Matéo et la suite du monde: rencontre en zones grises

Jean-François F. Lessard, auteur et metteur en scène... (Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

Jean-François F. Lessard, auteur et metteur en scène de Matéo et la suite du monde, a mis quatre ans avant d'arriver à la mouture finale de sa pièce qui est présentée au théâtre de La Bordée jusqu'au 13 février.

Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La prémisse de la pièce Matéo et la suite du monde est pour le moins singulière : un étudiant atteint du syndrome d'Asperger lève sa main pour poser une question en classe, puis fige et se réfugie dans son monde intérieur. Que se passe-t-il dans sa tête? Qu'est-ce qui a provoqué cette crise silencieuse? Qu'est-ce qui le ramènera vers la réalité?

Écrite et mise en scène par Jean-François F. Lessard, la production présentée à La Bordée jusqu'au 13 février donne vie sur scène à ce voyage mental. La création arrive à cette mouture finale après quatre ans d'un processus nourri de rencontres entre des comédiens professionnels (Jack Robitaille, Marie-Hélène Gendreau, Frédérique Bradet) et des interprètes issus des programmes de formation de l'organisme Entr'actes (lire l'autre texte) et atteints de troubles envahissants du développement (Mathieu Bérubé-Lemay et Julien Fiset-Fradet). Jean-François F. Lessard ne le cache pas, Matéo et la suite du monde a trouvé son point de départ et d'ancrage chez ces deux derniers.

«J'avais vraiment envie de travailler avec Mathieu et Julien. Mathieu pour sa grande sensibilité, Julien pour son humour assez grinçant», résume celui qui agit comme directeur artistique de l'organisme depuis 2002. «Je trouvais qu'il y a une zone grise intéressante à explorer. Du côté de la capacité intellectuelle, tout est là. Mathieu étudie en traduction à l'université. Il a une mémoire d'enfer. Mais en même temps, il y a des choses qui accrochent», ajoute-t-il, citant en exemple certaines difficultés à entrer en contact avec les gens, à gérer les interactions sociales, à faire des choix.

«On a eu des discussions autour de cette idée-là, de cette zone grise qui nous envahit, évoque le metteur en scène. Qu'est-ce qui est en nous, mais qui n'est pas résolu, qui est hors contrôle? Ç'a ratissé large, mais tranquillement, l'histoire s'est imposée.»

Absence du père

Matéo et la suite du monde nous amène dans une classe de cinéma où le documentaire Pour la suite du monde de Pierre Perrault et Michel Brault est au programme. Le film de 1962, dans lequel des habitants de L'Isle-aux-Coudres renouent avec les techniques traditionnelles de pêche aux marsouins, soulève un trouble chez Matéo, un jeune homme affecté par l'absence de son père. Un désordre qui le pousse à se replier sur lui-même, à s'enfermer en lui-même.

«C'est une crise qui se passe en dedans. C'est comme si le cerveau prend la décision de régler quelque chose à l'interne, illustre Jean-François F. Lessard. Un peu comme Perrault dans le film qui se promenait sur l'île et qui faisait parler des gens, il y a en Matéo des personnages qui sont des transpositions de lui-même avec qui il dialogue.»

L'auteur et metteur en scène, qui compare sa pièce à «un genre de The Wall de Pink Floyd ou à The Lamb Lies Down on Broadway de Genesis», évoque un balancier entre des souvenirs concrets et des moments de «pure fantasmagorie». «On voit comment ça se passe en dedans de Matéo pour résoudre ce sentiment qu'il a d'être en train de passer à côté de quelque chose, note-t-il. C'est une oeuvre sur la confusion. Sur l'être contemporain qui essaie de trouver qui il est.»

Vous voulez y aller?

Quoi : Matéo et la suite du monde

Texte et mise en scène  : Jean-François F. Lessard

Interprètes : Mathieu Bérubé-Lemay, Frédérique Bradet, Julien Fiset-Fradet, Marie-Hélène Gendreau et Jack Robitaille

Quand : du 19 janvier au 13 février

Où : La Bordée

Billets : 25 $ à 35 $

Tél. : 418 694-9721

Infos : bordee.qc.ca

Un regard sur les limitations

Fondé il y a 20 ans, l'organisme Entr'actes offre une tribune à des artistes vivant avec des handicaps physiques ou intellectuels. Ses activités se divisent en deux pans : des ateliers de formation artistique (théâtre, danse, cinéma, improvisation) et des productions professionnelles misant sur la rencontre entre des artistes de métier et des participants s'étant démarqués dans les ateliers.

«La manière facile de le dire, c'est qu'on monte des projets artistiques avec des personnes qui ont des limitations fonctionnelles. Mais si on élargit, Entr'actes pose un regard sur la question des limitations auprès de tous», explique le directeur artistique de l'organisme, Jean-François F. Lessard.

Les acteurs Mathieu Bérubé-Lemay et Julien Fiset-Fradet, qui partagent les planches avec les pros Jack Robitaille, Marie-Hélène Gendreau et Frédérique Bradet dans Matéo et la suite du monde, évoluent respectivement au sein d'Entr'actes depuis 2010 et 2007.

«Comme la plupart des interprètes chez nous, ils ont un recul par rapport à leur handicap, note M. Lessard. On travaille avec des gens qui ont une autonomie. Nous, on focusse sur l'artiste. On peut les amener à se développer en tant qu'artistes parce qu'on n'est pas en train de travailler sur le handicap comme tel, bien qu'on doive s'y adapter.» 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer