Le «deuil du Colisée» doit commencer, indique Labeaume

Régis Labeaume a même évoqué ses propres souvenirs... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Régis Labeaume a même évoqué ses propres souvenirs au Colisée pour démontrer son empathie avec ceux qui déplorent sa démolition prochaine.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Vers un nouveau Colisée

Actualité

Vers un nouveau Colisée

Un groupe de gens d'affaires veut doter Québec d'un nouvel amphithéâtre multifonctionnel pouvant accueillir tant des matchs sportifs que des spectacles. Le projet a ses partisans comme ses détracteurs. »

(Québec) Les nostalgiques du vieux Colisée doivent entamer leur processus de deuil, affirme Régis Labeaume. Le maire de Québec est persuadé que dès l'ouverture du nouvel amphithéâtre, plus personne n'aura de pensées pour la glace foulée par les frères Stastny, Guy Lafleur ou Jean Béliveau.

Le magistrat de la ville s'est improvisé psychologue samedi alors qu'il commentait les sorties médiatiques des personnalités liées à l'histoire du Colisée Pepsi qui déploraient son éventuelle démolition annoncée cette semaine. «Je les comprends parfaitement, mais à un moment donné il faut absolument commencer à faire son deuil parce qu'au-delà de tout ça, il faut maintenant penser aux souvenirs de l'avenir qui vont se créer dans le nouvel amphithéâtre», a-t-il lancé.

«Et je vous jure qu'après trois matchs au nouvel amphithéâtre, plus personne ne va penser au Colisée Pepsi parce qu'il sera merveilleux, confortable, les gens vont adorer», a ajouté M. Labeaume, qui dit y avoir été «tranquillement» pour ne pas heurter les sensibilités. «On est dans un beau cas de psychologie de masse», a-t-il analysé, soulignant qu'à titre de maire, il doit souvent agir comme un spécialiste.

Régis Labeaume a même évoqué ses propres souvenirs au Colisée pour démontrer son empathie avec les futurs orphelins. «Je suis arrivé à Québec à l'âge de 12-13 ans, j'ai marché de Duberger à pied le long de la track de chemin de fer jusqu'au Colisée tous les ans, j'allais rencontrer des filles au Colisée, j'ai vu Guy Lafleur à l'époque, j'étais là le soir de la Coupe Avco, j'étais là au dernier match des Nordiques aussi, j'ai tout vécu ça», a-t-il énuméré.

«Les gens veulent qu'on coupe dans les dépenses, ne veulent pas qu'on augmente les taxes, on veut tout faire ça, mais à un moment donné il faut faire des choix», a-t-il par ailleurs justifié, répétant qu'il voulait d'abord avoir entre les mains le «plan global» pour ExpoCité avant d'appeler les démolisseurs.

Le maire de Québec était accompagné de son homologue de Calgary, Naheed Nenshi, sacré meilleur maire au monde cette semaine par la Fondation des maires urbains, une association basée à Londres, en Angleterre. À la blague, Régis Labeaume s'est dit jaloux de cette nomination puisqu'il n'a obtenu qu'une quatrième place dans ce classement en 2012.

Les deux hommes ont promis de renforcer leur collaboration culturelle et économique alors que leurs villes sont jumelées depuis une soixantaine d'années. M. Nenshi participe au cours de la fin de semaine aux différentes activités du Carnaval de Québec, dont le déjeuner western du Stampede de Calgary qui a eu lieu en matinée, samedi. 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer