Bénévolat: complices engagées

Les complices d'Entr'actes : Chloé Isabel, Cantiane, Camille,... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Les complices d'Entr'actes : Chloé Isabel, Cantiane, Camille, Marie-Andrée; à l'arrière : Géraldine et Madeleine Oona

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Raphaëlle Plante
Le Soleil

(Québec) Elles sont jeunes, dynamiques, engagées. Depuis cinq ans maintenant, elles participent avec des personnes atteintes de déficience intellectuelle ou physique aux ateliers artistiques de l'organisme Entr'actes. Si plusieurs d'entre elles sont arrivées un peu par obligation, aucune n'a maintenant le goût d'arrêter.

Marie-Andrée, Madeleine Oona, Camille, Géraldine, Cantiane et Chloé Isabel se connaissaient peu ou pas du tout avant d'arriver à Entr'actes. Aujourd'hui, elles sont toutes d'accord pour dire qu'elles y ont trouvé une famille et bâti de belles amitiés, en plus de se découvrir à travers les arts, en particulier le théâtre dans leur cas.

Travailler avec des personnes handicapées, «ça augmente ta patience, ton ouverture d'esprit. Ça te fait réaliser tes barrières et souhaiter les briser», dit Marie-Andrée, indiquant que son expérience à Entr'actes lui a permis de découvrir ce qu'elle veut faire, soit devenir éducatrice spécialisée. La femme de 21 ans s'est engagée dans l'organisme dès ses 14 ans, alors que le bénévolat était obligatoire à son école secondaire, comme plusieurs des complices. «J'ai arrêté un certain temps, mais je suis revenue, ça me manquait trop!»

Au fait, pourquoi les appelle-t-on les «complices»? «Ça fait deux ans qu'on a choisi d'utiliser ce terme-là. On trouvait que c'était plus représentatif que "bénévole", puisque les complices ne font pas que donner, ils reçoivent aussi beaucoup», explique la comédienne Mélissa Bolduc, responsable des ateliers à Entr'actes depuis sept ans. 

Les complices - qui sont une quinzaine, des filles en majorité - reçoivent la même formation artistique que les participants qu'ils accompagnent, et tous les ateliers sont donnés par des professionnels.

Différentes raisons

Madeleine Oona, qui s'est jointe à l'équipe d'Entr'actes à sa première année de cégep, souhaite maintenant aller étudier en scénographie. Son implication lui a permis de développer sa créativité et une certaine «couleur» au fil du temps.

Quant à Camille, qui veut aller en sociologie, le fait de côtoyer des personnes ayant un handicap lui fait d'une certaine façon «remettre en question la société». «On voit que [ces personnes] veulent pousser leur créativité. Leur développement artistique est axé sur elles-mêmes, mais aussi sur le groupe. Leurs efforts valent tout l'or du monde. Ce sont des gens qui peuvent apporter beaucoup à la société», signale la femme de 18 ans. 

En troisième secondaire, Camille a réussi à convaincre Cantiane de participer avec elle à l'expérience. «Au début, je n'étais pas intéressée. Je voulais être tutrice en mathématiques, mais comme ça n'a pas marché, j'ai embarqué», confie Cantiane. «Au début, je trouvais ça intimidant, mais je me suis rendu compte que j'avais trouvé une place où je pouvais être moi-même et être acceptée. Ça apporte beaucoup d'amour!»

Vaincre sa gêne et sa timidité, «tu n'as pas le choix» dans ce milieu-là, dit Géraldine. «Tu ne peux pas être gênée avec eux [les participants], parce qu'eux ne le sont pas. Ils ne te laissent pas le choix! Ça m'a beaucoup aidée au niveau de ma timidité», confie la rousse de 19 ans.

La «doyenne» du groupe, Chloé Isabel, grande blonde de 22 ans, est arrivée à Entr'actes un peu «par hasard». Celle qui a un intérêt pour le service social dit avoir développé «une attitude plus protectrice envers les personnes handicapées. J'ai envie d'aider à leur intégration, peut-être dans d'autres pays, puisque j'aime aussi beaucoup voyager. Ce serait une belle façon de combiner tout ça».

Spectacle en préparation

Pour souligner les 20 ans d'Entr'actes, les productions créées lors des ateliers ont toutes pour thème le fait de célébrer. Au terme de neuf mois de travail, les participants et complices présenteront le fruit de leurs efforts lors d'un spectacle ouvert au public présenté les 8 et 9 mai, au Théâtre Périscope, qui réunit tous les groupes de danse, de théâtre, d'improvisation et de cinéma.

Mentionnons également l'événement-bénéfice au profit d'Entr'actes, Délire interactif 2, qui aura lieu mercredi, ainsi que la production professionnelle Hiéroglyphes, présentée le 27 mai à l'occasion du Carrefour international de théâtre.

Info : www.entractes.com

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer