Fable poétique aux Gros Becs

La mise au monde d'un enfant est représentée... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

La mise au monde d'un enfant est représentée de la façon la plus belle qui soit grâce à la mise en scène, à l'utilisation d'un immense morceau de tissu et aux ombrages créés par les jeux de lumière.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CRITIQUE / Quel bonheur nous avons eu à assister à Nous ne sommes pas des oiseaux? au Théâtre jeunesse Les Gros Becs. Fable poétique sur l'enfance, les origines et les relations humaines, la pièce nous est allée droit au coeur.

Nous ne sommes pas des oiseaux? est une coproduction du Théâtre du Gros Mécano et de la compagnie de danse Code universel. Il faut lever notre chapeau au metteur en scène Carol Cassistat et au chorégraphe Daniel Bélanger pour avoir réussi avec tant de doigté à raconter une histoire seulement à travers la gestuelle et la scénographie. 

La pièce tourne notre regard vers le passé, vers le souvenir qu'a une maman de son enfance, de ses parents. Le sujet peut sembler ardu pour une production s'adressant aux enfants, mais il n'en est rien. Dès le début, les concepteurs ont utilisé l'humour pour capter leur attention. 

Ici, l'expérience des maîtres d'oeuvre transparaît. Le Théâtre du Gros Mécano monte des pièces pour enfants depuis plus de 40 ans. Quant à Code universel, la compagnie a plusieurs pièces pour jeune public à son répertoire.

Tout est montré de façon subtile. La mise au monde d'un enfant est représentée de la façon la plus belle qui soit grâce à la mise en scène, à l'utilisation d'un immense morceau de tissu et aux ombrages créés par les jeux de lumière. Plus tard dans la pièce, deux équerres de bois se transforment en cadre pour des photos de famille, en bateau ou en toboggan. L'imagination des concepteurs est sans fin. La vidéo interactive vient en appui au propos.

Les quatre interprètes se montrent aussi à l'aise avec le jeu théâtral que le mouvement.  Se glissant dans la peau d'une enfant, la comédienne Valérie Laroche est tout simplement sublime. Chaque émotion de son personnage est perceptible sur son visage et dans tout son corps sans toutefois tomber dans l'exagération.

Du côté de la gestuelle, on retrouve bien sûr les battements d'ailes des oiseaux. Mais on sent surtout, à travers l'ensemble, une légèreté, une fluidité et une liberté inspirées de ces bipèdes. 

Cette première coproduction entre les deux compagnies n'est certainement pas la dernière. Un spectacle tendre, délicat et sensible que vous aurez du plaisir à découvrir avec vos petits.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer