Un palais construit en famille

Marc et Michel Lepire, des passionnés du Carnaval,... (Photo Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Marc et Michel Lepire, des passionnés du Carnaval, ont décroché le contrat de fabrication du palais de Bonhomme.

Photo Le Soleil, Patrice Laroche

Partager

Dossiers >

Carnaval de Québec

Actualité

Carnaval de Québec

Bonhomme invite la population à s'amuser, du 1er au 17 février 2013. »

Annie Mathieu
Le Soleil

(Québec) Deux mille trois cents blocs de glace à assembler en 384 heures et quasi autant de revirements météo. Voilà le défi qui attendait l'équipe responsable de la construction du palais de Bonhomme. Une mission confiée pour la première fois à la famille Lepire, qui se transmet l'amour du Carnaval de Québec par cordon ombilical.

«J'avais huit ans quand j'ai participé au Carnaval pour la toute première fois. J'avais fait une sculpture de neige devant la maison de mes parents à Charlesbourg pour le concours des duchés», raconte Michel Lepire, aujourd'hui âgé de 65 ans.

Avant de fonder en 1994 Les Sculptures Lepire et de se consacrer à 100 % à sa passion, M. Lepire était maître d'hôtel. La saison froide venue, il se donnait corps et âme au Carnaval. Ses premières oeuvres remontent au temps où le festival d'hiver présentait des sculptures rue Sainte-Thérèse (aujourd'hui Raoul-Jobin), dans Saint-Sauveur. Il en était l'artisan principal.

«Marc m'a toujours suivi», soutient-il en se tournant vers son fils. C'est ce dernier qui a insisté pour obtenir le prestigieux contrat de la résidence de la mascotte de la fête d'hiver, qui a été réalisé au cours des 55 dernières années par une autre entreprise. «Je trouvais que la business était assez grosse comme ça», explique Michel, qui souligne que c'est notamment son équipe qui est chargée de la construction des bars de glace et de la scène du D.J. pour le 31 décembre de la Grande Allée. «Et pour moi, c'est jamais assez gros», réplique, moqueur, Marc, trahissant une attendrissante complicité entre les deux hommes.

À 40 ans, le titulaire d'un diplôme d'études collégiales en génie mécanique n'a jamais travaillé dans son domaine d'études. «Je me suis dit que j'allais travailler avec mon père un peu, puis me trouver une vraie job», explique-t-il. La sculpture de glace est finalement devenue le centre de sa vie. Son expertise en «empilage» de blocs, une véritable science où il faut juste assez d'eau pour coller deux unités entre elles, est même reconnue jusqu'en Europe, où il se rend plusieurs fois par année pour participer à divers projets.

Marc Lepire a de l'énergie à revendre et des idées plein la tête. Il admet avoir fait preuve d'un peu de retenue pour son premier palais, se devant de respecter à la lettre les plans de l'organisation du Carnaval. «Mais j'ai quand même mis ma petite touche», souligne l'artiste, citant en exemple des bancs aux formes arrondies plutôt qu'à angles droits à l'intérieur du palais.

«Un bon baptême»

Le rêve de Marc pour le palais de Bonhomme? Ne pas avoir de limites pour le nombre de blocs de glace à utiliser - un matériau qui coûte étonnamment cher, à 40 $ chacun - et la chance de le concevoir de A à Z. Mais en attendant, il se dit satisfait du boulot effectué cette année, dans des conditions pas toujours faciles en raison des périodes de redoux et de froid intense qui se sont alternées.

«On a eu un bon baptême», admet-il, toujours souriant et d'un calme surprenant alors qu'au moment de l'entrevue avec Le Soleil, jeudi, il pleuvait à seaux. «C'est parfait, ça va bien geler quand les températures vont redescendre», explique la maître des glaces, qui disposait de 2300 blocs et glace et de 16 jours à partir du début janvier pour réaliser le palais. Son fils âgé de 16 ans a aussi mis la main à la pâte, ce dont se réjouit particulièrement son grand-père, qui ne manque pas de souligner l'aide essentielle qu'apporte aussi Charlotte, sa femme. «C'est le soutien moral et technique en plus de nous faire des bons lunchs le matin», affirme-t-il.

«On veut rester familial», tranche Michel lorsqu'il est question d'expansion. Ça tombe bien, Marc et sa femme ont en tête de reprendre les rênes de l'entreprise lorsque le paternel aura tiré sa révérence.

À L'AGENDA SAMEDI

>> La dégelée

Soirée techno et dansante où l'on promet d'être réchauffé avec la D.J. invitée Misstress Barbara.

À partir de 19h

Au palais de Bonhomme de la Zone Loto-Québec

>> Hockey-bottines

Cette nouvelle activité permettra à toute la famille de montrer son talent dans la pratique du sport national. L'équipement est fourni.

De 10h à 23h samedi (l'horaire varie les autres jours)

Patinoire Hydro-Québec, plaines d'Abraham

>> Défi raquettes du Pentathlon des neiges

Le départ est donné au Château Frontenac pour une course en raquettes à travers les rues de Québec et qui se termine sur les Plaines.

11h à 12h, 4 km

13h15 à 15h, 10 km

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer