Boîtes de scrutin bien gardées à la maison

Des locaux commerciaux et privés se transforment parfois... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Des locaux commerciaux et privés se transforment parfois en bureaux de vote. Dans tous les cas, les scrutateurs garderont la responsabilité des urnes jusqu'au moment du dépouillement.

Photothèque Le Soleil

Guy Benjamin
Le Soleil

(Québec) Les scrutateurs continueront à garder chez eux les boîtes de scrutin du vote par anticipation jusqu'au soir du dépouillement le 2 mai. Malgré la disparition temporaire de trois urnes lors des élections de l'automne 2008, la Loi électorale n'a pas été modifiée.

Dans certaines circonscriptions, il est impossible de regrouper toutes les boîtes de scrutin en un seul endroit après chaque jour du vote par anticipation, de dire Serge Fleyfel. Le porte-parole d'Élections Canada don­ne l'exemple de la circonscription de Manicouagan, la deuxiè­me en superficie au pays. Plus ou moins 1000 kilomètres entre Baie-Comeau et Blanc-Sablon.

Comme la Loi électorale doit s'appliquer de la même façon d'un bout à l'autre du pays, en milieu rural comme en milieu urbain, il est prévu que les scrutateurs ont la responsabilité des urnes jusqu'au moment du dépouillement, d'expliquer M. Fleyfel. Garder toutes les boîtes de scrutin dans le même local n'est pas non plus la solution idéale, de dire le porte-parole d'Élections Canada. «Imaginez un incendie qui détruirait tous les bulletins du vote par anticipation d'une circonscription.»

Urnes perdues

En 2008, le directeur du scrutin de la circonscription de Québec avait dû se lancer à la recherche de trois boîtes de scrutin. Les urnes avaient été retrouvées à temps pour le dépouillement, tient à préciser M. Fleyfel.

Où irez-vous voter, dans un hôtel, dans une résidence pour personnes âgées, ou chez un traiteur? Puisque les écoles ne sont pas disponibles pour les élections fédérales, les directeurs de scrutin de chacune des circonscriptions doivent trouver d'autres locaux pour installer les bureaux de vote.

Dans Louis-Hébert, la directrice du scrutin soulignait la grande collaboration de la Ville de Québec pour la location des centres communautaires, mais ce n'est pas suffisant. Geneviève Carimé a donc dû se tourner vers des endroits commerciaux. Peu importe où est situé le bureau de votation, le propriétaire des lieux reçoit 90 $ par jour par bureau de vote installé chez lui.

Deux critères doivent guider le choix des bureaux de votation, la proximité des électeurs et l'accessibilité pour les personnes se déplaçant en fauteuil roulant.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer