Explosion de logos alimentaires

Deux produits, deux doublés sur les labels. Alors... (Montage infographique Le Soleil)

Agrandir

Deux produits, deux doublés sur les labels. Alors que le fromage Perron se qualifie pour Aliments du Québec et Lait 100 % canadien, les céréales Nature's Path, certifiées Biologique Canada, adhèrent à Projet sans OGM, une certification signifiant que le fabricant a appliqué les meilleures pratiques pour éviter d'incorporer des ingrédients ayant subi une contamination transgénique.

Montage infographique Le Soleil

Partager

Dossiers >

Dans mon panier

Vivre

Dans mon panier

Que met-on exactement dans notre assiette? Le Soleil se penche sur les aliments qui se retrouvent dans notre panier d'épicerie. De quoi se composent-ils? Comment les choisir? Valent-ils leur coût plus élevé? Sont-ils aussi bons qu'on le dit pour la santé? Un rendez-vous aux deux semaines. »

(Québec) Depuis quelques années, les labels alimentaires ont littéralement explosé. Pour les fabricants, il s'agit certainement d'une bonne façon de se faire voir, mais nul doute que les consommateurs y trouvent aussi leur compte, à la condition bien sûr qu'il s'agisse de certifications crédibles et contrôlées.

Le mouvement est devenu suffisamment répandu pour qu'un chercheur réalise un premier classement des labels de qualité au Québec. Professeur de marketing et titulaire de la Chaire Bombardier de gestion de la marque à l'Université de Sherbrooke, François Coderre a soumis 20 logos à 1510 personnes de 18 ans et plus de chacune des régions du Québec pour valider leur connaissance et leur appréciation.

La grande conclusion : acheter local est devenu in. Les trois logos les plus reconnus par les Québécois sont en effet, dans l'ordre, Aliments du Québec, Pommes Qualité Québec et Aliments préparés au Québec.

Dans cette logique, les logos régionaux semblent offrir un excellent potentiel : Saveurs du Bas-Saint-Laurent, qui se classe au neuvième rang de l'étude provinciale, arrive en effet au premier rang dans sa région. Par contre, Créateurs de saveurs, en Estrie (11e rang), est connu par moins de 20 % de la population de cette région, mais M. Coderre attribue ce manque de connaissance à sa nouveauté relative (2010).

Autre constat, la santé et l'environnement prennent de plus en plus d'importance, puisque ce sont les labels Visez santé, de la Fondation des maladies du coeur, et Bio Québec qui arrivent en quatrième et cinquième places.

L'auteur de l'étude souligne que les logos ne touchent pas toutes les clientèles également. Par exemple, les anglophones sont beaucoup moins sensibles à la mention Aliments du Québec que les francophones. Ou encore, le sigle COR, que l'on retrouve sur une multitude d'emballages et qui indique qu'un aliment est kasher, c'est-à-dire conforme aux préceptes du judaïsme, n'est connu que d'un faible pourcentage de la population québécoise, mais très bien identifié par la population concernée.

Selon Marie Beaudry, directrice générale d'Aliments du Québec, l'identification de l'origine des aliments est l'une des tendances lourdes de l'industrie alimentaire. Derrière cette option, c'est surtout l'encouragement à l'économie locale qui motive les acheteurs, dit-elle.

D'ailleurs, Aliments du Québec, chez qui les inscriptions entrent au rythme d'une centaine par mois et qui vient de dépasser les 15 250 produits certifiés, n'est pas une garantie de qualité ou de santé. Le critère permettant d'y adhérer est que le contenu de l'emballage soit québécois à 85 %, point à la ligne.

Adhérer ou pas

Une étude a déjà démontré que le logo Aliments du Québec permet en moyenne d'augmenter les ventes de 2,8 % d'un produit, un taux intéressant dans ce secteur hautement compétitif. Ailleurs au Canada, Agriculture et Agroalimentaire Canada mène des projets pilotes pour promouvoir les produits canadiens; les résultats de ventes sont élevés, mais, dans ce cas, on recourt aussi à des promotions diverses et pas seulement à la petite feuille d'érable.

Quant à la petite vache blanche sur fond bleu accompagnée de la mention «Lait 100 % canadien» lancée en 2009 par les Producteurs laitiers du Canada, elle est connue de 86 % des consommateurs et influence 62 % des achats, selon un sondage de l'organisation.

On peut se demander, compte tenu de ces résultats positifs, pourquoi tant de compagnies qui pourraient se qualifier pour un logo boudent le mouvement. Un lecteur me soulignait par exemple que Lactantia et Natrel n'affichent pas la petite vache. Une absence d'autant plus étonnante qu'au Canada, tout le lait vendu nature est obligatoirement canadien.

La réponse risque de demeurer spéculative. Chez Agropur, distributeur du lait Natrel, on m'a clairement indiqué qu'il s'agissait d'une stratégie commerciale sur laquelle il n'y aurait aucun commentaire. Cette réponse tend toutefois à accréditer des propos recueillis en coulisse selon lesquels plusieurs industriels ne sont pas chauds à l'idée de se lier à une association de producteurs agricoles pour des raisons d'indépendance commerciale.

Dans le cas d'Aliments du Québec, Marie Beaudry y voit avant tout une question de gestion. Par exemple, si une compagnie exporte aussi son produit, elle aura à gérer des lots d'emballages distincts, explique-t-elle.

Du lait sans hormones de croissance

Le saviez-vous? La mention «Lait 100 % canadien» apposée sur un fromage signifie que même les substances laitières modifiées sont d'origine canadienne. En plus d'être un encouragement à l'économie locale, il s'agit d'une garantie que les vaches n'ont pris aucune hormone de croissance, puisque, contrairement à d'autres pays où elles sont autorisées (dont les États-Unis), elles sont interdites au Canada.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer