Nouvel amphithéâtre de Pittsburgh: financé par des fonds publics

Circuit fermé de télévision, 850 écrans HD, système... (AP)

Agrandir

Circuit fermé de télévision, 850 écrans HD, système de bornes Internet sans fil : la technologie utilisée dans le nouvel amphithéâtre des Penguins risque de faire école ailleurs dans la LNH.

AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Couture, envoyé spécial
Le Soleil

(Pittsburgh) C'est en grande partie par l'entremise de fonds publics que le nouvel amphithéâtre des Penguins a pu voir le jour.

La facture totale du coût de construction du Consol Energy Center (321 millions $US) sera surtout assumée au cours des 30 prochaines années par des revenus générés à des tables de jeu des casinos et d'un fonds de l'État de la Pennsylvanie consacré au tourisme. «Le dossier n'a pas été facile à piloter. Mais aujourd'hui, on peut être fier des résultats», reconnaît la directrice du Sports & Exhibition Authority (SEA) de Pittsburgh, Mary Conturo.

Le SEA, un organisme qui relève de la Ville de Pittsburgh et du comté fédéral d'Allegheny, possède en plus du Consol Energy Center le Heinz Field (domicile des Steelers de la Ligue nationale de football) et le PNC Park (domicile des Pirates des ligues majeures de baseball).

Or, signale Mme Conturo, si le SEA possède le Consol Energy Center, c'est l'organisation des Penguins qui assume à elle seule la gestion annuelle de l'immeuble. C'est d'ailleurs l'équipe qui a mené à bien les travaux de construction de l'amphithéâtre.

Pour occuper de façon permanente les locaux du Consol Energy Center, les Penguins versent un loyer annuel de 4 millions $US au SEA. Le paiement annuel de l'hypothèque de l'amphithéâtre, financé par la vente d'obligations municipales, s'élève autour de 19 millions $ US. Quinze millions de dollars américains proviennent à parts égales de l'opérateur Majestic Star Casino (qui s'est engagé à verser 7,5 millions $US par année pendant 30 ans) et d'un fonds de l'État pour promouvoir l'industrie touristique.

Revenus pour les Penguins

Pour arriver à faire leurs frais dans leur gestion annuelle du Consol Energy, les Penguins ont toutefois accès à plusieurs sources de revenus, signale Mary Conturo.

Par exemple, l'organisation des Penguins tire des revenus des espaces de stationnement, des concessions alimentaires, des bars, des restaurants, de ses boutiques de produits dérivés et des autres espaces commerciaux situés dans le Consol Energy Center ainsi que de l'organisation d'événements autres que sportifs, comme des concerts.

Selon Mme Conturo, cette entente se veut «gagnante-gagnante», puisque la Ville et le comté peuvent de leur côté encaisser des revenus de taxes notamment sur la vente des billets (taxe d'amusement), la location d'espaces de stationnement (taxe de stationnement) et la vente de produits divers (taxe de vente).

L'organisation des Penguins reconnaît que le risque financier est bien réel, puisque si le Consol Energy Center n'est pas rentable, le déficit est assumé par l'équipe.

«Nous devons donc être très créatifs pour arriver à faire nos frais et à générer le plus de revenus avec notre amphithéâtre», indique le vice-président aux affaires des Penguins, Travis Williams.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer