Marie-Pier Boudreau-Gagnon revient sans médaille... et sans regret

Suspendu au cou de sa tante Marie-Pier, Raphael... (Collaboration spéciale Marc Larouche)

Agrandir

Suspendu au cou de sa tante Marie-Pier, Raphael Deslauriers, son filleul âgé de trois ans, est venu accueillir la nageuse, tout comme ses soeurs, Geneviève et Marie-Ève, de même que sa mère, Linda, et sa grand-mère, Lucette Leblanc.

Collaboration spéciale Marc Larouche

Partager

Dossiers >

Nos athlètes aux Jeux de Londres

Sports

Nos athlètes aux Jeux de Londres

Pas moins de 12 athlètes de la grande région de Québec participeront aux Jeux olympiques qui prendront leur envol à Londres, le 27 juillet. Portraits. »

Marc Larouche
Le Soleil

(Rivière-du-Loup) «Je ne suis pas déçue. Notre performance a été excellente, et c'est ça l'important.» Même si elle est revenue des Jeux olympiques de Londres sans médaille, Marie-Pier Boudreau-Gagnon affichait mardi un sourire qui valait de l'or. Visiblement satisfaite, la jeune femme de 28 ans espère toutefois que des changements seront apportés dans la façon de comptabiliser les pointages en nage synchronisée.

«S'il y avait des coefficients de difficulté dans les programmes libres ou que les pointages des juges étaient affichés, pas seulement le final, peut-être que ça aiderait. Mais notre rôle en tant qu'athlètes, c'est de performer, pas d'aller au front.»

Boudreau-Gagnon et ses coéquipières sont toujours demeurées motivées malgré le fait qu'elles étaient pratiquement certaines que le podium leur échapperait, quelle que soit leur performance. «Nous avions eu un bon entraînement en ce sens aux championnats du monde en arrivant toujours quatrièmes avec le même résultat. Nous sommes une équipe de battantes. Nous savons que nous avons très bien nagé et nous gardons la tête haute.»

Linda Boudreau, qui était à Londres pour assister aux performances de sa fille, avoue qu'elle était triste. «Marie-Pier nage depuis 15 ans. Je suis incapable de vous dire pourquoi elle n'a pas de médaille. Les fédérations de nage synchronisée devront prendre des orientations différentes», dit celle qui aurait classé l'Espagne en première place, le Canada en deuxième et la Russie en troisième.

«Juste un petit peu déçue»

Marie-Pier se sent-elle lésée? «Non, juste un petit peu déçue. Mais d'entendre 17 000 personnes crier et vous applaudir, c'était extraordinaire.»

Le maire de Rivière-du-Loup, Michel Morin, a salué le travail de l'athlète et de ses coéquipières, «qui ont livré la meilleure performance de leur vie aux Jeux olympiques. Bon nombre d'athlètes ne le peuvent pas, à cause du stress et différents autres facteurs. Ça m'impressionne.»

Celle qui vient de vivre ses derniers Jeux olympiques en tant qu'athlète a-t-elle le goût de devenir entraîneure ? «Pas de carrière. Mais la nage synchronisée m'a beaucoup donné. Si je peux redonner un peu, ce sera tant mieux.»

Pour Boudreau-Gagnon, la médaille a plus ou moins d'importance. «À Montréal, les gens nous arrêtaient partout pour nous féliciter et nous dire combien ils étaient fiers de nous. Une médaille, c'est un objet. Nous sommes arrivées en quatrième place, mais nous savons que nous avons super bien nagé. Les gens le savent aussi et notre médaille, c'est ça», conclut l'athlète de 29 ans, qui s'offrira quelques jours de vacances en Gaspésie avant de décider si elle participera aux prochains championnats du monde. «Mon rêve d'athlète se termine et un autre, celui de devenir pharmacienne, commence. Il faut vivre ses rêves», conclut-elle.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer