Muncef Ouardi: l'attrait de la vitesse

«Il n'y a pas beaucoup d'occasions pour prendre l'air au... (Photo Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

«Il n'y a pas beaucoup d'occasions pour prendre l'air au Québec l'hiver, alors j'aime ça en profiter» - Muncef Ouardi

Photo Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Va jouer dehors!
Va jouer dehors!

Consultez une liste d'activités provenant de chacune des régions du Québec vous invitant à sortir jouer dehors cet hiver. Et cinq athlètes olympiques s'expriment sur l'importance de la saison froide dans leur vie et dans leur carrière. »

Sur le même thème

<p>Gabrielle Thibault-Delorme</p>
Gabrielle Thibault-Delorme

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Comme tous les enfants, Muncef Ouardi a commencé à patiner en poussant une chaise sur la glace. Originaires du Maroc, ses parents l'ont encouragé à patiner. Incapables de lui montrer, ils l'ont inscrit aux cours de patin à Longueuil, vers l'âge de cinq ans.

Il n'avait encore jamais enfilé de patins à longues lames lorsqu'il a déménagé à Québec, vers l'âge de huit ans. Avant cela, il défiait ses amis à la course et jouait au hockey sur les patinoires du quartier, une activité qu'il pratique encore aujourd'hui. «Il n'y a pas beaucoup d'occasions pour prendre l'air au Québec l'hiver, alors j'aime ça en profiter», dit-il.

Dès qu'il a commencé le patinage de vitesse, il s'est initié à la compétition. Il a choisi la longue piste vers l'âge de 15 ans. «J'aimais beaucoup les deux [longue piste et courte piste] mais à cause de ma personnalité - je suis plus calme, j'aime ça être dans ma bulle -, j'aimais un peu moins la courte piste», explique-t-il.

L'année 2014 marque sa première participation aux Jeux olympiques, à Sotchi. De retour sur la glace après une déchirure du ligament croisé postérieur du genou, Muncef Ouardi a gagné son billet pour Sotchi à Calgary lors des essais canadiens, en se classant quatrième au 500 m et deuxième au 1000 m.

Lorsqu'il raconte son séjour olympique, il ne s'attarde pas sur ses compétitions. «J'ai fini tôt, alors j'ai pu aller voir d'autres épreuves», se rappelle-t-il. L'un de ses plus beaux souvenirs est d'avoir assisté à la victoire de l'équipe féminine de hockey féminin.

Résident de Québec, Muncef Ouardi s'entraîne à l'anneau Gaétan-Boucher, place de choix pour le patinage longue piste. Inévitablement, il pratique son sport à l'extérieur et s'ajuste aux conditions météorologiques pas toujours évidentes. 

«Le vent, sur la glace, ça paraît beaucoup», indique Muncef Ouardi. «On est vraiment à la merci de la météo.» L'idéal, c'est le début décembre. «Il fait vraiment beau, c'est là que les records de piste tom-bent.»

Note : Muncef Ouardi a terminé 25e au 500m et 32e au 1000m aux Jeux de Sotchi.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer