La deuxième chance d'Anquan Boldin

Les joueurs des 49ers devront avoir à l'oeil... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Les joueurs des 49ers devront avoir à l'oeil Anquan Boldin des Ravens de Baltimore. Le receveur de passes a marqué deux touchés dans la victoire de 28-13 des Ravens contre les Pats, lors de la finale de l'Association américaine.

Photothèque Le Soleil

Partager

Dossiers >

Le Soleil au Super Bowl

Sports

Le Soleil au Super Bowl

Les reportages de notre envoyé spécial en Nouvelle-Orléans et toutes les infos sur le 47e Super Bowl »

(La Nouvelle-Orléans) Le 28 septembre 2008, l'ailier espacé Anquan Boldin, des Cards de l'Arizona, a quitté le terrain sur une civière après avoir été frappé violemment par deux joueurs des Jets de New York, alors qu'il tentait de capter une longue passe de Kurt Warner dans la zone des buts avec 27 secondes à écouler au tableau indicateur dans une défaite de 56-35.

Boldin avait alors été frappé dans le dos par Kerry Rhodes avant d'entrer en collision casque contre casque avec Eric Smith. Un choc suffisamment violent pour que Boldin et Smith perdent tous les deux connaissance. Le maraudeur des Jets est parvenu à se relever quelques minutes plus tard, mais ce ne fut pas le cas de Boldin, qui a alors quitté le stade à bord d'une ambulance.

À la surprise générale, l'excellent receveur de passes des Cards est revenu au jeu à peine un mois plus tard et il a immédiatement prouvé qu'il était complètement rétabli de sa blessure aux sinus en captant neuf passes et en inscrivant deux touchés contre les Panthers de la Caroline.

Quatre ans et quatre mois plus tard, Boldin porte maintenant l'uniforme des Ravens de Baltimore - il a été échangé le 5 mars 2010 en retour de trois choix au repêchage - et il s'apprête à prendre part au Super Bowl pour la deuxième fois de sa carrière.

Et contrairement à ce qu'on pourrait croire, il n'est pas un fan des nouvelles règles mises de l'avant par la NFL afin de protéger les receveurs de passes laissés sans défense face aux vicieux plaqués des joueurs affectés à leur couverture. «Les nouveaux règlements font beaucoup trop la vie dure aux joueurs défensifs. Le jeu se déroule beaucoup trop rapidement pour que les joueurs aient le temps de réfléchir et de s'interroger sur la légalité ou non de leur plaqué dans le feu de l'action. Les joueurs de football savent à quoi s'attendre. Nous savons que nous pratiquons un sport violent», raconte Boldin.

Effort collectif

L'excellente tenue du quart Joe Flacco depuis le début des séries (huit touchés contre aucune interception) fait en sorte que le vétéran de 32 ans et le jeune ailier espacé Torrey Smith semblent contribuer davantage aux succès des Ravens que dans un passé pas très lointain. «Nos succès offensifs sont plutôt le résultat d'un effort collectif. Des gars comme Ray Rice [porteur de ballon] et Dennis Pitta [ailier rapproché] jouent également un rôle important pour que nous ayons une attaque balancée. Ce n'est pas seulement l'affaire des numéros 81 et 82», explique Boldin, qui s'est assuré de prendre son jeune coéquipier sous son aile dès l'arrivée de ce dernier à Baltimore en 2011.

«Torrey est comme mon petit frère et j'essaie de l'aider de toutes les façons possible. C'est facile pour moi d'agir ainsi parce qu'il apprend tellement rapidement, ajoute Boldin. À sa sortie de la NCAA, il était réputé pour sa vitesse. Même s'il en est seulement à sa deuxième année dans la NFL, il sera bientôt considéré par ses pairs comme un receveur complet, courant des tracés précis et capable d'effectuer des  blocs pour faciliter le travail de ses coéquipiers.»

Le 1er février 2009, Boldin a capté huit passes pour des gains de 84 verges, mais cela n'a pas été suffisant pour les Cards de l'Arizona, qui se sont inclinés 27-23 devant les Steelers de Pittsburgh lors du XLIIIe Super Bowl. Cette année, il a la ferme intention de se retrouver dans le clan des vainqueurs quand prendra fin le XLVIIe SB, dimanche soir.

«Je suis bien heureux d'avoir une deuxième occasion de remporter les grands honneurs parce que je me souviens que j'avais ressenti un grand vide la première fois quand j'ai réalisé que je ne pourrais pas toucher au trophée remis aux champions. C'est un sentiment désagréable dont je n'ai pas réussi à me départir complètement depuis ce temps, mais je compte bien remédier à cette situation, dimanche, avec une victoire.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer