Le village natal de Mgr Ouellet se prépare pour une invasion de journalistes

Partager

Dossiers >

Le choix d'un pape

Société

Le choix d'un pape

Benoït XVI a démissionné le 11 février. Le choix d'un nouveau pape emballe la machine à rumeurs et ouvre la porte aux jeux de coulisses du Vatican. »

Sur le même thème

Andy Blatchford
La Presse Canadienne
Montréal

Le modeste village natal de l'un des favoris à la succession du pape Benoît XVI s'affairait à mettre sur pied un centre des médias, lundi, en prévision d'une invasion de reporters en vue du vote visant à élire le prochain souverain pontife.

Lundi, dans le sous-sol de l'église Saint-Luc, des... (La Presse Canadienne) - image 1.0

Agrandir

Lundi, dans le sous-sol de l'église Saint-Luc, des ouvriers s'affairaient à installer une connexion internet sans fil et des câbles de télévision pour permettre aux reporters de suivre le conclave au petit écran. Ils montaient également des dizaines de rangées de tables et des chaises.

La Presse Canadienne

Alors que le cardinal Marc Ouellet est perçu comme un candidat de choix pour remplacer le pape démissionnaire, des résidants du village de La Motte, dans la région de l'Abitibi-Témiscamingue, ont commencé les préparatifs visant à transformer le sous-sol de son ancienne église en centre médiatique.

Mgr Ouellet a été baptisé puis ordonné prêtre dans l'église Saint-Luc, sise dans le coeur de La Motte, un village ne comptant que 439 habitants et situé à quelque 600 km au nord-ouest de Montréal. L'édifice sert maintenant de centre communautaire après des années de baisse de l'affluence aux messes.

Les autorités du village s'attendent à ce que des dizaines de journalistes - et plusieurs camions-satellites - envahissent le village de La Motte pendant le conclave. Le village a un dépanneur, mais ni restaurant, ni motel, et ses résidants, avec l'aide des deux seuls employés municipaux, ne lésinent pas pour accueillir le mieux possible tout ce beau monde.

À défaut de motel, les visiteurs devront trouver de l'hébergement dans l'une des principales villes de la région, toutes situées à au moins une demi-heure de route. L'absence de restaurant a par ailleurs incité les responsables à faire appel un traiteur pour permettre aux journalistes de prendre leurs trois repas, a confié Edma-Annie Wheelhouse, l'une des deux personnes travaillant bureau de la municipalité.

Lundi, dans le sous-sol de l'église Saint-Luc, des ouvriers s'affairaient à installer une connexion internet sans fil et des câbles de télévision pour permettre aux reporters de suivre le conclave au petit écran. Ils montaient également des dizaines de rangées de tables et des chaises.

Des membres de la famille Ouellet, qui vivent toujours dans la région, doivent tenir une conférence de presse dans l'église même, près de l'autel, à l'issue du conclave. Ils doivent rencontrer les médias, peu importe l'issue du vote.

Les cardinaux n'ont toujours pas établi la date du conclave, mais une annonce est attendue au cours des prochains jours.

Quiétude bouleversée

Bien que le vote ne soit pas commencé, le village de La Motte se prépare pour une expérience jamais vécue auparavant.

«Ici, les citoyens sont habitués à leur quiétude, et nous devons nous assurer qu'ils ne seront pas trop dérangés par... tous ces gens additionnels», a rappelé Mme Wheelhouse.

«Nous sommes des gens très accueillants, et nous voulons être certains que notre façon d'être - la bonté des citoyens - soit retransmise aux médias internationaux.»

Avec la collaboration de Tourisme Abitibi-Témiscamingue, les autorités de La Motte demandent aux représentants des médias de s'inscrire avant de se diriger vers le village.

Mme Wheelhouse s'attend à ce que les journalistes passent de nombreuses heures au centre médiatique, et ce pendant plusieurs journées consécutives, en attendant que la fameuse fumée blanche ne flotte dans le ciel du Vatican.

Selon Mme Wheelhouse, une vingtaine d'organisations médiatiques - du Canada, des États-Unis et de la France - ont visité le village depuis l'annonce de la démission du Pape Benoît XVI le mois dernier.

«C'est tout nouveau pour nous», reconnaît Mme Wheelhouse en faisant allusion à toute cette attention. «Avant tout ceci, nous étions inconnus.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer