister à des réunions de chantier, demander des bordereaux, étudier les contrats, mais aussi les «influences».

Quand on lui rappelle les critiques entourant le choix du consortium chargé des volets architecture et ingénierie, dont des membres étaient associés au projet avant même les premiers appels d'offres, par le biais de J'ai ma place,

M. Lafrenière dit que c'est exactement le genre de renseignements qui font «lever les drapeaux rouges» et incitent les enquêteurs à pousser leur analyse.

Ceux-ci ont ensuite la tâche de déterminer si tous les soumissionnaires ont eu accès aux mêmes informations. «Quand une seule personne y a accès pour l'avantager, avec un retour d'ascenseur, c'est là que c'est un crime», explique le commissaire, sans porter de jugement précis sur le dossier de l'amphithéâtre.

Le musée aussi

En raison de son importance, l'agrandissement du Musée national des beaux-arts du Québec est également dans la mire des enquêteurs, même si le processus d'attribution des contrats tournait au ralenti ces derniers mois.

L'UPAC compte désormais 13 ressources attitrées à Québec (cinq enquêteurs «commissaires», cinq enquêteurs de la Sûreté du Québec et trois préventionnistes) sur un total de 200 employés. Ils s'occupent de la grande région de Québec, mais aussi de tout l'est de la province. «On était un peu faibles à Québec en termes de ressources», a admis M. Lafrenière, qui s'intéresse au gouvernement du Québec et aux municipalités, mais aussi aux sociétés d'État, dont Hydro-Québec qui a de gros projets sur la Côte-Nord. Trois enquêteurs «commissaires» ont donc été ajoutés.

Bien qu'il évoque de «gros dossiers» en cours à Québec et dans l'Est, sans jamais les quantifier, le grand patron ne ressent toutefois pas le besoin d'ajouter immédiatement un procureur de la Couronne à l'équipe. Cela pourrait venir éventuellement, tout comme le regroupement des forces sous un même toit, les enquêteurs étant dispersés dans deux bâtiments actuellement.

Si l'UPAC a surtout fait parler d'elle dans la grande région de Montréal jusqu'à maintenant, le commissaire assure que l'escouade est présente et active «à peu près dans toutes les régions du Québec». Le dernier bilan fait état d'un millier de signalements et de 23 enquêtes en cours. «Est-ce que je suis capable de donner un pourcentage d'honnêteté d'une région par rapport à l'autre? C'est non.»

M. Lafrenière précise que son équipe s'intéresse autant aux petits qu'aux grands contrats publics. Il y a ceux liés à l'industrie de la construction, bien sûr, mais aussi tous les contrats de fourniture de biens et de services.

«Quand vous êtes floué comme citoyen dans une très petite municipalité parce que le maire ou le fonctionnaire, ça fait 20 ans qu'il donne le contrat de neige au même pis que c'est peut-être 30 % trop cher, vous perdez votre argent au même titre qu'un citoyen de Montréal ou de Québec qui se fait avoir sur une plus grande échelle», fait valoir l'ancien policier de la Sûreté du Québec, qui a aussi été sous-ministre de la Sécurité publique.

Bien sûr, admet-il, une perquisition comme celle de cette semaine à l'hôtel de ville de Montréal ou l'arrestation de gros noms comme l'homme d'affaires Tony Accurso ou Richard Marcotte, maire de Mascouche, attirent davantage l'attention des médias et du public.

Bientôt des plans de gestion du risque de corruption

«On va rendre imputables les gestionnaires.» C'est ainsi que le commissaire à la lutte contre la corruption, Robert Lafrenière, présente le niveau II de son programme de prévention de la corruption.

Les préventionnistes de l'escouade spécialisée ont déjà pour tâche de faire connaître l'Unité permanente anticorruption (UPAC) et les lois qu'elle fait respecter, en plus de sensibiliser les victimes potentielles de stratagèmes frauduleux. Dans une prochaine étape, M. Lafrenière recommande que les ministères, organismes et municipalités préparent un plan de gestion du risque de corruption.

Ce plan inclurait une analyse des risques, une liste des mesures à mettre en place pour y faire face et le nom d'une personne responsable. Toutes ces informations seraient incluses dans le plan stratégique de l'organisation visée.

De l'avis même de M. Lafrenière, cela éviterait des témoignages comme ceux entendus à la commission Charbonneau, où des gestionnaires sont venus dire qu'ils ignoraient tout de la corruption dans leur service ou qu'ils n'avaient pas les moyens de l'arrêter.

Ce modèle est inspiré de l'Australie, pays qui possède une commission indépendante contre la corruption depuis la fin des années 80.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer