JO d'hiver: Québec finira par se faire appeler, dit Labeaume

Régis Labeaume réagissait au retrait, la semaine dernière,... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Régis Labeaume réagissait au retrait, la semaine dernière, de la candidature de la ville d'Oslo en Norvège pour l'organisation des Jeux olympiques d'hiver en 2022. La décision a été prise faute de financement public.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Québec rêve des Jeux

Sports

Québec rêve des Jeux

La Ville de Québec convoite les Jeux olympiques d'hiver de 2022 ou de 2026. Leur obtention ne s'annonce pas facile... »

(Québec) Régis Labeaume en demeure convaincu : le Comité international olympique finira par abaisser ses critères pour l'organisation de coûteux Jeux olympiques d'hiver et... par lâcher un coup de fil à Québec.

«Ça fait combien de temps que je vous dis que ça va mal les Jeux olympiques d'hiver et qu'à un moment donné, ils vont nous faire signe? Ça va arriver!» a lancé le maire de Québec en point de presse avant la séance du conseil municipal de lundi.

M. Labeaume réagissait au retrait, la semaine dernière, de la candidature de la ville d'Oslo en Norvège pour l'organisation des Jeux olympiques d'hiver en 2022. La décision a été prise faute de financement public.

Lviv, Stockholm et Cracovie ont aussi laissé tomber leurs ambitions olympiques ces derniers mois. Seules Pékin en Chine et Almaty au Kazakhstan sont candidates pour les JO d'hiver 2022.

Même s'il n'est pas question pour Québec d'être candidate pour 2022, M. Labeaume a ironisé sur les villes pressenties. «Y'a-tu de la neige à Pékin?» a-t-il demandé à propos de la ville chinoise. «Et je suis pas sûr que le gouvernement du Kazakhstan va signer en bas de la feuille pour garantir les dépenses?»

Le problème de Québec a toujours été que la capitale n'a pas de montagne assez haute pour la descente masculine, épreuve phare des Jeux d'hiver. Le maire a souvent soutenu ces derniers temps que devant la difficulté d'organiser des Jeux et les coûts faramineux de la sécurité, le CIO n'aura d'autres choix que de se résoudre à organiser des Jeux à échelle plus humaine et à assouplir certains critères techniques, ce qui pourrait convenir à Québec.

«C'est débile. Ils vont nous appeler un jour, vous allez voir», a-t-il dit. Et si le CIO offrait pour 2022 des Jeux au rabais à Québec? «Ils n'ont pas appelé. Ce sont des suppositions», a martelé M. Labeaume.

Il a d'ailleurs bien pris soin de souligner aux journalistes que ses commentaires ne devaient pas être interprétés comme une relance du rêve olympique, sur la glace depuis 2011.

Idée sur le banc

Pour le chef de l'opposition à l'hôtel de ville, Paul Shoiry, Québec fait très bien de laisser l'idée olympique sur le banc.

«Ce n'est pas un bon dossier pour Québec. Les Jeux, c'est extrêmement coûteux et Québec ne devrait pas se lancer dans cette aventure», a commenté l'élu de Démocratie Québec. «On doit miser sur des événements sportifs internationaux pour lesquels on a maintenant des équipements de qualité.»  

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer