Vincent Dufresne: prendre la balle au bond

«Pour moi, Saint-Rodrigue, c'est le vélo, le baseball,... (Photo Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

«Pour moi, Saint-Rodrigue, c'est le vélo, le baseball, mes cousins, mes tantes. [...] Je serai le porteur de ballon des gens de Saint-Rodrigue» - Vincent Dufresne

Photo Le Soleil, Pascal Ratthé

Partager

Dossiers >

Élections à Québec

Politique

Élections à Québec

Une élection partielle au municipal. Une goutte d'eau dans l'océan démocratique? Certains pourraient le croire. Pourtant, le scrutin du 18 novembre dans le district de Saint-Rodrigue n'a rien d'anodin. Premier test électoral depuis le tsunami d'Équipe Labeaume en 2009, il pourrait ouvrir la porte à une opposition officielle à l'hôtel de ville de Québec. »

(Québec) Pour Vincent Dufresne, Saint-Rodrigue évoque le parc Maurice-Lortie où il a pour la première fois enfilé son «kit» de baseball. Trente-cinq ans plus tard, le terrain est toujours là, derrière l'église. Le petit chalet aussi. Mais Vincent Dufresne a troqué son habit de «balle» pour celui d'aspirant politicien.

«Pour moi, Saint-Rodrigue, c'est le vélo, le baseball, mes cousins, mes tantes.»

Enthousiaste, verbomoteur, curieux -comme son père, dit-il-, le candidat d'Équipe Labeaume à l'élection partielle du 18 novembre habite le secteur de la Montagne des roches à Charlesbourg. Mais à l'entendre, attablé dans un resto où il enfile les réchauds de café, c'est clair, son coeur est dans Saint-Rodrigue.

Et l'actuel directeur général de l'hôtel PUR se fait déjà reconnaître. «C'est vous le beau monsieur de Charlesbourg!» lance la serveuse.

Il faut dire que Vincent Dufresne est le candidat de la partielle dans Saint-Rodrigue le plus médiatisé depuis l'annonce de sa candidature, le 12 octobre.

Un démarrage controversé alors que le maire de Québec, Régis Labeaume, a annoncé que son candidat allait conserver son emploi de directeur d'hôtel même s'il est élu.

Candidature qui fait jaser

Il a fait jaser aussi en raison d'une vérification du Commissaire au lobbyisme sur une rencontre avec le maire le 24 septembre où il a, entre autres sujets, été question d'un projet de terrasse pour son hôtel. Au moment de l'entrevue, il y a une dizaine de jours, il n'avait toujours pas eu de nouvelles du Commissaire au lobbyisme, ajoutant que cette histoire ne l'a «jamais empêché de dormir». Le candidat s'est toutefois inscrit la semaine dernière au Registre des lobbyistes.

Le sommeil de M. Dufresne n'a pas non plus été troublé par la question de conserver ou non son emploi.

«Je serai pour les gens de Saint-Rodrigue à temps plein. Pour l'hôtel, il y aura une période de transition», martèle ce père d'une fille de 11 ans qui partage sa vie avec sa conjointe, mère de deux enfants.

Pas question, donc, que M. Dufresne délaisse complètement ses habits d'hôtelier s'il est élu le 18 novembre. Il assure plutôt qu'assouplir son horaire et mettre fin à des chroniques de ski à la radio lui permettra d'être disponible pour son rôle d'élu.

Car Vincent Dufresne l'assure : faire de la politique est un rêve de jeunesse. À 39 ans, avec le maire Régis Labeaume qui lui a lui-même offert de devenir son candidat lors de cette fameuse rencontre du 24 septembre, l'occasion était impossible à refuser. Il a pris la balle au bond.

Au moment de l'entrevue, M. Dufresne avait, dit-il, cogné à 1500 portes. «Le porte-à-porte, c'est mes batteries, les gens sont fins.» Il ne cache pas que le nom de Régis Labeaume aide à créer le contact avec les électeurs.

«J'arrive avec une équipe forte», dit-il des 23 élus d'Équipe Labeaume sur les 27 qui composent le conseil municipal. Il s'est d'ailleurs présenté à l'entrevue avec un cartable plein de données, d'engagements et de statistiques sur le secteur.

Vincent Dufresne profite des ressources d'Équipe Labeaume. Et ça paraît. Son slogan : Saint-Rodrigue au pouvoir.

«Je serai le porteur de ballon des gens de Saint-Rodrigue», illustre-t-il.

Reste à voir si les électeurs accepteront de le laisser sauter sur le terrain.

Trois questions à Vincent Dufresne

1. Quelle personnalité politique du passé et du présent vous inspire?

«Rosaire Bertrand, André Drolet et Chantal Gilbert parce que je les ai vus sur le terrain et à quel point ils sont proches des gens.»

2. Quels sont vos loisirs?

Le ski, le jogging et l'entraînement. C'est bon pour la santé mentale et physique. J'aime aussi lire l'actualité.

3. Quel est votre lieu préféré de Québec?

J'en dirais deux : les parcs de la Montagne des roches et le parc Henri-Casault où je promène mon chien. C'est dynamique, familial.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer