Labeaume veut inciter les Québécois à investir dans l'hôtellerie en Haïti

À terme, Régis Labeaume, photographié ici avec Michaëlle... (Le Soleil, Valérie Gaudreau)

Agrandir

À terme, Régis Labeaume, photographié ici avec Michaëlle Jean, croit que les Québécois pourraient avoir de nouveau envie de passer leurs vacances sous le chaud soleil des côtes haïtiennes.

Le Soleil, Valérie Gaudreau

Partager

Dossiers >

Le Soleil en Haïti

Société

Le Soleil en Haïti

Le Soleil accompagne Régis Labeaume en Haïti. »

Valérie Gaudreau, envoyée spéciale
Le Soleil

(Port-au-Prince) «Je suis sûr qu'il y a des investisseurs québécois dans l'hôtellerie qui pourraient penser qu'il y a une bonne occasion d'affaires en Haïti. Je pense à deux, trois que je connais.»

Régis Labeaume avait annoncé que l'objectif principal de sa mission amorcée mardi était de contribuer à la construction d'une caserne de pompiers à Port-au-Prince. Mais mardi, son discours s'orientait davantage vers la nécessité de développer le tourisme en Haïti.

Le maire de Québec n'a toutefois pas nommé les entrepreneurs qu'il avait en tête. Mais il s'est dit convaincu que la relance d'Haïti passe aussi par la relance du tourisme, notamment dans les régions du Cap-Haïtien et de Jacmel. M. Labeaume n'a pas encore visité Jacmel, mais il s'y rendra aujourd'hui en compagnie de l'envoyée spéciale de l'UNESCO pour Haïti, Michaëlle Jean.

Assuré malgré tout du potentiel touristique de la région, M. Labeaume envisage de jouer un rôle d'entremetteur entre des investisseurs québécois et des instances haïtiennes.

«L'idée est peut-être de tenter de les mettre en contact avec les autorités ici, de leur faciliter la vie», a-t-il expliqué. «Est-ce que je peux développer des canaux pour aider des entrepreneurs québécois à investir sur la place? Moi, je pense que oui.»

Vacances au chaud

À terme, Régis Labeaume croit que les Québécois pourraient avoir de nouveau envie de passer leurs vacances sous le chaud soleil des côtes haïtiennes.

«Si on pouvait faire en sorte que les milliers de Québécois qui vont en vacances en République dominicaine et à Cuba viennent ici, ça les aiderait tellement», a-t-il estimé.

«Dans les années 60 et 70, le Club Med était ici. Haïti, c'était la place.»

Mais les coups d'État, la dictature et l'instabilité politique ont miné le tourisme haïtien.

Qu'importe, il faut relancer le tout en construisant des «resorts», plaide Régis Labeaume.

«Puerto Plata [en République dominicaine], ça n'existait pas. Ç'a été bâti out of nowhere. Tu peux faire la même affaire ici», a illustré M. Labeaume quelques heures après son arrivée à Port-au-Prince. «Est-ce que je peux aider à ça? C'est la question que je me pose cette semaine.»

Le nom de Luck Mervil sur une affiche... (Photo Valérie Gaudreau) - image 2.0

Agrandir

Le nom de Luck Mervil sur une affiche annonçant un concert à l'hôtel Karibé de Pétionville. Le chanteur québécois y sera avec le musicien haïtien Fabrice Rouzier «and friends».

Photo Valérie Gaudreau

>> LU

Le nom de Luck Mervil sur une affiche (photo) annonçant un concert à l'hôtel Karibé de Pétionville. Le chanteur québécois y sera avec le musicien haïtien Fabrice Rouzier «and friends». Très impliqué dans les projets pour sortir sa terre natale de son marasme, Luck Mervil a passé beaucoup de temps en Haïti depuis le séisme de janvier 2010. Il a notamment lancé le projet de reconstruction Vilaj Vilaj qui a connu des déboires financiers. Deux ans après le lancement de cet organisme, Mervil annonçait l'hiver dernier qu'il faisait une pause pour revenir à la musique.

>> VU

Une chaîne d'information qui ne lésine pas sur les minutes consacrées au président haïtien Michel Martelly. Martelly en conférence de presse, Martelly dans un dîner officiel, Martelly en entrevue : celui qui a connu une carrière de chanteur pop sous le nom de Sweet Micky avant de devenir président en avril 2011 est partout. Mais cette présence médiatique n'est pas gage d'une popularité sans faille. Cet automne, les manifestations anti-Martelly se sont multipliées dans les rues de Port-au-Prince alors que des citoyens lui reprochent des promesses non tenues sur l'amélioration de la qualité de vie des Haïtiens.

>> ENTENDU

L'ex-gouverneure générale du Canada et envoyée spéciale de l'UNESCO pour Haïti, Michaëlle Jean, confier que son accent se transforme dès qu'elle remet le pied dans son pays d'origine. «Le créole revient. Ça change immédiatement», a-t-elle lancé, visiblement émue à son arrivée à l'aéroport de Port-au-Prince.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer