Noms d'arénas: la commandite omniprésente

Le Madison Square Garden, domicile des Rangers de... (Photo Shutterstock)

Agrandir

Le Madison Square Garden, domicile des Rangers de New York, est actuellement l'un des trois seuls amphithéâtres de la LNH ne portant pas le nom d'un commanditaire.

Photo Shutterstock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Vers un nouveau Colisée

Actualité

Vers un nouveau Colisée

Un groupe de gens d'affaires veut doter Québec d'un nouvel amphithéâtre multifonctionnel pouvant accueillir tant des matchs sportifs que des spectacles. Le projet a ses partisans comme ses détracteurs. »

Stéphanie Martin, Annie Morin
Le Soleil

(Québec) Un amphithéâtre au nom de Jean-Béliveau? Ce choix irait à contre-courant de ce qui se fait dans la Ligue nationale de hockey.


Tous les arénas de la Ligue nationale de hockey (LNH) portent le nom d'un commanditaire. Sauf trois : le Joe Louis Arena de Detroit, qui est nommé en l'honneur du célèbre boxeur, le Madison Square Garden de New York, qui a emprunté le nom de l'avenue sur laquelle était situé le premier aréna des Rangers et le Nassau Veterans Memorial Coliseum, le domicile des Islanders à Uniondale dans l'État de New York.

À Detroit, cependant, les jours du Joe Louis Arena sont comptés. La Ville a donné le feu vert à la construction d'un nouvel aréna, ouvrant la voie à la démolition du vieil amphithéâtre dès que les Red Wings seront déménagés, en 2017. Le nouveau nom n'a pas été dévoilé.

Les Islanders déménageront quant à eux au Barclays Center de Brooklyn à l'automne 2015.

À Québec, Québecor paiera 33 millions $ sur 25 ans à la Ville pour le droit de baptiser l'amphithéâtre, si aucune équipe de la LNH ne vient s'établir à Québec. Si les Nordiques rentrent au bercail, ce sont 63,5 millions $ sur 25 ans qui aboutiront dans les coffres de la Ville. Mais Québecor n'a jamais caché qu'elle pourrait envisager de sous-louer ses droits afin de réaliser un profit. Nommer l'amphithéâtre en mémoire du «Gros Bill» équivaudrait à renoncer à une lucrative entente avec un gros joueur qui souhaiterait voir son nom scintiller sur la façade de l'aréna.

«Pour ce qui est du nom de l'amphithéâtre, c'est une question commerciale, a soutenu le maire Régis Labeaume. Québecor paie très cher la Ville de Québec pour avoir le droit de mettre un nom là-dessus.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer