«887»: Robert Lepage enfin à la maison

Robert Lepage présente son solo «887» dans la... (Courtoisie Ex Machina)

Agrandir

Robert Lepage présente son solo «887» dans la capitale.

Courtoisie Ex Machina

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CRITIQUE / Il y a quelque chose de grandement émouvant à voir Robert Lepage enfin présenter son solo 887 dans la capitale, à quelques pas des lieux qui l'ont inspiré. Si cet ingénieux spectacle ancré dans les mémoires - personnelle et collective - touche à l'universel, on peut difficilement l'imaginer résonner plus fort qu'à la maison.

887 fait référence à l'adresse où Robert Lepage a habité, sur l'avenue Murray, quand il était enfant. Et là ne s'arrête pas le clin d'oeil : l'immeuble d'appartements du quartier Montcalm est reconstruit sur scène en modèle réduit. À la fois maison de poupée et boîte à surprises, il sert d'écrin à un fascinant voyage entre l'intime et le collectif, avec la mémoire comme fil d'Ariane : celle de l'auteur dans ses souvenirs de famille, celle de l'acteur qui peine à apprendre un texte et celle, enracinée dans l'histoire, qui unit (ou divise) le peuple québécois.

Truffée de trouvailles techniques et de petits tours de magie scénographiques, la pièce s'ouvre d'abord dans la plus grande sobriété, dans une atmosphère plus près de la conférence. Les lumières dans la salle sont toujours allumées lorsque Robert Lepage entre en scène, prononce les consignes d'usage (cellulaires éteints, sorties de secours et Cie) et entreprend d'expliquer la genèse du spectacle.

On glisse tranquillement dans la représentation lorsque apparaît la maquette du 887 et que Lepage mord à belles dents dans une description colorée de sa propre famille et de ses voisins, représentatifs à son avis du Québec de l'époque : une classe ouvrière majoritairement francophone, quelques anglos, une poignée de nouveaux arrivants. 

Tout au long du spectacle, Robert Lepage alterne entre récit de souvenirs très personnels et retour sur des événements qui ont marqué le Québec des années 60 et 70 : la visite de la reine ou de Charles de Gaulle, les bombes du FLQ (la lecture du manifeste est d'ailleurs propice à un beau moment d'absurdité dans le domicile des Lepage), etc. 

En parallèle, des segments plus joués - et souvent franchement drôles - nous convient dans l'angoisse de l'acteur qui peine à mémoriser le poème Speak White de Michèle Lalonde, qu'il doit livrer dans une soirée soulignant les 40 ans de la Nuit de la poésie. 

Le tout se déploie visuellement dans une grande inventivité, avec un souci de magnifier les petites choses. Ici, des images de figurines et d'objets miniatures captées et diffusées en direct prennent vie sur grand écran, recréant un moment historique passé trop vite au parc des Braves ou un temps des Fêtes chez un oncle fortuné. Là, une simple paire de bottes militaires évoque la rébellion naissante de l'ado en pleine crise d'Octobre. L'ingéniosité technique étonne ou fait sourire, mais elle sert aussi la tendresse, notamment dans un segment lors duquel un procédé d'ombres chinoises redonne vie aux jeux d'enfant que Lepage organisait avec sa soeur Lynda. 

Au coeur de 887, on trouve surtout un émouvant hommage d'un fils à son père, qui vient au final canaliser plusieurs thèmes du spectacle. Chauffeur de taxi qui peine à joindre les deux bouts, peu instruit, mais bilingue, travailleur acharné dans un système de classes sociales qui n'est pas à une injustice près, le père Lepage représente à la fois l'oppression de l'ouvrier, la fierté québécoise et l'ouverture sur l'autre. Plusieurs magnifiques tableaux le dépeignent avec verve, mais aussi beaucoup de sensibilité. De quoi se surprendre en sortant du théâtre à trouver de la poésie dans l'enseigne lumineuse d'un taxi...

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer