Vertige, ivresse et liberté

Anne-Marie Cadieux et Brigitte Haentjens... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Anne-Marie Cadieux et Brigitte Haentjens

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Elles se connaissent depuis une quarantaine d'années, elles ont au fil du temps forgé une amitié et une complicité artistique puissante. Passionnées de théâtre, la metteure en scène Brigitte Haentjens et la comédienne Anne-Marie Cadieux se sont retrouvées pour donner corps et voix à une autre femme, assoiffée de vie, celle-là : la Molly Bloom imaginée par James Joyce dans son roman Ulysse.

D'abord présentée à Montréal au printemps 2014, Molly Bloom revivra sur les planches de La Bordée le temps de trois représentations, du 29 au 31 mars. Seule sur scène, Anne-Marie Cadieux incarne ­cette Irlandaise libérée du début du XXe siècle, qui vient de tromper son mari et qui avant de s'endormir, s'abandonne à un flot de pensées et de souvenirs. 

«C'est une femme pleine de vie, résume Cadieux. Elle est tout ouverte à la vie, à la sexualité, à l'amour. Molly Bloom, c'est vraiment un portrait de femme avec tout ce que ça comporte. Et elle porte bien le nom de Bloom, elle est comme une fleur. Son mari lui dit que le corps d'une femme est comme une fleur. On assiste vraiment à une sexualité tout en ouverture. Elle parle librement du sexe masculin, de ses organes, de ses menstruations, de son accouchement, de son allaitement... On est dans sa tête. Et comme on est dans sa tête, il n'y a pas de censure. C'est pour ça que ça passe bien, je pense.»

La metteure en scène Brigitte Haentjens reconnaît que le propos est «assez cru, quand même», rappelant du même souffle que l'oeuvre a été jugée obscène et frappée par la censure dans les années 20.

«Ç'a été très difficile pour James Joyce de publier Ulysse, comme ses autres livres aussi, avance Brigitte Haentjens. C'est quelqu'un qui traînait beaucoup dans les bas-fonds de Dublin. Il avait une sorte de culture populaire qui faisait qu'il n'avait pas beaucoup de gêne à dire ces choses-là... Mais c'est beau que ça se trouve dans la bouche d'une femme. Et c'est aussi beau qu'elle puisse passer très facilement d'un niveau raffiné à un niveau plus trivial, plus cru... Elle est libre au niveau du langage.»

Le oui fondamental

Anne-Marie Cadieux décrit Molly Bloom comme un «spectacle très joyeux». «Ça commence par un oui et ça finit par un oui, évoque-t-elle. C'est le oui fondamental, le oui à tout, le oui au ciel, à la terre, aux souvenirs. C'est un oui qui embrasse tout ce qu'on est. Et c'est rare ça, parce qu'on dit souvent non...»

Pourtant, elle-même dit avoir hésité avant d'accepter l'invitation de son amie et de mordre dans ce texte, qui la place en tête à tête avec le public pendant 75 minutes.

«C'était le solo, c'était le texte... C'est costaud, quand même! Je savais que d'accepter un projet comme ça, c'est de s'embarquer pour un an dans un gros, gros travail. Ce n'est pas quelque chose que tu peux faire un peu par-dessus la jambe. Je ne fais rien par-dessus la jambe et justement : tu sais que tu vas être absorbée pendant au moins un an dans l'apprentissage du texte, pour que ça coule... Ça prend beaucoup d'engagement», explique-t-elle.

Brigitte Haentjens sourit en se souvenant qu'au début du projet, Anne-Marie Cadieux avait peur de ne pas être assez pulpeuse pour ce personnage rempli de sensualité. «Ce n'est pas la première fois que ça arrive. Anne-Marie, quand tu lui offres un rôle, elle dit souvent : "Ah non, non. Ce n'est pas pour moi. Tu ne veux pas prendre telle actrice plutôt?"» cite-t-elle en rigolant. Ce à quoi Anne-Marie Cadieux réplique du tac au tac : «Faudrait faire analyser ça! Peut-être que je veux être désirée...»

Brigitte Haentjens s'est donc permis de pousser un peu. «Pour moi, les projets artistiques sont souvent liés à des interprètes, reprend la metteure en scène. C'est un tout. C'est Molly Bloom avec Anne-Marie et ça ne sera pas autre chose. Je suis à l'aise d'insister parce que c'est comme ça : si elle ne l'avait pas fait, je ne l'aurais pas fait non plus. Je sais qu'Anne-Marie peut aller dans des zones d'ombre très fortes. Elle les a fréquentées, elle les a expérimentées. Je trouvais intéressant de la voir dans un univers beaucoup plus lumineux. J'avais une sorte de conviction que non seulement elle allait y trouver du plaisir, mais que ça allait être un succès.»

Sa complice comédienne s'est finalement laissée gagner par l'aventure, qu'elle vit dans un mélange de «vertige et d'ivresse». À la lecture du texte, adapté en français par Jean Marc Dalpé, elle a jugé qu'il gagnait à être incarné. Et au final, elle a réalisé qu'un non était tout simplement impossible.

«Il y a des choses qui se présentent dans la vie d'une actrice et que tu ne peux pas refuser, tranche-t-elle. Je viens de jouer Sarah Bernhardt [dans La divine illusion de Michel Marc Bouchard]. C'est pareil, tu ne refuses pas ça! Molly Bloom en solo avec Brigitte. Fallait dire oui. Comme le personnage de Molly!»

Elles se connaissent depuis une quarantaine... (Photo de scène Molly Bloom) - image 3.0

Agrandir

Photo de scène Molly Bloom

Elles se connaissent depuis une quarantaine d'années, elles... (Caroline Laberge) - image 3.1

Agrandir

Caroline Laberge

Questions/réponses

Q : Vous vous connaissez depuis une quarantaine d'années. Quelle a été votre première impression de l'autre?

Brigitte Haentjens (BH)Quand j'ai rencontré Anne-Marie, elle était très jeune et vraiment, j'ai été soufflée. Elle dégageait une aura d'actrice, avec un beau sens de l'humour. Je me souviens très bien d'elle. C'était comme une déesse grecque, comme une tragédienne. Aujourd'hui, elle dégage beaucoup plus de légèreté. 

Anne-Marie Cadieux (AMC)On était comme l'ombre et la lumière! (rires) Brigitte, c'était la joie et la vie. Je me souviens du rire de Brigitte, de son intelligence, de sa générosité, de son ouverture. Elle est encore tout ça! Ça ne s'est jamais démenti pour moi. Cette intensité, cette voracité... C'était comme ça déjà à l'époque et c'est resté comme ça. C'est très subtil ce qui relie des artistes. C'est plus abstrait. Mais j'imagine qu'on se rejoint dans des zones d'ombre. 

BH  Je pense que l'une comme l'autre, on a des aptitudes à plonger...

Q : Quelle est votre dernière pensée avant une pièce, quand les lumières s'éteignent dans la salle?

BH  Je n'ai pas vraiment de pensées parce que c'est mon coeur qui se serre. C'est comme si tout est aspiré à l'intérieur. Je ressens une sorte de peur pour l'interprète.

AMC  C'est drôle, c'est la même chose qu'on vit! Tu entends le coeur battre dans ta poitrine. C'est ce qui prend toute la place. 

BH  Il y a une sorte d'appréhension que ça ne se passe pas, que ça ne commence pas...

AMC  Dis-moi pas ça! Nous, c'est vraiment le coeur qui débat. Il faut se détendre. On se dit qu'il faut y aller! Il faut se dire des choses comme ça pour pouvoir plonger. 

BH  Le problème du metteur en scène quand il regarde, c'est qu'il n'a pas d'endroit pour libérer la tension...

AMC  Il est impuissant...

Q : Un mot pour décrire l'expérience théâtrale à vos yeux?

AMC  C'est mystérieux. Moi, je dis que le théâtre guérit. C'est quelque chose qui ne me déçoit jamais. On n'a plus beaucoup de lieux sacrés et pour l'acteur, c'est un lieu de tous les possibles. Mais qui garde sa joie et son mystère malgré tout. 

BH  Pour moi, c'est un endroit où je me sens réunie. Si je m'assieds dans une salle de spectacle, je me sens à ma place. C'est chez moi, c'est ma maison. Que ce soit pour un de mes spectacles ou pas, aller au théâtre, c'est tout le temps une joie.  

***

À l'affiche

Quoi: Molly Bloom

Texte: James Joyce 

Adaptation: Jean Marc Dalpé

Mise en scène : Brigitte Haentjens

Distribution: Anne-Marie Cadieux

Quand: du 29 au 31 mars

Où: Théâtre La Bordée

Billets: de 25 à 35 $

Info: 418 694-9721 ou bordee.qc.ca

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer