L'amphithéâtre de Québec s'appellera Centre Vidéotron

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Vers un nouveau Colisée

Actualité

Vers un nouveau Colisée

Un groupe de gens d'affaires veut doter Québec d'un nouvel amphithéâtre multifonctionnel pouvant accueillir tant des matchs sportifs que des spectacles. Le projet a ses partisans comme ses détracteurs. »

(Québec) L'amphithéâtre de Québec portera le nom de Centre Vidéotron. Et Québecor assure que baptiser le futur aréna du nom d'une entreprise qui lui appartient n'est pas un signe qu'elle n'a pas réussi à vendre le nom de l'édifice à une autre compagnie.

Le maire de Québc Régis Labeaume, Manon Brouillette,... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 1.0

Agrandir

Le maire de Québc Régis Labeaume, Manon Brouillette, pdg de Vidéotron, et Benoît Robert, président de Groupe Sports et divertissements de Québecor

Le Soleil, Patrice Laroche

«Nous avons eu plusieurs discussions, mais pour nous, ce qui faisait du sens est de sélectionner une de nos filiales», a assuré le président et chef de la direction du Groupe Sports et divertissement de Québecor, Benoît Robert. 

En vertu de l'entente de gestion pour l'amphithéâtre signée en 2011, Québecor versera à la Ville de Québec 33 millions $ pour avoir le privilège de nommer l'amphithéâtre pour les 25 prochaines années, dans un scénario sans équipe de la Ligue nationale de hockey (LNH). Si un club professionnel revenait, le prix pour avoir son nom sur le bâtiment grimpera à 63,5 millions $. Mais l'entente autorisait Québecor à sous-louer ce droit au plus offrant et à se faire un profit. Par le passé, les noms de Pepsi, de Canadian Tire ou de Budweiser ont circulé.

Pressé de questions, Benoît Robert a visiblement souhaité mardi dissiper toute impression que Québecor n'est pas parvenue à aller chercher un tiers. Invoquant la «confidentialité», le grand manitou de la gestion de l'amphithéâtre n'a toutefois pas révélé combien d'entreprises se sont montrées intéressées ou ont négocié pour apposer leur nom sur l'édifice qui ouvrira ses portes le 15 septembre. «Je ne veux pas m'aventurer à donner un chiffre. Mais croyez-moi, il y en avait beaucoup. Et on est très fiers d'annoncer Vidéotron aujourd'hui», a dit M. Robert.

La présidente et chef de la direction de Vidéotron, Manon Brouillette a pour sa part indiqué avoir négocié serré. «Il n'y a pas eu de rabais octroyé. On n'a pas eu de cadeaux. On a négocié.  On est là, on fait un chèque», a dit celle qui est arrivée à la conférence de presse entourée d'employés de Vidéotron au son de musique pop.

Pour l'instant, comme l'amphithéâtre n'abrite pas d'équipe de la LNH, il en coûtera 33 millions $ pour avoir son nom sur l'édifice.

Si les Nordiques reviennent, l'entente sera renégociée. Vidéotron pourrait décider de doubler la mise ou des négociations pourraient reprendre avec d'autres entreprises. «Quand l'équipe arrivera, on va se rasseoir ensemble», a illustré M. Robert.

Mais déjà, la pdg de Vidéotron assure que son entreprise n'est pas là que pour un temps. 

«Quand on installe les enseignes, c'est assez coûteux comme démarche. On n'est pas là pour une semaine. On est là pour la longue balle, comme on dit», a illustré Manon Brouillette.

l'opposition déçue

Le maire de Québec, Régis Labeaume, présent au dévoilement du nom de l'amphithéâtre mardi, s'est dit «fier» de voir le bâtiment porter le nom d'une entreprise québécoise.

«Vidéotron fait un excellent coup. Ça va leur procurer une visibilité exceptionnelle», a-t-il dit en rappelant que Québecor «va faire un chèque de 33 millions $ à la Ville» à l'ouverture de l'amphithéâtre le 15 septembre. M. Labeaume a réfuté l'idée selon laquelle voir le futur aréna porter le nom d'une grande firme nord-américaine ou mondiale aurait traduit davantage d'engouement du secteur privé pour l'amphithéâtre.

«Qu'est-ce que ça aurait donné au Québec, un nom international?» a demandé le maire. «Je ne la comprends pas, celle-là. Il aurait fallu un nom international pour qu'on soit impressionnés?»

Les élus de Démocratie Québec croient au contraire qu'il est un peu «décevant» de voir une filiale du gestionnaire Québecor placer son nom sur l'immeuble.

«Ça soulève plein de questions», a dit le chef de l'opposition à l'hôtel de ville, Paul Shoiry. «Est-ce que c'est parce qu'il n'y a pas d'équipe de la Ligue nationale de hockey qu'il n'y a pas eu assez d'intérêt? Quelles sont les firmes qui ont proposé à Québecor de mettre leur nom sur l'amphithéâtre?» a énuméré M. Shoiry. «On constate que ça soulève des questions sur la viabilité de l'amphithéâtre sans équipe de la LNH», a-t-il conclu.

Vidéotron en chiffres

1964 Fondation de Télécâble Vidéotron ltée par André Chagnon

Octobre 2000 Québecor, avec la Caisse de dépôt et placement du Québec, achète Groupe Vidéotron pour 4,9 milliards $

2005 Vidéotron fait pour la première fois un chiffre d'affaires qui dépasse le milliard de dollars.

6300 employés 

1,8 million de clients de son service de télédistribution, dont 600 000 dans la grande région de Québec

1,4 million de clients de ses services Internet

Source : Vidéotron, chiffres au 31 mars 2014

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer