Moby Dick, une entreprise démesurée

Moby Dick est un spectacle qui tient plus... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Moby Dick est un spectacle qui tient plus du show rock que de la pièce de théâtre «classique». Dans le rôle du capitaine Achab, Normand D'Amour (debout) y est fabuleux et intense.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CRITIQUE / L'entreprise était colossale, pour ne pas dire démesurée : transposer sur les planches le monumental Moby Dick de Melville. L'adaptation de Bryan Perro et de Dominic Champagne, qui signe aussi la mise en scène, réussit à recréer la folie et la haine de ce capitaine qui entraîne ses hommes dans les ténèbres, dans un spectacle qui tient plus du show rock que de la pièce de théâtre «classique».

Champagne s'est fait la main, il y a quelques années, avec L'Odyssée d'Homère. De toute évidence, le défi technique ne l'effrayait pas avec Moby Dick. Une gigantesque proue de navire, avec un écran au-dessus pour recréer la mer, occupe le centre de la scène. Avec, sur la droite, des musiciens et Frédérike Bédard, dont la voix magnifique évoque autant la majesté de l'océan que le souffle des baleines.

Sur le pont, une quinzaine d'acteurs et d'acrobates s'activent sur le navire maudit. Pour raconter leur aventure, le narrateur Ishmael (Steve Gagnon). Le jeune naïf et romantique s'embarque sur le Péquod en compagnie du harponneur Queequeg (savoureux Jean-François Casabonne), sous les ordres de Stubb (Sylvain Marcel) et sous l'oeil attentif du premier officier Starbuck (David Savard), un homme pieux.

Pendant plusieurs jours, ils vont naviguer sans voir leur capitaine. Achab (fabuleux et intense Normand D'Amour) a perdu sa jambe en combattant la mythique baleine blanche. Ishmael va vite comprendre qu'il ne cherche pas à remplir le navire d'huile «pour assurer la prospérité des actionnaires», comme le dit Starbuck, mais pour prendre sa revanche sur le monstre. «J'ai le sang noir comme la haine», profère le capitaine.

L'homme contre la nature

Achab s'avère l'archétype du combat de l'homme contre la nature, un individu blessé qui maudit Dieu pour ses malheurs. Une âme damnée, aveuglée par son obsession, qui a abdiqué son humanité. La pièce traite aussi des exils «dont on ne revient jamais».

Dans sa lecture de l'oeuvre, Dominic Champagne y voit un réquisitoire contre l'exploitation des ressources (l'huile de baleine était le combustible de choix avant l'exploitation du pétrole), mais il ne force pas le trait ni ne détourne le propos du classique de Melville. Quelques traits d'humour viennent alléger la tension de ce drame poignant.

Avec autant de bruit et de fureur sur scène, les acteurs sont amplifiés, ce qui enlève les nuances habituelles de la voix. De toute façon, le Moby Dick de Champagne ne mise pas sur la finesse, mais bien sur la démesure et l'excessif. Ce qui se traduit aussi par un jeu très physique. On y perd en subtilités et l'impact ressenti ne marque pas les esprits.

Le metteur en scène réussit toutefois, avec des idées toutes simples, à traduire le rude combat des marins sur l'eau : un baril, une planche et un peu d'eau projetée réussissent à reproduire les mouvements de l'océan. Impressionnant. Sang, sueur et eau salée mouillent d'abondance les planches, dans une représentation magnifiée par des éclairages qui évoquent Le radeau de la méduse de Géricault. 

Le naufrage d'Achab entraîne le spectateur dans la folie de l'homme, quand il est possédé par des démons qui lui font perdre toute raison. Comme celle mise en oeuvre dans les attentats terroristes de Paris, vendredi. L'équipe a tenu à rendre hommage aux victimes de la «barbarie» avec un moment de silence avant la représentation. Un moment rempli d'humanité.

Moby Dick était présentée une seule fois, lundi, à la salle Albert-Rousseau.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer