• Le Soleil > 
  • Arts > 
  • Théâtre 
  • Au pied de la lettre, un conte inspiré de l'un des premiers postiers de la Gaspésie 

Au pied de la lettre, un conte inspiré de l'un des premiers postiers de la Gaspésie

Le spectacle commence par des chansons tirées du... (Collaboration spéciale Johanne Fournier)

Agrandir

Le spectacle commence par des chansons tirées du répertoire de l'ethnologue Marius Barbeau.

Collaboration spéciale Johanne Fournier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Fournier

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Sainte-Anne-des-Monts) Imaginez un postier qui parcourt un territoire de 160 kilomètres à pied, tantôt en forêt, tantôt par les plages du nord de la Gaspésie. C'est ce que raconte le Théâtre Témoin de La Martre en présentant la pièce Au pied de la lettre, basée sur la biographie d'un personnage légendaire de la Haute-Gaspésie : Timothée Auclair. Pour la première fois, la troupe itinérante s'est faite sédentaire depuis le début de l'été en s'installant chez Exploramer de Sainte-Anne-des-Monts.

Présenté dans le bistrot du musée, le spectacle commence par des chansons tirées du répertoire de l'ethnologue Marius Barbeau. Rythmés par du tapage de pieds, les quelques tours de chants accompagnés au banjo et à l'harmonica ouvrent sur la pièce qui transporte son auditoire dans l'ambiance d'un conte théâtral qui recule les aiguilles du temps en 1857. 

Les spectateurs assistent alors aux péripéties de Timothée Auclair au hasard des rencontres et des anecdotes qui jonchent son parcours. Le jeune postier de 19 ans met deux semaines pour livrer le courrier sur un vaste territoire qui s'étend de Sainte-Anne-des-Monts à Rivière-au-Renard, puis deux autres semaines pour faire le trajet inverse. 

Né à L'Islet, Timothée Auclair a grandi à Rivière-à-Claude, en Haute-Gaspésie. Il a ensuite fait des études à Montréal, d'où il en est revenu bilingue. Comme il était l'un des rares Gaspésiens scolarisés, sa tâche ne se limitait donc pas seulement à livrer des lettres. Il devait très souvent en faire la lecture, tout autant qu'à en écrire. 

La pièce nous fait connaître ce personnage historique qui a été l'un des premiers postiers de la Gaspésie. «On a inventé une histoire à partir d'éléments qui ont existé, dans un contexte réel», explique l'une des auteures de la pièce et comédienne, Marie-Anne Dubé. Au cours du spectacle, on assiste à une confrontation entre voisines qui voulaient offrir à souper et à coucher au jeune Timothée, à une histoire d'accouchements multiples, de tempête maritime, de corps échoués sur la grève après un naufrage, de l'extrême pauvreté qui sévissait dans la région et bien d'autres aventures.

Homme très respecté

En 1859, le postillon a marié Julie Castonguay. En 1860, il a cessé ce travail périlleux qu'il pratiquait depuis quatre ans. Par la suite, il a été bûcheron, garde-feu, notaire et juge de paix. Il a aussi ouvert le premier bureau de poste de Rivière-à-Claude. Son fils Hubert a été sage-femme, un métier appris de sa mère.

Timothée Auclair était très respecté. «Il aidait beaucoup les gens de sa région», souligne le comédien qui incarne le célèbre postillon, Sébastien Tardif. «C'était une personne qui s'impliquait beaucoup au sein de sa communauté. Il voulait le développement de la Gaspésie.» 

La pièce créée l'an dernier s'inspire d'un texte écrit par Timothée Auclair lui-même, intitulé Les souvenirs d'un pionnier et publié par La Presse en 1923, soit deux ans avant son décès. La troupe a aussi pu compter sur l'aide précieuse des nombreux descendants du personnage. «Tout ce qui est narratif est véridique, indique Sébastien Tardif. Tout ce qui est raconté et joué, c'est là qu'on s'est laissés aller.» «C'est comme une grosse mine d'or, ce personnage-là», ajoute Marie-Anne Dubé.

Au pied de la lettre a été présentée un peu partout au Québec, dans des endroits où les pièces de théâtre ne se rendent habituellement pas. «C'est un show qui avait été créé et destiné pour se promener, indique Mme Dubé. C'est du théâtre itinérant. On est indépendants en électricité.» Le système d'éclairage est branché sur une batterie à décharge profonde. Les changements de décor, plutôt ingénieux, se font à partir de tableaux peints sur du tissu que les comédiens déroulent discrètement avec une manivelle. «On a joué dans des sous-sols d'église, dans des écoles, dans des forêts centenaires, sur du lichen, sur le bord de la mer...» énumère Sébastien Tardif.

Encore quelques représentations

Au pied de la lettre est présentée en formule 5 à 7 les samedi, dimanche et lundi jusqu'au 29 août. Exploramer est situé au 1, rue du Quai, à Sainte-Anne-des-Monts.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer