L'enfant dans le magasin de jouets

Outre les projets ludiques, l'opération séduction du maire... (Le Soleil, François Bourque)

Agrandir

Outre les projets ludiques, l'opération séduction du maire Régis Labeaume a aussi été prétexte à rencontrer des entreprises, à plaider la cause de l'immigration et à vanter la qualité de vie à Québec.

Le Soleil, François Bourque

Dossiers >

Le Soleil à Bordeaux

Actualité

Le Soleil à Bordeaux

Notre envoyé spécial François Bourque accompagne le maire de Québec Régis Labeaume à Bordeaux, en France. »

François Bourque, envoyé spécial
Le Soleil

(Bordeaux) Nous avons tous vu la même image. Vous qui n'y étiez pas, peut-être encore plus que ceux qui y étaient. L'enfant dans le magasin de bonbons ou de jouets qui dit: «Moi aussi, j'en veux!» chaque fois qu'il voit quelque chose qui tourne ou qui brille.

Une fête du vin, un festival gastronomique, un carrousel, une fontaine miroir aux alouettes dans les jardins de l'hôtel de ville, une école de rock pour les jeunes. Sans parler du tramway, même si l'idée ne vient pas vraiment de Bordeaux.

Vous vous êtes demandé combien cela allait coûter aux contribuables de Québec? Et demandé, peut-être, si ce maire pouvait s'intéresser à autre chose qu'à amuser sa ville et à en faire un spectacle.

Il y a ici un effet de distorsion. Nous avons retenu davantage les projets les plus ludiques. Mais le maire n'a pas parlé que de carrousel et de fêtes lors de cette mission à Bordeaux dont il ren-tre aujourd'hui.

Il a aussi rencontré des entreprises, plaidé la cause de l'immigration à Québec et vanté notre qualité de vie; a participé à un exercice sur la démocratie locale et à un autre sur la diversité culturelle; il a visité des projets d'écoquartiers et de densification du centre, s'est informé sur l'impact urbain d'un éventuel TGV et sur un projet d'animation sociale de quartier.

Le bilan de l'opération séduction visant à attirer à Québec des immigrants qualifiés est difficile à faire maintenant. Une quinzaine semblent prêts à venir cet automne.

Plus de 1000 personnes ont passé des entrevues, 16 000 ont visité le kiosque de la ville à Bordeaux et plus de 1300 sont allées sur la page Internet décrivant les emplois disponibles à Québec.

Le vrai bilan viendra plus tard.

M. Labeaume rapporte avoir mangé pas moins de cinq fois avec le maire de Bordeaux, Alain Juppé, qu'il présente comme son ami.

Certains y verront une autre preuve que les missions à l'extérieur ne servent qu'à s'amuser dans les cocktails. Cela peut aussi arriver, remarquez.

Que deux maires dont les villes présentent plusieurs similitudes prennent le temps d'échanger et de partager des idées n'est cependant pas une perte de temps.

N'oublions pas non plus qu'Alain Juppé est un des candidats pressentis à la présidence de la France pour 2012, dans l'éventualité (peu probable) où Sarkozy se retirerait.

On ne connaît pas l'avenir. On sait cependant que compter parmi les amis de sa ville un président de la France, si ça doit arriver un jour, n'est certainement pas inutile.

Votre question est pour le reste légitime. Comment les nouveaux projets lancés cette semaine vont-ils coûter à la Ville? Rappelons d'abord que ces projets ne sont pas tous si nouveaux. La fontaine de l'hôtel de ville est dans les cartons depuis plus d'un an, même si le maire a donné l'impression qu'il venait de la découvrir à Bordeaux.

On ne connaît pas encore le prix et on ne sait pas encore si la Ville réalisera le projet. On a vu cependant la réaction empressée des citoyens autour de la fontaine de Tourny et de celle de la promenade Samuel-De Champlain.

Pour le carrousel, on comprend que c'est un entrepreneur privé qui en assumerait la facture et les risques, hormis les coûts de préparation du terrain, encore inconnus.

Pour l'école de rock, le projet de Québec est déjà presque réalisé et sera plus modeste que celui de Bordeaux, même si le maire a parlé d'un «copier-coller».

L'Ampli de la rue Saint-Joseph ne dédoublera pas les écoles de musique et ne fera pas d'intégration sociale de jeunes en difficulté comme la Rock School Barbey.

Le projet d'une grande roue au bassin Louise sera aussi mené par un privé. Les discussions sont en cours. On ne connaît pas encore les enjeux financiers pour la Ville, mais on sera attentif.

Quant à Bordeaux fête le vin à Québec en 2012, on parle d'une opération de marketing commercial qui, pour l'essentiel, serait à la charge des producteurs français.

Dans l'éventualité où des négociants ou des spécialistes du vin en prendraient prétexte pour se réunir à Québec et y tenir des congrès, il faudra parler de retombées économiques et non de coûts. «On veut toujours que ces missions soient payantes. Juste avec Bordeaux fête le vin à Québec, on a atteint l'objectif», croit M. Labeaume.

Les élus qui voyagent finissent toujours par en rapporter des idées ou des leçons.

Je préfère un maire qui voyage et s'ouvre les esprits à un maire enfermé dans son bureau à gratter les fonds de tiroirs. La différence avec les autres est probablement que le maire Labeaume réfléchit et rêve à voix haute, alors que d'autres sont plus discrets.

Le maire Juppé nous a dit cette semaine emprunter lui aussi des idées à Québec : le conseil de la diversité culturelle, l'aménagement, le programme fiscal d'aide aux entreprises techno dans Saint-Roch, etc.

La différence est que M. Juppé en parle moins fort. L'autre différence est qu'il n'emprunte pas des jouets mais des outils.

Plusieurs se seront étonnés que M. Labeaume parle si peu de tramway cette semaine, lui qui vient de lancer un projet pour Québec. Il a expliqué qu'il en avait beaucoup discuté avec le maire Juppé et que, pour le reste, Québec avait toutes les informations dont elle a besoin sur le tramway de Bordeaux.

Tel que décrit dans notre analyse d'hier, M. Labeaume constate que les projets des deux villes sont très différents.

Bordeaux a fait son tramway pour unir des quartiers, transporter un maximum de voyageurs et refaire son centre-ville en sortant l'automobile. Québec envisage un tramway d'abord pour développer de nouveaux quartiers.

Le projet de Québec sera probablement moins dérangeant que l'a été celui de Bordeaux qui passe par le centre-ville historique.

M. Labeaume dit avoir entendu les conseils de M. Juppé l'invitant à consulter beaucoup et à bien expliquer le projet aux citoyens.

Il semble cependant croire que la consultation mobilisera beaucoup moins de monde à Québec. On verra à partir de l'automne.

Je reviens sur votre question : combien l'enfant dans le magasin de jouets va-t-il coûter à ses parents payeurs de taxes?

Je suggère d'y ajouter cette seconde question : combien cela peut-il rapporter? En capital humain, en investissements nouveaux, en argent neuf dans la région, en plaisir, en attractivité et en qualité de vie. On pourra ensuite faire le bilan.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • «M. Caramel» charmé par Québec

    La capitale

    «M. Caramel» charmé par Québec

    «M. Caramel», de son vrai nom Jean-Marie Malaval, est sous le charme de Québec. Le bâtisseur de carrousels de Bordeaux visite la capitale depuis... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer