Joe Sakic souhaite que Québec retrouve son équipe

Les intronisés du Temple de la renommée du... (Photo AFP)

Agrandir

Les intronisés du Temple de la renommée du hockey cuvée 2012, Mats Sundin, Pavel Bure, Adam Oates et Joe Sakic, ont été présentés dimanche aux amateurs présents pour la Classique des Légendes vêtus du veston officiel du Temple.

Photo AFP

Partager

Dossiers >

Vers un nouveau Colisée

Actualité

Vers un nouveau Colisée

Un groupe de gens d'affaires veut doter Québec d'un nouvel amphithéâtre multifonctionnel pouvant accueillir tant des matchs sportifs que des spectacles. Le projet a ses partisans comme ses détracteurs. »

(Toronto) Joe Sakic était comme un livre ouvert dimanche matin. Contrairement au jeune homme réservé, voire timide, que l'on avait connu à Québec à ses débuts dans la Ligue nationale de hockey, il a volé le spectacle lors du Fan Fest auquel il participait avec les trois autres intronisés de la cuvée 2012 du Temple de la renommée. En parlant de son amour pour notre ville et de son désir de voir le gros circuit renaître en nos murs.

Il aura fallu une période de questions réservée aux amateurs pour que Sakic, Mats Sundin, Adam Oates et Pavel Bure se laissent aller et confient quelques-uns de leurs secrets. L'ambiance était à la fête et les joueurs se sont amusés avec leurs plus féroces amateurs qui s'étaient déplacés d'un peu partout en Amérique et même d'Europe pour leur couronnement ultime qui aura lieu ce soir.

Et nous nous sommes vite rendu compte que les Nordiques n'avaient pas été oubliés même s'ils sont disparus depuis 1995. À vrai dire, on sentait une certaine ferveur. Il a été question de Québec à plus d'une reprise et lorsque l'un des apprentis journalistes a évoqué le retour possible de la LNH dans la Vieille Capitale, les applaudissements ont retenti.

«J'y ai passé les premières années de ma carrière, des années incroyables devant les amateurs les plus passionnés que j'ai connus, a noté Sakic. J'espère que les gens de Québec vont retrouver leur équipe.»

En plein coeur de Toronto, au pays des Maple Leafs, c'est l'ex-capitaine qui a été le plus chaleureusement accueilli. Même un peu plus que l'enfant chéri Sundin. Les chandails numéro 19 étaient aussi les plus nombreux, les Fleurdelisés en majorité, mais aussi ceux de l'Avalanche et d'Équipe Canada. Et diable qu'il a été bon devant la galerie. Intéressant, mais surtout drôle. Un véritable festival de la boutade et des anecdotes.

Les rares... bagarres

Il a été question de bagarres, d'idoles, des premiers pas dans leurs organisations respectives et combien d'autres petits bijoux d'information. Le plus mémorable combat de boxe pour Sakic... et le seul... l'a opposé à Doug Gilmour. «Et c'est lui qui a commencé», a-t-il laissé tomber en riant. Quand on a posé la même question à Sundin, il a hésité avant de répondre qu'il s'était battu à quelques reprises.

«À la fin de ma première saison, contre un joueur des Sabres je pense, j'avais mangé à peu près 84 coups de poing dans le front. Je ne me souviens pas qui c'était.» Sakic est immédiatement intervenu en riant : «C'était Dave Hannan, moi, je m'en souviens.»

Quant aux idoles, Sakic n'en avait que pour Wayne Gretzky. «J'ai enfin eu la chance de jouer contre lui lors de mon 25e match dans la Ligue. Je me suis retrouvé face à lui pour une mise en jeu dans notre territoire tard en troisième. Il l'avait remportée plutôt facilement, avait poussé la rondelle vers le but avant de marquer. Ce fut sans l'ombre d'un doute le plus beau moins [+/-] de ma carrière.»

Sundin, ô péché mortel, vouait une admiration sans bornes pour Mats Naslund du Canadien. Son club préféré, le Tricolore. «Jouer au Forum représente l'un des faits saillants pour moi», a-t-il dit sans gêne.

Sakic sur son geste touchant de remettre la Coupe Stanley au vétéran Raymond Bourque en 2001 : «Je peux vous dire que si je ne l'avais pas déjà gagnée [1996], Raymond n'y aurait jamais touché.» Sakic sur la rivalité Nordiques-Canadien : «Nous étions si mauvais que c'était pas mal plus une rivalité pour nous que pour eux.» Un stand up comic n'aurait pu faire mieux!

Foote ne pouvait rater le rendez-vous

Adam Foote ne pouvait tout simplement pas rater le rendez-vous à Toronto. «Ça fait tellement longtemps que je me fais traîner par Joe que je voulais prolonger le plaisir une fin de semaine de plus, a-t-il lancé, bien fier de son coup. Et il y a Mats, le gars avec qui je riais le plus sur la patinoire chez les Nordiques, qui est honoré lui aussi.» Ce sera donc d'une pierre deux coups.

L'arrière à caractère défensif qui a pris sa retraite du hockey en 2011 ne tarit pas d'éloges envers son ex-capitaine Sakic. «Joe a toujours été comme la locomotive de l'organisation, autant à Québec qu'à Denver, a-t-il expliqué.

Doté d'une force de caractère hors du commun, il n'a jamais croulé sous la pression. Et Dieu sait qu'il en avait beaucoup sur les épaules malgré son jeune âge dans nos années difficiles à Québec. Mais Joe a toujours été égal à lui-même. Il nous a énormément appris. Calme, il ne parlait pas nécessairement souvent. Mais il avait souvent le bon mot au bon moment. Et il parlait évidemment par ses gestes sur la glace.»

Foote a parlé d'un capitaine fort, mais aussi d'un athlète au talent incroyable. «L'un des meilleurs joueurs offensifs de l'histoire, mais aussi l'un des joueurs défensifs les plus sous- estimés de la Ligue nationale. Lorsqu'il était sur la patinoire, dans notre territoire, je me sentais toujours un peu meilleur.»

Coéquipier de Sundin pendant trois ans à Québec, Foote a surtout été un adversaire du grand Suédois. «Tu ne pouvais te permettre de commettre d'erreurs avec Mats, a-t-il dit. Je me retrouvais souvent face à lui et je le jouais serré. Fallait pas lui donner d'espace pour manoeuvrer. Sa grande portée, son habileté à bouger la rondelle en mouvement, en faisaient un opposant coriace.»

S'informant ensuite lui aussi de l'état des choses à Québec, il a souri lorsqu'il a été question du nouvel amphithéâtre. «Je serai chez vous au tournoi pee-wee, a-t-il confié. Mon fils joue avec celui de Joe [Sakic]. Ça va être le fun d'y retourner et de voir ce qui se passe en ville. On entend beaucoup parler du retour possible de la Ligue nationale à Québec. Je souhaite de tout coeur que les Nordiques revivent là-bas.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer