Perspectives économiques 2013: Québec devrait tenir le coup

Partager

Dossiers >

Perspectives économiques 2013

Actualité

Perspectives économiques 2013

Le Soleil a cherché à savoir ce que la nouvelle année risque de nous apporter. Nous avons interrogé des spécialistes. Nous leur avons demandé de scruter leur boule de cristal et de nous raconter ce qu'ils y voyaient. Une attention particulière a été apportée au marché de l'emploi, au monde de l'immobilier et à l'industrie manufacturière. Les secteurs forts de l'économie de la région de Québec - les assurances et les services financiers, le commerce au détail, les technologies et le tourisme - ont également été passés au crible. »

(Québec) Du brouillard et beaucoup d'incertitudes planeront au-dessus de l'économie québécoise en 2013. Or, la zone économique de Québec devrait encore surprendre les plus sceptiques des Nostradamus.

«L'économie de Québec va tenir le coup», avance l'économiste Mario Lefebvre du Conference Board du Canada. L'activité économique de la région métropolitaine de Québec devrait ainsi progresser de 2,1 % en 2013 pour atteindre les 29 milliards$.

Comme en 2012 (+2 %), le Conference Board croit que l'économie de la capitale continuera de se distinguer à l'échelle canadienne en raison du dynamisme des secteurs des services et de la construction. Quelque 5000 emplois devraient ainsi voir le jour cette année dans la région, soit 3000 de plus que l'an dernier.

L'arrivée de quelque 5000 nouveaux résidants à Québec et à Lévis continuera de stimuler la construction de nouveaux logements. Le nombre de mises en chantier devrait dépasser facilement la barre des 5000 unités en 2013.

Cette impulsion aura nécessairement des conséquences sur le commerce au détail. Les ventes totales des commerçants devraient s'élever à plus de 14 milliards$ cette année dans la région.

Le nouveau colisée

Les travaux de construction du nouvel amphithéâtre, débutés l'an dernier au coût de 400 millions$, vont s'accélérer en 2013. Ce qui devrait permettre au secteur de la construction de bondir de 10 % tout en faisant le plein de milliers de nouveaux travailleurs.

Le redressement des finances publiques et les compressions dans la fonction publique provinciale auront toutefois des incidences dans la région, prévient le Conference Board.

En ce sens, le taux de croissance dans le secteur des services non commerciaux (écoles, hôpitaux, etc.) passera à 1,5 % en 2013. Au cours des quatre dernières années, ce secteur a affiché une progression annuelle moyenne de 3,7 %.

Le Québec au neutre

À l'échelle nationale, l'économie du Québec se retrouvera encore en queue de peloton en 2013, souligne l'économiste Marie-Claude Guillotte chez Valeurs mobilières Banque Laurentienne.

Dans sa plus récente note de recherche, Mme Guillotte souligne que l'économie québécoise progressera de 1,4 % en 2013. Les turbulences qui perturbent l'économie mondiale continueront de se faire sentir en sol québécois, notamment du côté de l'industrie aérospatiale, écrit-elle.

Le développement du Plan Nord, malgré un nouveau régime de redevances minières à venir, sera surtout dicté par les prix mondiaux des minéraux qui dépendent des perspectives de croissance des pays émergents, souligne Mme Guillotte.

Mais en compressant ses dépenses et en augmentant ses taxes et ses impôts alors que le marché immobilier ralentit et que le dollar demeure fort, le Québec (comme plusieurs autres provinces canadiennes) verra son économie tourner au neutre.

Baisse des taux d'intérêt?

Ce qui pourrait donner lieu à une baisse des taux d'intérêt en 2013 au Canada, signale l'économiste en chef de la Financière Banque Nationale, Stéfane Marion.

Dans ce contexte, l'économie canadienne ne devrait pas s'emballer outre mesure en progressant un peu moins rapidement (1,5 %) que l'économie américaine (1,8 %), prédit l'économiste de la Banque Nationale.

Car en 2013, les yeux des financiers seront surtout tournés vers l'Europe, là où il risque de venter encore très fort.

La zone euro, qui s'enfonce dans la récession, devra continuer à vivre avec des pays membres lourdement endettés aux prises avec des cures d'austérité sans précédent. Les banques européennes devront donc vivre avec des réformes importantes au sein de leurs propres organisations.

Quant aux économies des pays émergents comme le Brésil, la Russie, l'Inde et la Chine (BRIC), elles seront à surveiller. Ne serait-ce qu'en raison de la montée en force d'une classe moyenne dominante qui accentuera la pression sur les gouvernements de ces pays. Ce qui pourrait causer beaucoup de volatilité dans ces marchés.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer