Sondage Segma: large avance pour le PQ dans Taschereau

Le candidat libéral Clément Gignac arrive deuxième avec... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Le candidat libéral Clément Gignac arrive deuxième avec 19 % des intentions de vote, loin derrière la péquiste Agnès Maltais (41 %).

Infographie Le Soleil

Partager

Dossiers >

Le Québec en élections

Politique

Le Québec en élections

Le premier ministre Jean Charest a mis un terme à son gouvernement le 1er août 2012, en déclenchant officiellement des élections générales pour le 4 septembre. »

(Québec) Ce n'est pas ce matin que l'on doit proclamer la réélection d'Agnès Maltais dans Taschereau. Mais à en croire les résultats d'un sondage Segma-Le Soleil, la bataille pourrait s'avérer nettement moins ardue qu'on aurait pu le croire a priori, à cause d'une division du vote qui s'annonçait féroce et de la présence du ministre libéral Clément Gignac.

L'enquête statistique donne en effet Mme Maltais bonne première dans cette circonscription du centre-ville avec 41 % des intentions de vote, loin devant M. Gignac (19 %). La gauche étant plus forte dans Taschereau que la moyenne québécoise, le candidat de Québec solidaire Serge Roy récolte 16 % des appuis, soit le même niveau que le caquiste Mario Asselin. Catherine Dorion, la candidate d'Option nationale qui s'est fait connaître grâce à une vidéo sur YouTube, ferme la marche avec 7 % de la faveur populaire.

En 2008, Mme Maltais l'avait emporté avec 44 % des votes, ce qui fut bon pour une majorité de près de 4000 voix. Mais les pourtours de Taschereau ont été redessinés depuis, et si la nouvelle carte avait prévalu en 2008, la députée péquiste aurait obtenu environ 41 % des voix, la même chose que dans notre sondage, calcule le président de Segma, Raynald Harvey.

Ce qui s'est passé pour que Mme Maltais jouisse maintenant d'une telle avance, explique-t-il, «c'est qu'on voit dans Taschereau les mêmes tendances qu'ailleurs dans la région de Québec. Les libéraux perdent des plumes, cela varie entre 10 et 12 %, mais cela atteint 17 % dans Taschereau, malgré Clément Gignac. Ces votes-là tombent un peu partout dans les autres partis; ailleurs à Québec, ça peut tomber plus souvent sur la CAQ, mais dans Taschereau, Québec solidaire en profite plus».

Choix «définitif»

Autre mauvaise nouvelle pour les adversaires de Mme Maltais : le vote est plus cristallisé qu'ailleurs en province. Pas moins de 75 % des électeurs de Taschereau qualifient leur choix de «définitif», et ce sont les sympathisants péquistes qui sont les plus sûrs de tous (83 %).

«On ne voit pas de signe d'un mouvement qui pourrait menacer Mme Maltais et, en plus, la pente serait longue à remonter. Alors je dirais que le Jell-O commence à être pas mal pris, commente M. Harvey. En plus, les tiers partis performent habituellement moins bien dans l'urne. [...] C'est quand même impressionnant parce que la CAQ est très forte dans la région de Québec, mais Taschereau, c'est comme un petit village gaulois.»

Mme Maltais y est élue depuis 1998, avec des majorités très confortables de plus de 3000 votes. Sa victoire la plus «courte» est survenue en 2003 (près de 1700 voix).

La circonscription est habitée par une forte proportion de locataires et de fonctionnaires, dit M. Harvey. «C'est aussi un endroit très urbain, où les gens ont plus besoin de services collectifs : quand tu n'as pas de terrain pour mettre une piscine, tu as besoin de piscine publique. C'est l'inverse de la banlieue, où les gens sont pris dans le trafic et se disent qu'ils voudraient payer moins de taxes parce qu'ils utilisent moins les services publics», explique le sondeur.

Notons que 55 % des sondés prévoient que le PQ formera le prochain gouvernement, et que 79 % croient qu'il sera minoritaire. Aux yeux des habitants de Taschereau, c'est Pauline Marois qui ferait la meilleure première ministre (32 %), loin devant Jean Charest (19 %). Le leader de la CAQ, François Legault, arrive troisième (15 %) dans cette circonscription alors qu'à l'échelle nationale, il a pris les devants dans cette catégorie.

Méthodologie

Ce coup de sonde a été mené auprès de 663 répondants mardi et lundi, par une méthode hybride d'appels téléphoniques automatisés que Segma a validés avec des appels «classiques». Pour un échantillon de cette taille, la marge d'erreur maximale est de plus ou moins 3,8 %, 19 fois sur 20. La validité des appels automatisés est confirmée par diverses mesures et par appariement avec le groupe de contrôle, qui représente 32 % de l'échantillon total.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer