Régis Labeaume obtient son «mandat fort»

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Élections à Québec

Politique

Élections à Québec

Les élections municipales du 3 novembre 2013 à Québec »

(Québec) Régis Labeaume l'a eu, son «mandat fort». Non seulement le maire sortant a raflé plus de 74 % des votes, il a pratiquement balayé le conseil municipal en faisant élire 18 de ses candidats sur 21.

Régis Labeaume s'est prévalu de son droit de... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 1.0

Agrandir

Régis Labeaume s'est prévalu de son droit de vote dimanche matin.

Le Soleil, Erick Labbé

Régis Labeaume était fort heureux, dimanche soir, après... (Le Soleil, Yan Doublet) - image 1.1

Agrandir

Régis Labeaume était fort heureux, dimanche soir, après sa décisive victoire.

Le Soleil, Yan Doublet

Seuls trois élus feront opposition à l'équipe du maire à l'hôtel de ville. Parmi eux, les deux mêmes qui avaient survécu au véritable tsunami d'Équipe Labeaume aux élections de 2009, Yvon Bussières et Anne Guérette. Le troisième, qui s'annonce déjà comme un farouche vis-à-vis au maire Labeaume, est l'ancien maire de Sillery, Paul Shoiry.

Il s'agit d'un retour à l'hôtel de ville pour M. Shoiry. Celui qui l'avait quitté en 2009 l'a emporté avec un score frisant les 60 % devant l'avocat et ancien ombudsman de la Ville de Québec, son ami Robert Dinan.

À eux trois, ces élus de Démocratie Québec représentent l'essentiel de la haute ville, du Vieux-Québec jusqu'à la frontière de Sainte-Foy en passant par les quartiers Montcalm et Saint-Sacrement.

Les arrondissements de Beauport, de Charlesbourg, de La Haute-Saint-Charles, et des Rivières ont tous été largement balayés par les candidats d'Équipe Labeaume, les majorités atteignant souvent 70 %, voire 75 %.

Galvanisé par son fameux «mandat fort», Régis Labeaume n'a pas perdu une seconde pour relancer les politiciens provinciaux dans son discours. «Soyez conscients que la population réclame du changement» dans les conditions de travail des employés municipaux, a-t-il lancé. Puis il a invité les leaders syndicaux à «discuter de manière calme et civilisée» en vue d'en arriver à un contrat négocié. «Les acquis d'une autre époque devront être revus», a-t-il toutefois prévenu, sous les bravos de ses partisans. «Nous sommes peut-être au début d'une ère nouvelle», a lancé le maire de 57 ans qui avait été élu à 79,7 % en 2009.

Lemelin ni maire ni conseiller

Les deux autres candidats de Démocratie Québec qui étaient déjà élus dans l'opposition au moment du déclenchement des élections, Patrick Paquet et Ginette Picard-Lavoie, quittent le conseil municipal après s'être inclinés devant Jonatan Julien et Geneviève Hamelin.

La défaite de dimanche soir est double pour le chef de Démocratie Québec, David Lemelin. Son colistier dans le district Cap-Rouge-Laurentien, Conrad Verret, et lui ont mordu la poussière devant le «carré vert» et plus jeune candidat d'Équipe Labeaume, Laurent Proulx. Le jeune homme de 26 ans a récolté plus de 53 % des voix dans le district où l'indépendant Jean Guilbault a grugé près de 17 %.

Même s'il disait dans Le Soleil de samedi qu'il était «fondamental» qu'il fasse son entrée à l'hôtel de ville, le chef de Démocratie Québec a gardé la tête haute dans la défaite. «Je ne suis pas abattu, a dit M. Lemelin. Je respecte le résultat électoral, du premier au dernier. Je suis serein.»

Le jeune chef de 40 ans a toutefois refusé de spéculer sur son avenir en tant que chef de la formation d'opposition issue de la fusion de Québec autrement et de Démocratie Québec fondé par Anne Guérette.

«Aucune idée pour l'instant, je n'en suis pas là», a-t-il dit. Je suis un gars d'équipe, donc demain on va s'asseoir en équipe.»

Parmi les luttes qui ont attiré l'attention, dans Cap-aux-Diamants, la conseillère depuis 2007 Anne Guérette l'a emporté par 10 % d'écart devant Frédéric Poitras. M. Poitras n'avait pourtant pas ménagé les efforts, installant son bureau électoral dès cet été, notamment au coin de l'avenue Cartier et du boulevard René-Lévesque. Ce terrain, l'îlot Esso, a d'ailleurs été au coeur de la campagne dans Montcalm alors que dimanche prochain se tiendra un référendum sur un immeuble de six étages que prévoit y construire le promoteur David Grondin. Mme Guérette s'est toujours farouchement opposée au projet.

Dans Montcalm-Saint-Sacrement, le vétéran Yvon Bussières l'a emporté à 58,1 % contre le propriétaire du Bourbon Café, Sébastien Chamberland.

Les candidats indépendants à la mairie, Denis Haché, Claude Gagnon et Armand Paré n'ont récolté qu'un pourcentage mineur du scrutin populaire avec moins de 1 % chacun. 

Avec Samuel Auger et Annie Morin

Les candidats d'Équipe Labeaume étaient réunis dimanche soir... (Le Soleil) - image 4.0

Agrandir

Les candidats d'Équipe Labeaume étaient réunis dimanche soir dans la salle de bal... Lemelin, de l'hôtel Le Bonne Entente, à Sainte-Foy. 

Le Soleil

Seuls trois élus feront opposition à l'hôtel de... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 4.1

Agrandir

Seuls trois élus feront opposition à l'hôtel de ville de Québec. Parmi eux, l'ancien maire de Sillery, Paul Shoiry, qui s'annonce déjà comme un farouche vis-à-vis au maire Labeaume.

Le Soleil, Erick Labbé

Équipe Labeaume dans la salle... Lemelin

Les candidats d'Équipe Labeaume étaient réunis dimanche soir dans la salle de bal... Lemelin, de l'hôtel Le Bonne Entente, à Sainte-Foy.

La pièce porte en réalité quatre noms, soit Thériault, Roy, Garneau et Lemelin. La référence ne va pas à David Lemelin, chef de Démocratie Québec, mais bien à l'auteur des Plouffe, Roger Lemelin. 

David Rémillard

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer