Caminando & Avlando: d'exils et de magie

La vie de Jeanne Nadjari, la grand-mère de... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

La vie de Jeanne Nadjari, la grand-mère de Henri-Louis Chalem, est racontée d'ingénieuse manière au fil de projections (dont des extraits d'entrevue avec la véritable Jeanne), de vidéos en direct, de jeux d'ombres, de théâtre d'objets et de marionnettes.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CRITIQUE / L'autobus jaune d'Ubus Théâtre n'avance pas d'un pouce pendant la présentation de la pièce Caminando & Avlando. Pourtant, un émouvant voyage attend les spectateurs sous les bons soins de cette équipe de magiciens, qui épate par ses trouvailles visuelles et la minutie avec laquelle elle les fait prendre vie... Mais qui n'a pas oublié que c'est dans le coeur que la vraie magie s'enracine.

Voilà une douzaine d'années qu'Agnès Zacharie et ses complices cultivent la poésie et un théâtre de proximité dans l'enceinte intime d'un autobus scolaire. Sans rien perdre de son pouvoir d'évocation, la compagnie puise dans le réel avec Caminando & Avlando, sa quatrième création, qui raconte l'incroyable histoire de famille de son directeur technique, Henri-Louis Chalem.

Le docu-fiction s'intéresse plus précisément au fabuleux destin de sa grand-mère, Jeanne Nadjari, qui a quitté famille et patrie par amour pour son cousin... Et qui a du coup échappé presque miraculeusement aux camps de concentration nazis, où tout son clan a péri. De la Grèce à l'Égypte au Brésil, nous la suivons d'exil en exil, alors que sa vie est racontée d'ingénieuse manière au fil de projections (dont des extraits d'entrevue avec la véritable Jeanne), de vidéos en direct, de jeux d'ombres, de théâtre d'objets et de marionnettes. 

Pour les biens de ce projet mis en scène par Martin Genest, l'autobus d'Ubus Théâtre est transformé en avion. Et la trentaine de passagers qui peuvent prendre place à bord sont traités aux petits soins par l'équipage - Agnès Zacharie, Pierre Robitaille et Henri-Louis Chalem -, également aux commandes du récit. Des couvertures pour se garder au chaud, un peu d'eau parfumée sur les mains pour entrer dans l'histoire, une distribution préventive de mouchoirs alors que l'émotion monte dans le spectacle. Pas de doute, les gens d'Ubus savent recevoir... Et si ces petites attentions font sourire, elles servent aussi de courroie de transmission pour l'émotion : le public se sent immédiatement inclus, dans le coup, prêt à se laisser toucher par l'histoire, narrée de belle manière par Chalem. 

Dans un espace si restreint, personne ne peut rester passif. Comédiens comme spectateurs n'ont pas le choix de s'investir dans la rencontre, qui s'avère ici fort inventive sur la forme, mais profondément humaine sur le fond. On en ressort avec l'impression d'avoir passé un moment privilégié auprès d'une femme hors du commun, dont l'histoire extraordinaire trouve un écho théâtral à sa mesure dans le langage d'Ubus Théâtre. 

Caminando & Avlando est présentée jusqu'au 8 mai dans l'autobus scolaire d'Ubus Théâtre, garé dans le stationnement du Périscope. La plupart des représentations affichaient toutefois complet mardi.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer