Trois nuits avec Madox à Premier Acte: remplir le vide

La pièce Trois nuits avec Madox, mise en... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

La pièce Trois nuits avec Madox, mise en scène par Guillaume Pepin, se déroule dans un bar et sera présentée... dans un bar, soit à L'Autre zone, sur la 3e Avenue dans Limoilou.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Pour son début de saison, Premier Acte nous sort de notre zone de confort en campant sa pièce au bar L'Autre zone, lieu tout indiqué pour les étranges protagonistes de Trois nuits avec Madox.

Cinq personnages se retrouvent dans un bar d'une région éloignée. Chacun d'entre eux prétend avoir passé les trois dernières nuits dans des endroits différents avec un certain Madox. Comment est-ce possible? Qui dit vrai? Qui invente des histoires pour donner un sens à sa vie? Une enquête est ouverte. Pendant ce temps, Madox est dans une chambre de la pension située au deuxième étage du bar. Tous attendent qu'il descende pour le questionner.

Trois nuits avec Madox, écrite en 1995, est l'oeuvre de l'auteur roumain Matéï Visniec, installé en France depuis plusieurs années. Influencé par Ionesco et Beckett, Visniec nous plonge dans le théâtre absurde. «Trois nuits avec Madox est vraiment influencée par Beckett, souligne le metteur en scène Guillaume Pepin. On pense à En attendant Godot. Madox, c'est Godot. Il représente le vide des personnages.»

Comme dans toute pièce absurde, on rit, mais pas toujours parce que c'est drôle. «L'absurde, ça peut être comique, mais à la base, ça montre le pathétisme de l'humain, les travers. C'est de l'humour cynique, très noir, note Guillaume Pepin. On voit que ces gens ne peuvent pas s'en sortir. Ils sont pris dans une cage. Ils sont faux les uns face aux autres même s'ils n'ont qu'eux-mêmes. Ils ne sont pas capables de communiquer.»

No man's land

Guillaume Pepin a eu un coup de coeur pour le dramaturge alors qu'il préparait les auditions d'une amie au Conservatoire d'art dramatique. «À la lecture d'un texte, il faut que ça vienne me chercher, explique le diplômé de la cohorte 2013. J'aime voir les failles, les faiblesses des personnages. J'aime que les personnages se dévoilent autant dans leur beauté que leur laideur. On les voit dans leur plus bas. Ils veulent se montrer sous un jour favorable, mais ça ne marche pas.»

L'action se déroulant dans un bar d'une région éloignée, sans époque définie, dans une sorte de «no man's land», Guillaume Pepin a décidé d'installer la pièce au deuxième étage du bar L'Autre zone de Limoilou.

Le lieu offrait déjà une bonne base avec sa scène et son bar, entre lesquels les personnages se déplacent. Ne restait qu'à habiller le tout pour donner l'ambiance et l'esthétisme voulus. Le steampunk, aussi connu sous le nom de «rétrofuturime», a été choisi. «Les engrenages, les cadres de bois, les chaînes de métal donnent une étrangeté à tout ça», décrit le metteur en scène.

La pièce a eu tant de succès à sa première présentation par le collectif La Trâlée en 2014 qu'elle s'inscrit cette année dans la programmation de Premier Acte. Le texte a été réaménagé pour supprimer les expressions un peu trop franchouillardes, ce qui ajoute une vérité au propos croit Guillaume Pepin.

Un autre court texte de Visniec, Le deuxième tilleul à gauche, sera joué en première partie.

À l'affiche

Titre : Trois nuits avec Madox

Mise en scène : Guillaume Pepin

Texte : Matéï Visniec

Interprétation : Nicola Boulanger, Paul Fruteau De laclos, Nadia Girard, Amélie Laprise, Jocelyn Paré, Guillaume Pelletier, Catherine Simard

Salle : bar L'Autre Zone (1096, 3e Avenue)

Dates : du 29 septembre au 10 octobre

Synopsis : Un bar en bordure de mer. Le tenancier, Bruno, reçoit la visite de Grubi, le gardien du phare. Les deux hommes discutent de la pluie et du mauvais temps, puis en viennent à parler de l'étranger qui réside à la pension de Bruno, juste au-dessus du bar. Grubi raconte la nuit qu'il a passée dans son phare à jouer aux dés avec l'homme. Mais voici que Bruno soutient lui aussi avoir passé la nuit à jouer aux dards avec le même individu. Se joignent à eux Clara la prostituée, César le chauffeur de taxi et Njiami le balayeur de rue, tous jurant avoir passé les trois dernières nuits avec le même homme.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer