Tu te souviendras de moi: mémoire d'une vie

Denis Bernard (à gauche), directeur artistique du Théâtre de... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Denis Bernard (à gauche), directeur artistique du Théâtre de la Manufacture, produit le spectacle Tu te souviendras de moi, dont le texte est signé par François Archambault.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'histoire avec un grand H et celle avec un petit se parlent dans Tu te souviendras de moi, qui traite de la perte de mémoire. La pièce, écrite par François Archambault, s'installe comme invitée au Théâtre La Bordée pour 12 représentations.

Tu te souviendras de moi arrive précédée d'une excellente réputation. Créée au Théâtre La Licorne à Montréal en 2014, elle a été reprise au printemps et à l'automne 2015. Elle a permis à son auteur de rafler le prix Michel-Tremblay en 2014 pour le meilleur texte dramatique. Et la performance de Guy Nadon dans le rôle principal a été encensée par les critiques.

L'histoire de Tu te souviendras de moi a une résonance toute personnelle pour François Archambault et Denis Bernard, directeur artistique du Théâtre de la Manufac-ture, qui produit le spectacle. Tous deux ont vu les ravages causés par l'Alzheimer. Le beau-père de Denis Bernard est décédé de cette maladie. Et le beau-père de François Archambault en est atteint.

C'est en côtoyant cet homme que François Archambault a eu l'idée de la pièce. Mais il souhaitait en faire plus qu'une simple histoire de famille. «Quand j'écris, j'aime que ce soit intime, mais que ça ait une portée sociale. Je voulais travailler sur les deux dimensions», explique celui qui nous a aussi donné La société des loisirs.

Professeur d'histoire à la retraite, Édouard est souvent invité par les médias pour ses analyses de la société. Mais, à son grand désarroi, il perd la mémoire. Sa rencontre avec Bérénice, jeune fille du nouveau conjoint de sa fille, lui fera revisiter sa propre histoire en faisant des liens avec des événements historiques du Québec comme le référendum de 1980.

Malgré son sujet tragique, la pièce est remplie de lumière et met le sourire aux lèvres, assure son auteur. «Le personnage principal n'est pas une victime, dit-il. Il est actif. Il a une drive. Ce n'est pas un perdant. Et il a de l'humour.»

Au grand écran

Il a fallu environ deux ans et demi pour mettre la pièce au monde. En résidence au Théâtre de la Manufacture, Archambault a pu tester son matériel sur d'autres auteurs et entendre son texte mis en bouche par des comédiens.

La pièce a été traduite en anglais et jouée à Calgary. «Pour moi [être joué en anglais], c'est du bonus, reconnaît Archambault. Quand j'écris, j'écris pour les gens d'ici. Je ne pense pas à ce que ça peut devenir après. C'est intéressant de voir les différences culturelles. La charge émotive n'est pas la même. C'est plus intellectuel.»

«Avec le personnage d'Édouard, on est dans l'équilibre parfait, croit Denis Bernard. C'est un intellectuel. Il a une rationalité dans son propos. Il analyse les choses. Et il nous parle de nous, du Québec. Le public est déstabilisé quand il sort de la salle. Il est atteint.»

Tu te souviendras de moi sera adaptée au grand écran. Le réalisateur Éric Tessier travaille actuellement sur le scénario, tandis que François Archambault s'occupe des dialogues. Aucun acteur n'a été confirmé, mais il serait étonnant de ne pas retrouver Guy Nadon dans le rôle d'Édouard.

À l'affiche

Titre : Tu te souviendras de moi

Texte : François Archambault

Mise en scène : Fernand Rainville

Interprètes : Guy Nadon, Emmanuelle Lussier Martinez, Marie-Hélène Thibault, Claude Despins et Johanne-Marie Tremblay

Résumé : Professeur d'histoire à la retraite, Édouard commence à perdre la mémoire. Mais il refuse de disparaître et juge qu'il a encore beaucoup de choses à dire. Puisque personne de son entourage ne semble en mesure de veiller sur lui, il est placé sous la garde de Bérénice, jeune fille du nouveau conjoint de sa fille. Cette rencontre amènera Édouard à revisiter un passage de son histoire personnelle qu'il avait choisi d'oublier.

Salle : La Bordée

Dates : du 24 novembre au 5 décembre

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer