L'éveil au Théâtre Périscope: la vie, la vie

Amis depuis plus de 25 ans, la metteure... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Amis depuis plus de 25 ans, la metteure en scène Marie-Josée Bastien et le chorégraphe Harold Rhéaume ont à nouveau mis leur talent en commun pour la pièce L'éveil.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Ils sont amis depuis plus de 25 ans. Le chorégraphe Harold Rhéaume et la comédienne et metteure en scène Marie-Josée Bastien aiment mettre leur talent en commun en gardant en tête leur principal moteur de création : l'humain. De cette fusion entre leurs deux imaginaires, entre la danse et le théâtre, est née L'éveil, au Périscope dès mardi.

Alors qu'ils sont étudiants, ils auditionnent pour entrer au Conservatoire d'art dramatique. Marie-Josée Bastien est retenue. Harold Rhéaume est le 13e sur la liste, ils en prennent 12. Il se dirige alors vers la danse et devient petit à petit chorégraphe. Elle fait son chemin en théâtre. En 2000, lorsqu'Harold Rhéaume revient dans la capitale après des séjours à Ottawa et à Montréal, ils reprennent contact. 

Marie-Josée Bastien fait souvent appel à lui pour ajouter du mouvement à ses créations théâtrales. L'an dernier, ils conçoivent ensemble une oeuvre pour les étudiants du Conservatoire d'art dramatique. 

Puis, germe l'idée d'une pièce où la danse plutôt que le théâtre serait le point de départ. Ils ont envie de «renverser la machine» comme le dit Marie-Josée Bastien. Le projet de L'éveil venait de naître.

Véritable travail de collaboration entre les compagnies Le fils d'Adrien danse d'Harold Rhéaume et Les Enfants terribles de Marie-Josée Bastien, la pièce conçue pour les 13 ans et plus est librement inspirée de L'éveil du printemps, écrite en 1881 par le dramaturge allemand Frank Wedekind. «Je trouvais cette pièce particulière, dit Marie-Josée Bastien. Elle ne ressemble à rien de cette époque-là. Elle aborde des thèmes osés, qui ouvraient des portes aux jeunes.» L'avortement et l'homosexualité sont évoqués, par exemple.

Seuls les thèmes de l'oeuvre du 19siècle sont restés dans L'éveil, dont le texte est cosigné par Marie-Josée Bastien et Steve Gagnon. «On a gardé l'idée de l'éveil. Qu'est-ce qui nous garde passionnés même rendus adultes? Parce que c'est un spectacle pour tous les âges. On parle de la vie en général», dit la femme de théâtre.

L'amour, la liberté, l'affirmation de soi, la curiosité et la découverte peuvent trouver écho chez les adultes, autant que chez les adolescents, pensent les deux créateurs. «Avec l'âge, on perd parfois notre feu intérieur. On a un petit "pilote", mais la flamme comme telle n'est plus allumée», fait remarquer Harold Rhéaume. «Ce que j'aime de l'adolescence, c'est la découverte, la curiosité, tout est encore possible. Je crois que comme adulte, il ne faut jamais perdre ça», renchérit Marie-Josée Bastien.

Tantôt joués, tantôt dansés

Sans réelle chronologie, les tableaux s'enchaînent dans L'éveil, tantôt joués, tantôt dansés, ou les deux à la fois. «Ce sont comme des cartes postales, ayant chacune sa couleur. Ce sont des impressions, des pulsions», explique Marie-Josée Bastien. La communion entre la danse et le théâtre s'est aussi faufilée dans le choix des interprètes. Trois danseurs et trois comédiens incarnent les rôles et doivent aussi bien jouer que danser. 

La première mouture de L'éveil a été présentée à Montréal l'an dernier lors du festival de théâtre jeunesse Coup de théâtre et les gens de Québec ont pu assister à une répétition publique lors du Carrefour de théâtre 2014. Beaucoup d'ajustements ont été faits depuis. «Laisser mûrir un spectacle, c'est un luxe», admet Harold Rhéaume. Après ses 10 représentations au Périscope, la pièce partira en tournée en France. 

Individuellement, les deux acolytes ont 1001 projets. Harold Rhéaume travaille notamment à l'élaboration de la Maison de la danse qui verra le jour en septembre 2016. Marie-Josée Bastien fait partie de la distribution du Dieu du carnage au Trident et sera de celle de Fendre les lacs de Steve Gagnon au Périscope en avril. 

Pour le moment, ils n'ont aucun autre projet ensemble, réalisent-ils à leur grand regret pendant l'entrevue. Mais à voir leur complicité et leur plaisir partagé, il serait bien étonnant de ne pas retrouver leurs deux noms dans un programme de spectacle.

***

À l'affiche

Titre : L'éveil

Mise en scène : Marie-Josée Bastien

Chorégraphie : Harold Rhéaume

Textes : Marie-Josée Bastien et Steve Gagnon

Interprétation : Jean-François Duke, Gabriel Fournier, Odile-Amélie Peters, André Robillard, Claudiane Ruelland, Ariane Voineau

Salle : Théâtre Périscope

Dates : du 29 septembre au 10 octobre

Synopsis : Une aire gazonnée, 3 garçons, 3 filles. Ensemble, ils vont refaire le monde, comme on pense être capable de le faire lorsque l'on est adolescent. Célébration de la vie et de ses aléas, L'éveil est une ode à l'adolescence, mais aussi à l'âge adulte, à celui ou celle que nous sommes devenus à travers les grandes émotions des premières fois et de la rencontre de soi-même et des autres.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer