Intouchables: un duo costaud

Dans Intouchables, on retrouve un riche tétraplégique (Luc... (Francois Laplante-Delagrave)

Agrandir

Dans Intouchables, on retrouve un riche tétraplégique (Luc Guérin) et son aide-soignant au passé de délinquant (Antoine Bertrand).

Francois Laplante-Delagrave

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CRITIQUE / Des rires en cascades, des applaudissements et des acclamations qui ponctuent les scènes.

De feel good movie par excellence à pièce réconfort de choix, Intouchables passe avec succès de l'écran aux planches, portée par le solide duo d'acteurs formé par Luc Guérin et Antoine Bertrand.

Si vous avez encore frais en mémoire le film d'Éric Toledano et d'Olivier Nakache dans lequel Omar Sy et François Cluzet tenaient la vedette, vous serez en terrain connu. On y retrouve un riche tétraplégique (Luc Guérin) et son aide-soignant au passé de délinquant (Antoine Bertrand). Le second, qui feint de chercher un emploi, s'est pointé à l'entretien d'embauche dans l'espoir de faire signer un formulaire qui lui permettra de continuer à recevoir des prestations d'aide sociale. Le premier, las de se faire traiter comme un malade par des infirmiers condescendants ou maladroits, met au défi le jeune homme un peu rustre de se mettre à l'ouvrage. 

Une amitié aussi profonde qu'improbable se développera entre les deux personnages que tout semble opposer, mais qui savent se traiter d'égal à égal. 

Bertrand au naturel

Si la pièce mise en scène par René Richard Cyr ne réserve pas de grande surprise sur le fond, son adaptation québécoise signée Emmanuel Reichenbach touche la cible. Truffé de références à la culture populaire d'ici et bien garni de répliques punchées (qui ne craignent pas les entorses à la rectitude politique), le texte sied comme un gant à Antoine Bertrand, qui y mord avec un naturel frappant et un instinct comique irrésistible. 

Indéniable chouchou du public, Bertrand a été abondamment acclamé et applaudi pendant et après la pièce, lundi. Et sa prestation de danse sur l'air de Sex Bomb de Tom Jones a mis une partie du public de la salle Albert-Rousseau en émoi. 

Dans un rôle infiniment plus ingrat, privé de ses mouvements, Luc Guérin campe de convaincante manière un homme diminué, qui a toujours soif de vie et de dignité. 

Si la grande partie du potentiel humoristique du spectacle ne réside pas en lui, il surprend avec quelques réparties bien envoyées. Et la chimie qu'il a su créer avec Antoine Bertrand fait en grande partie le succès de cette pièce qui a rallié près de 70 000 spectateurs depuis sa création au Théâtre du Rideau Vert l'année dernière. Entre les deux, le courant passe : difficile de ne pas se laisser attendrir par cette histoire où l'amour, l'humour et l'humanité sont si bien incarnés. 

Intouchables est présentée une dernière fois mercredi soir à la Salle Albert-Rousseau. La pièce poursuit sa tournée québécoise jusqu'à la fin avril.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer