Le Carnaval veut séduire les jeunes adultes

À l'aube de la soixantaine, Bonhomme prend un... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

À l'aube de la soixantaine, Bonhomme prend un coup de jeune, représenté avec des lunettes fumées sur les pancartes de promotion et sur son effigie. «Ça lui donne un look cool», explique le directeur général du Carnaval, Jean Pelletier, qui lui a fait un clin d'oeil en portant lui aussi des verres fumés.

Le Soleil, Yan Doublet

Partager

Dossiers >

Carnaval de Québec

Actualité

Carnaval de Québec

Bonhomme invite la population à s'amuser, du 1er au 17 février 2013. »

Annie Mathieu est journaliste surnuméraire au Soleil.
Annie Mathieu
Le Soleil

(Québec) En 2014, le Carnaval de Québec soufflera ses 60 bougies. Avec l'âge vient l'expérience, souligne le directeur général de l'événement, Jean Pelletier, qui promet que l'anniversaire sera souligné «avec des coups d'éclat». En attendant, c'est vers les jeunes adultes que l'organisation se tourne, puisque pour sa 59e présentation, bières et lumières sont au menu de la fête d'hiver où sa mascotte se cache désormais derrière des lunettes fumées.

«Ça lui donne un look cool», lance Jean Pelletier, au sujet de Bonhomme, que l'on voit cette année sur les affiches affublé de ce nouvel accessoire. «On voulait faire un rappel des vedettes de cinéma parce que le Carnaval, c'est la star de l'hiver, le point culminant événementiel de la saison», fait valoir le dg en entrevue au Soleil.

Cette stratégie marketing vise à positionner davantage l'événement sur la scène internationale, explique-t-il. «On a déjà une bonne reconnaissance à ce niveau-là, mais on veut la concrétiser davantage [...] On souhaite que l'idée d'assister au Carnaval devienne un réflexe», dit M. Pelletier, soulignant que Bonhomme à lui seul est connu par près de 80 % des Canadiens. «Beaucoup de politiciens souhaiteraient être aussi populaires», ajoute-t-il, moqueur.

Nouvelles technos

Pour y parvenir, l'organisation multiplie les partenariats, comme celui avec le Festibière, qui présentera sa Brassée du Carnaval devant le Manège militaire. Autre nouveauté, Luminocité, un parcours de plus d'un kilomètre dans les rues de la ville où quatre équipes internationales animeront des projections 3D. Ces deux événements visent à séduire une tranche d'âge plus difficile à attirer.

«On veut toucher une clientèle plus jeune, plus tournée vers les nouvelles technologies», explique Jean Pelletier, qui souligne au passage la nouvelle App Carnaval pour téléphones intelligents.

Ce virage a été engagé il y a plusieurs années, ajoute-t-il, notamment avec le volet nightlife qui a fait son apparition dans la programmation. Mais la fête techno intitulée la Dégelée du Carnaval, présentée pour la deuxième année avec la D.J. Misstress Barbara, ne devrait pas prendre beaucoup plus d'expansion.

«On ne veut pas transformer le village en fête techno», prévient M. Pelletier, qui n'exclut cependant pas la possibilité d'ajouter une seconde soirée dansante.

La soixantaine

Quant à ce qui se trame pour les 60 ans de l'événement, le directeur général reste plutôt secret, sinon l'invitation lancée à la Chine pour être son pays invité. Il explique aussi qu'un comité a été créé au printemps dernier pour préparer 2014 et ses «coups d'éclat».

«C'est un anniversaire important à souligner, puisque dans la vie de quelqu'un, ce l'est aussi», explique celui qui sous-entend avoir franchi ce cap. Il dévoile néanmoins vouloir faire un clin d'oeil aux «icônes du Carnaval» lors de la 60e présentation de ses défilés.

«Comme individu, on commence à prendre de l'âge... on a de l'expérience», insiste-t-il. Autrement dit, Bonhomme est mûr pour de nouvelles aventures. Son public le sera-t-il aussi?

Céline plus que Harper

En choisissant le palais de Bonhomme plutôt que l'hôtel de ville pour serrer la pince au maire Régis Labeaume, le premier ministre du Canada, Stephen Harper, fait une fleur à ses artisans, même s'ils auraient préféré la visite de... Céline Dion. «Je souhaitais bien plus que Céline Dion vienne voir mes sculptures de sable quand elle est venue à Québec pour le 400e!» s'exclame spontanément Michel Lepire, de l'entreprise portant son nom. Son fils Marc, lui, promet de lui dire bonjour, même s'il souligne ne pas suivre du tout la politique. «Mais c'est sûr que ça me ferait un velours de le voir ici», ajoute-t-il. «C'est toujours valorisant quand il y a des personnalités qui viennent voir notre travail», conclut pour sa part son père.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer