Un nouveau conseiller devra être élu à Québec

Les citoyens du district Saint-Rodrigue se retrouvent sans... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Les citoyens du district Saint-Rodrigue se retrouvent sans conseiller à la suite de l'élection de la caquiste Denise Trudel comme députée de Charlesbourg.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partager

Dossiers >

Le Québec en élections

Politique

Le Québec en élections

Le premier ministre Jean Charest a mis un terme à son gouvernement le 1er août 2012, en déclenchant officiellement des élections générales pour le 4 septembre. »

(Québec) L'élection de Denise Trudel dans Charlesbourg forcera la Ville de Québec à tenir une élection partielle dans le district Saint-Rodrigue, et Québec autrement sera de la bataille pour son premier test électoral.

«Nous serons sur les rangs», a confirmé au Soleil le chef de Québec autrement, David Lemelin.

Au Québec, un élu ne peut cumuler deux mandats politiques. Si elle veut assumer ses fonctions de nouvelle députée de Charlesbourg, la conseillère municipale indépendante Denise Trudel devra remettre sa démission sous peu au greffier de la Ville de Québec. «Elle devra produire une lettre de démission. Elle disposera de 30 jours pour ce faire suite au scrutin», a précisé le greffier, Sylvain Ouellet.

Au ministère des Affaires municipales, la porte-parole Émilie Lord confirme que la Ville devra cependant pourvoir son poste. L'article 335 de la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités prévoit que «la vacance qui est constatée plus de 12 mois avant le jour fixé pour le scrutin de la prochaine élection générale doit être comblée par une élection partielle». Or, les prochaines élections municipales auront lieu le 6 novembre 2013.

«On n'aura pas le choix» de pourvoir le poste, a indiqué l'attaché de presse de Régis Labeaume, Paul-Christian Nolin, soulignant que tout ce processus devra être mis en branle pour une question de «quelques semaines». Car la démission de Mme Trudel surviendra à peine un mois avant la date où une élection n'aurait pas été nécessaire. Selon le porte-parole de la Ville de Québec, Jacques Perron, le coût d'une élection partielle s'élève à 150 000 $ environ.

Québec autrement prêt pour son premier test

Pour Québec autrement, ce sera une première occasion d'en découdre avec un candidat d'Équipe Labeaume. Et la jeune formation politique a même déjà identifié des candidats potentiels. «Ce sont des choses qui se préparent. Oui, nous avons des personnes ciblées, mais avec une réflexion élargie aussi sur la façon de le faire et sur la personne à mettre de l'avant. Tous les scénarios sont sur la table.»

Et ce n'est pas la popularité de Régis Labeaume qui freinera Québec autrement, assure M. Lemelin. «C'est clair qu'on va faire valoir que c'est absolument nécessaire d'avoir de l'opposition supplémentaire à l'hôtel de ville. Dans ce contexte-là, on ne va pas rester assis chez nous à se dire : "Tout à coup on perd..." Non, c'est pas vrai. On va mettre les gants et on va aller au combat, c'est tout!»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer