EMMAC Terre marine: plonger dans la vie

L'artiste multidisciplinaire Emmanuelle Calvé s'est impliquée à toutes... (Frédérick Duchesne)

Agrandir

L'artiste multidisciplinaire Emmanuelle Calvé s'est impliquée à toutes les étapes du projet : conception des marionnettes, chorégraphie, direction artistique.

Frédérick Duchesne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Au programme de la pièce EMMAC Terre marine, présentée aux Gros Becs, apparaissent les noms de Richard Desjardins aux textes et de Jorane à la musique. Nous voilà intrigués. Mais la pièce est avant tout l'oeuvre de l'artiste multidisciplinaire Emmanuelle Calvé qui s'y est donnée corps et âme.

Elle s'est impliquée à toutes les étapes : conception des marionnettes, chorégraphie, direction artistique. C'est que ce projet lui tenait particulièrement à coeur. En 2011, après certains évènements dans sa vie personnelle, elle devient tourmentée par l'idée de perdre ses êtres chers. Elle trouve du réconfort dans le conte inuit La femme squelette de Clarissa Pinkola Estès. «Le conte traite des cycles de la vie et de la mort, de comment la nature est un grand maître pour nous enseigner à nous, les humains, qu'après une mort, il y a une naissance», explique-t-elle.

«Pour moi, les contes ont beaucoup de remèdes, poursuit-elle. On peut parler à travers eux de grandes traversées, de grandes mues que toute l'humanité vit.»

Elle commence une recherche artistique, s'entoure de plusieurs collaborateurs et crée son propre conte inspiré de La femme squelette. EMMAC Terre marine raconte l'histoire d'une jeune fille plongée dans l'océan à la suite du décès de son père, qui est remontée à la surface plusieurs années plus tard par un pêcheur. La danse, les marionnettes et la musique s'intègrent à la trame narrative.

«Emmac, c'est ma terre, mon corps. Je vous invite sur ma terre», dit Mme Calvé. Les extraits du spectacle nous montrent une pièce poétique, axée sur la nature et les animaux. Ayant des racines algonquines éloignées - son père est né à Maniwaki -, Emmanuelle Calvé a toujours été proche de son environnement. «Je suis vraiment consciente de mon habitat, reconnaît-elle. C'est sûr qu'on fait beaucoup de liens avec mes racines parce que ça fait partie de leur culture et de leur spiritualité, mais je ne pense pas que ça ait un lien tant que ça. Il y a juste des gens qui vivent vraiment en relation avec l'environnement. Pour moi, c'est une inspiration très forte.»

Dès l'enfance, Emmanuelle Calvé avait les sens exacerbés. «J'étais très sensible, se rappelle-t-elle. Ce n'est pas pour rien que j'ai choisi la danse. C'était une façon pour moi de m'exprimer, qui m'équilibrait, qui me rendait bien. J'avais l'impression que j'avais un petit contact magique avec la lumière, l'espace, les gens, le toucher, mes sens.»

Au fil de ses recherches pour EMMAC Terre marine, Emmanuelle Calvé a justement voulu retourner à l'état de jeu enfantin et se défaire de toutes les contraintes auxquelles font face les adultes.

Collaborateurs de choix

C'est probablement cette innocence d'enfant, cette naïveté retrouvée qui lui a fait écrire une lettre à l'auteur-compositeur-interprète Richard Desjardins. «Je ne pensais jamais qu'il allait me répondre», admet-elle. Elle lui parle d'elle, de sa démarche artistique, de ses projets. Ils se rencontrent quelques fois et Richard Desjardins accepte d'écrire et de faire la narration des textes du spectacle. «Je crois que ça lui faisait plaisir de voir ses textes être dansés», glisse Emmanuelle Calvé. À Montréal, on pouvait le voir sur scène en chair et en os. À Québec, on devra se contenter de sa voix enregistrée sur une bande sonore.

Pendant la création du spectacle, Emmanuelle Calvé répète sur la musique du film La planète blanche, interprétée entre autres par Jorane. Un membre de l'équipe technique lui mentionne qu'elle connaît bien Jorane et qu'elle pourrait lui demander de faire la musique. «Je voulais la vibration de sa voix», explique Emmanuelle Calvé. Encore cette fois, la chance lui sourit.

Depuis sa création, EMMAC Terre marine, qui est destinée aux 10 ans et plus, fait son chemin. Après avoir été joué sur les scènes montréalaises, le spectacle a été présenté en octobre au Mexique traduit en espagnol. Il parcourra le Québec cet hiver lors de la tournée du ROSEQ. Emmanuelle Calvé aimerait bien aussi en faire un petit film d'animation. Et parallèlement, l'artiste a d'autres projets d'adaptation de conte, notamment en collaboration avec l'école Wahta' de Wendake. À suivre...

Qui est Emmanuelle Calvé?

Établie à Montréal, Emmanuelle Calvé fait d'abord des études en arts visuels avant de se diriger vers la danse contemporaine. Sa carrière d'interprète et de chorégraphe l'amène à travailler pour le Cirque du Soleil, Lucie Grégoire et Michael Montanaro. Depuis 2006, elle offre des ateliers de création aux jeunes dans les écoles et aux personnes âgées dans des centres d'hébergement, un filon qu'elle aimerait explorer davantage. Emmanuelle Calvé est aussi artiste peintre.   

=> Vous voulez y aller?

  • QuoiEMMAC Terre marine
  • Qui : Emmanuelle Calvé
  • Quand : mardi, mercredi et jeudi 9h30, et vendredi 19h30
  • : Théâtre Les Gros Becs
  • Billets : 19,25 $
  • Info : 418 522-7880

Partager

À lire aussi

  • <i>EMMAC Terre marine</i>: conte poétique

    Théâtre

    EMMAC Terre marine: conte poétique

    CRITIQUE / La danse, les marionnettes, la musique et les mots se combinent avec poésie dans EMMAC Terre marine. En résulte une oeuvre qui nous... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer