Bouffons, danseurs et pénis parlant à Premier Acte

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Avec des pièces traitant de racisme ou de prostitution, les derniers mois n'ont pas toujours été tendres à Premier Acte. Dans une diversité de thèmes et de formes, la prochaine saison ouvrira la porte à plus de légèreté, a promis jeudi le directeur général et artistique du théâtre, Marc Gourdeau, en dévoilant une programmation où se côtoient des bouffons, des danseurs, un «livreur de poulet fou» et une comédienne déguisée en pénis...

Après un hiver qui a laissé place à plusieurs textes durs, l'automne sera lancé par des bouffons avec La cour suprême du collectif Hommerie! (à partir du 19 septembre). Le public sera appelé à jouer le rôle de jury dans cette caricature qui risque de susciter «de gros rires jaunes bien gras», selon l'un de ses créateurs, François-Guillaume Leblanc. 

Le 10 octobre, le comédien Nicola-Frank Vachon proposera son premier texte, Hypo, dans une mise en scène de Maryse Lapierre. Décrit comme un «huis clos dans un "grand dehors"», la pièce nous amènera en Islande, où deux étrangers seront appelés à partager leurs secrets. 

Après avoir été l'objet d'un laboratoire aux Chantiers du Carrefour international de théâtre, Abadou veut jouer du piano, signée Hilaire St-Laurent Sénécal, retrouvera le 7 novembre les planches de Premier Acte. Dans cette comédie grinçante, ils sont nombreux - «le livreur de poulet fou, le policier cocaïnomane, la vendeuse d'armes, la séductrice maniacodépressive», énumère le programme - à se donner le mot pour nuire à un professeur de piano.

Présenté à guichets fermés l'automne dernier, le spectacle Fuck toute de Catherine Dorion et Mathieu Campagna sera repris fin novembre. Les spectateurs seront une nouvelle fois plongés dans le noir complet pour accueillir ce texte puisé dans des blogues anonymes. 

La tradition de fin d'année installée il y a sept ans avec Les contes à passer le temps se poursuivra en décembre à la Maison Chevalier en offrant un best of de ses six premières présentations. Fait à noter, on prolongera cette fois le plaisir en offrant des représentations entre Noël et le Jour de l'an

Danse et théâtre

Le théâtre Kata, à qui l'on doit le délirant Doggy dans Gravel, reprendra du service pour une deuxième saison consécutive en janvier 2018 avec Made in Beautiful. Soucieux de «faire un show sur la genèse de notre génération», le jeune metteur en scène Olivier Arteau brossera une série tableaux croqués dans une même famille le 31 octobre à 19h17 entre 1995 et 2018. 

Avec Angle mort du Théâtre pour pas être tout seul, la danse s'invitera à Premier Acte à partir du 20 février. Les chorégraphes Harold Rhéaume et Lydia Wagerer y partageront les planches avec Élizabeth Baril-Lessard, Vincent Nolin-Bouchard et Vincent Roy.

Après un passage au festival Zoofest de Montréal l'an dernier, la pièce Conversation avec mon pénis du Théâtre Bistouri fera escale sur l'avenue de Salaberry à la fin février. Vêtue d'un costume qu'on nous décrit comme «très réaliste», Mary-Lee Picknell interprétera ledit organe auprès de Marc-André Thibault. Dans un tout autre registre, le collectif Les Pentures proposera dès le 13 mars la pièce Embrigadés, née d'une réflexion sur la radicalisation. 

La saison se terminera en tête-à-tête avec Jonathan Gagnon, qui portera dès le 10 avril le solo Extra et ordinaires, adaptation de la pièce Every Brilliant Thing de Duncan Macmillan, dans une mise en scène de Maryse Lapierre. «J'ai la chienne, j'ai 40 ans, je me lance un défi», a blagué jeudi le comédien. 

Détails et programmation complète à www.premieracte.ca




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer