Sondage CROP: Jean Charest bon troisième

Mené de vendredi à dimanche, soit dans les... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Mené de vendredi à dimanche, soit dans les jours qui ont suivi les débats télévisés de la semaine dernière, ce coup de sonde accorde 33% des intentions de vote au PQ, qui fait essentiellement du surplace depuis le début de la campagne.

Infographie Le Soleil

Partager

Dossiers >

Le Québec en élections

Politique

Le Québec en élections

Le premier ministre Jean Charest a mis un terme à son gouvernement le 1er août 2012, en déclenchant officiellement des élections générales pour le 4 septembre. »

(Québec) Si le leader libéral Jean Charest comptait sur les débats des chefs en rafale pour inverser les tendances de cette campagne, il s'est manifestement fourvoyé. Le dernier sondage CROP-Le Soleil-La Presse place maintenant son parti au troisième rang au Québec et laisse entrevoir une course à deux chez les francophones, course à laquelle le Parti libéral du Québec (PLQ) ne sera apparemment pas invité...

Intentions de vote au provincial... (Infographie Le Soleil) - image 1.0

Agrandir

Intentions de vote au provincial

Infographie Le Soleil

Le meilleur chef... (Infographie Le Soleil) - image 1.1

Agrandir

Le meilleur chef

Infographie Le Soleil

Mené de vendredi à dimanche, soit dans les jours qui ont suivi les débats télévisés de la semaine dernière, ce coup de sonde accorde 33 % des intentions de vote au Parti québécois (PQ), qui fait essentiellement du surplace depuis le début de la campagne. Mais la Coalition avenir Québec (CAQ) a gagné trois points depuis 10 jours, et sept depuis le début d'août, ce qui la place maintenant au deuxième rang, avec 28 % de la faveur populaire. Le PLQ, quant à lui, ne récolte plus que 26 % d'appuis, alors que CROP en mesurait 29 % il y a trois semaines.

Beaucoup de ces différences, bien sûr, tombent à l'intérieur de la marge d'erreur - qui est de plus ou moins 3,1 %, 19 fois sur 20, pour le présent échantillon de 1002 répondants. Il faut donc les prendre avec un grain de sel, mais M. Rivest fait remarquer que les trois enquêtes qu'il a menées ce mois-ci montrent des tendances assez nettes.

Chez les francophones, où se jouent les élections québécoises, l'avance confortable dont jouissait le PQ sur la CAQ avant les débats a fondu de moitié, passant de 13 points (39 % à 26 %) à seulement six points maintenant (36 % à 30 %). De plus en plus marginalisé, le PLQ suit loin derrière, à 19 %.

Difficile, toutefois, de prédire l'issue du scrutin sur la foi de ces résultats. «Je ne crois pas que [la chef péquiste Pauline] Marois soit en terrain majoritaire avec seulement six points d'avance chez les francophones», dit le sondeur de CROP Youri Rivest, qui ajoute cependant que l'électorat montre une volatilité étonnante pour ce stade-ci de la campagne.

Indécis

Il reste encore 13 % d'indécis, souligne-t-il, et seulement 70 % des «décidés» disent que leur choix est définitif - ce qui est plus que les 56 % du sondage CROP de la mi-août, mais laisse tout de même près du tiers des électeurs qui peuvent encore changer d'avis, à une semaine du vote. Notons que ce sont les libéraux dont la base est la plus solide, avec pas moins de 82 %, qui qualifient leur décision de «ferme», mais cela signifie surtout que dans leur cas, «à force de perdre des appuis, on est rendu à l'os. Ceux qui restent, c'est le noyau dur», analyse M. Rivest.

Par comparaison, 71 % des péquistes ne prévoient pas changer d'idée d'ici au 4 septembre, et 61 % des caquistes disent de même. Bien que cela laisse encore beaucoup de partisans de la CAQ «disponibles» pour les autres partis, cela dénote néanmoins un raffermissement certain, puisqu'ils n'étaient que 38 % à qualifier leur choix de définitif au début d'août.

Autre mauvaise nouvelle pour Jean Charest : des chefs des trois principaux partis, il est maintenant celui qui est le moins vu comme le meilleur premier ministre, ses 19 % de mentions le plaçant derrière François Legault (24 %) et Pauline Marois (23 %). Ce qui, note le sondeur de CROP Youri Rivest, est très étonnant pour un PM sortant.

«C'est souvent un bon indicateur avancé du vote final. Les gens commencent par accepter d'envisager de changer de parti, puis vont d'abord s'intéresser aux chefs avant de faire leur choix», dit M. Rivest. À cet égard, le sondeur remarque que la perception de M. Legault a progressé depuis deux semaines : 26 % des répondants voient maintenant en lui le plus «compétent dans les questions économiques» (contre 21 % lors du CROP précédent), et 22 % le plus «capable de livrer la marchandise» (plus 3 %). Il ne mène dans aucune de ces deux catégories - M. Charest et Mme Marois le font -, mais M. Rivest voit là un signe que le chef caquiste «est en train de passer le test de la crédibilité au sein de la population».

D'un point de vue régional, ce sondage CROP vient par ailleurs confirmer les résultats publiés hier par Le Soleil, qui montrait la CAQ en avance dans la capitale et ses alentours, avec 35 % des intentions de vote, contre 25 % pour le PLQ et 24 % pour le PQ.

Enfin, si vous avez quelques dollars à parier sur la région où Pauline Marois et François Legault passeront le plus de temps jusqu'à mardi prochain, misez sur la couronne de Montréal. Dans le fameux 450, les deux partis sont littéralement au coude à coude : 37 % à 35 % en faveur du PQ.

Environ les deux tiers des  électeurs (64%)... (TVA) - image 2.0

Agrandir

Environ les deux tiers des électeurs (64%) ont regardé au moins un des quatre débats télévisés de la semaine dernière, et 27% ont dit les avoir tous écoutés, selon notre sondage CROP.

TVA

DES DÉBATS ÉCOUTÉS

Environ les deux tiers des électeurs (64%) ont regardé au moins un des quatre débats télévisés de la semaine dernière, et 27% ont dit les avoir tous écoutés, selon notre sondage CROP. C'est le premier débat, à quatre chefs, qui a attiré le plus large auditoire (48%), tandis que le face-à-face entre Jean Charest et François Legault a été le moins regardé (39%).

Fait intéressant, a trouvé CROP, ce sont les partisans de la Coalition avenir Québec (CAQ) qui ont été les plus assidus, ayant écouté en moyenne 2,1 débats, contre 1,9 pour les péquistes et 1,8 pour les libéraux.

Pour le sondeur Youri Rivest, cela peut s'expliquer par le fait que les électeurs tentés par la CAQ étaient (et sont toujours) ceux qui se disent le moins sûrs de leur choix. D'où, sans doute, un «magasinage» plus minutieux...

Méthodologie

La collecte des données téléphonique s'est déroulée du 24 au 26 août 2012. Un total de 1002 entrevues ont été réalisées. Les résultats ont été pondérés afin de refléter la distribution de la population adulte du Québec selon le sexe, l'âge, la région de résidence ainsi que la langue maternelle. La marge d'erreur maximale de ce sondage est de 3,1 points, et ce, 19 fois sur 20.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer