Jeux olympiques: «pas sur notre écran radar», dit Labeaume

Partager

Dossiers >

Québec rêve des Jeux

Sports

Québec rêve des Jeux

La Ville de Québec convoite les Jeux olympiques d'hiver de 2022 ou de 2026. Leur obtention ne s'annonce pas facile... »

(Québec) Deux membres des comités de candidature de Québec ont beau voir une opportunité olympique pour 2026, la grand-messe du sport n'est «pas sur le radar» du maire Régis Labeaume. «Actuellement», prend-il soin de préciser.

Le maire de Québec, Régis Labeaume, a aussi... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 1.0

Agrandir

Le maire de Québec, Régis Labeaume, a aussi participé aux activités.

Le Soleil, Erick Labbé

Au lendemain du Sprint de ski de fond urbain, la réputation de la Ville de Québec comme organisatrice d'événements sportifs est encore meilleure, se réjouissait le maire Labeaume, lors d'un point de presse à l'hôtel de ville.

«À Lausanne [siège du Comité international olympique], ils vont se raconter ce qu'ils ont vu, alors qu'il n'y avait pas d'hiver autour, lance Régis Labeaume. Pour les Olympiques, on va commencer par construire notre amphithéâtre, on va commencer par attirer un club de hockey et après, on verra.»

Hubert Laforge et le Dr Fernand Labrie, des comités de candidature Québec 2002 et 2010, estimaient, en entrevue au Soleil, que le fait que Salt Lake City s'intéresse aux Jeux de 2026 pourrait ouvrir une fenêtre à la capitale et lui permettre de prendre sa revanche sur son ancienne rivale.

Le maire de Québec s'était gardé une porte ouverte pour une candidature en 2022, porte qu'il a refermée l'an dernier, après avoir consulté plusieurs bonzes du mouvement olympique.

Régis Labeaume juge aujourd'hui que la conjoncture économique rend une candidature très difficile à vendre.

«C'est bien beau vouloir des Olympiques, mais on fait ça avec l'argent des autres parce que ça part des taxes, fait-il valoir. Je ne suis pas certain que le gouvernement du Québec est dans une bonne position financière pour nous appuyer là-dessus et le gouvernement du Canada est en restriction financière.»

Québec se fait tortue plutôt que lièvre. «Si on est pour avoir des Olympiques un jour, ça arrivera à point nommé, croit le maire Labeaume. Je suis convaincu que ça arrivera à un moment donné où eux voudront nous avoir et où on sera prêts.»

Régis Labeaume fait le pari qu'un jour, les montagnes de Charlevoix seront juste assez hautes pour le ski olympique. «Une montagne moins haute, avec des difficultés additionnées au bas du parcours, serait beaucoup plus spectaculaire pour la télé et moins dangereuse pour les athlètes», note-t-il.

En attendant, Québec veut continuer d'attirer des événements sportifs de calibre international. Le maire Régis Labeaume sera au prochain Congrès SportAccord en mai à Saint-Pétersbourg, en Russie.

Et il rencontrera le président de la Fédération internationale de ski, Gian-Franco Kasper, en janvier, à Québec, pour discuter de projets.

Blitz à New York

Le maire Labeaume va notamment pousser l'idée lancée par le patron de Gestev, Patrice Drouin, d'organiser un sprint de ski de fond urbain à New York en 2016.

«Je pense que la Fédération devrait permettre à Gestev de créer l'événement à New York, plaide le maire de Québec. À Central Park, ce serait extraordinaire.»

Une chose est certaine, le maire Labeaume voudrait profiter de cet événement pour faire un blitz de promotion de Québec comme destination d'hiver. «On pourrait mettre à profit notre nouveau délégué [André Boisclair], badine-t-il. On pourrait le tester!»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer