Bonhomme en perte de visibilité dans les médias

La diminution de la visibilité médiatique du Carnaval... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

La diminution de la visibilité médiatique du Carnaval est la plus marquante aux États-Unis.

Le Soleil, Erick Labbé

Partager

Dossiers >

Carnaval de Québec

Actualité

Carnaval de Québec

Bonhomme invite la population à s'amuser, du 31 janvier au 16 février 2014. »

Annie Mathieu est journaliste surnuméraire au Soleil.
Annie Mathieu
Le Soleil

(Québec) S'il est «la star de l'hiver», Bonhomme se fait de plus en plus voler la vedette. Selon une étude d'Influence Communication, le poids du Carnaval de Québec dans les médias est en baisse depuis 2011, et ce, particulièrement dans ses marchés de proximité, soit aux États-Unis, en Ontario et au Québec, à l'extérieur de la Capitale-Nationale.

«C'est pourtant à ces endroits où le potentiel des visiteurs est le plus important [...] On sent que l'image et le message ne se renouvellent pas», fait remarquer l'analyste Caroline Roy, qui se demande s'il n'y a pas une forme de lassitude qui s'est installée. Elle croit cependant qu'il n'y a rien d'irrécupérable, surtout si les organisateurs de la grande fête d'hiver se mettent à l'ouvrage pour renverser la vapeur.

La diminution de la visibilité médiatique est la plus marquante aux États-Unis. En 2011, une cinquantaine de reportages ont été réalisés sur l'événement, contre une quarantaine en 2012 et une vingtaine cette année, ce qui représente une baisse de 64,7 % en trois ans.

Hormis ceux basés à Québec, les médias de la province - à Mont-réal et dans les autres régions - s'intéressent aussi de moins en moins à l'événement hivernal. Une soixantaine de reportages y ont été consacrés en 2013 contre moins de 100 en 2012 et 115 l'année précédente, ce qui équivaut à une baisse totale de 48,8 %. Selon Mme Roy, cela signifie que beaucoup moins de Québécois entendent désormais parler du Carnaval, hormis peut-être lors de son ouverture.

En Ontario, le poids média connaît aussi une tendance baissière évaluée à 42,9 % alors qu'il y a trois ans, environ 80 reportages ont été diffusés sur le sujet. Les années suivantes, Influence Communication en a dénombré une cinquantaine. Il s'agit cependant de la seule province, en excluant aussi le Québec, où sa visibilité a décru puisque dans le reste du Canada, le Carnaval de Québec a connu une hausse du nombre de reportages évaluée à près de 12 %. Ailleurs dans le monde, l'intérêt des médias est demeuré sensiblement stable depuis 2011.

La controverse fait jaser?

Dans la ville hôte, la diminution de la visibilité est évaluée à 11,1 % avec cependant une baisse plus marquée entre 2011 et 2012, soit de 28,21 %. Puisque l'analyse a été réalisée entre le 1er janvier et le 20 février, Caroline Roy croit que les critiques formulées à l'égard de l'organisation du Carnaval après son bilan lui ont peut-être permis d'occuper plus de place dans les médias locaux.

Pendant cette même période, 3084 tweets mentionnant le Carnaval de Québec ont été dénombrés. À titre comparatif, entre le 1er juin et le 20 juillet 2012, Influence communication a comptabilisé 20 240 tweets pour le Festival d'été de Québec.

Personne de l'organisation du Carnaval n'était disponible pour commenter les données de cette enquête, les bureaux de l'organisation étaient fermés mardi.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer