Le dieu du carnage au Trident: faire craquer le vernis

Le metteur en scène Michel Nadeau... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Le metteur en scène Michel Nadeau

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le Théâtre du Trident amorce sa saison avec la comédie vitriolique Le dieu du carnage. Comme prémisse : deux petits garçons se bataillent dans la cour d'école. La rencontre des parents dans l'espoir de régler le conflit de leur progéniture donnera lieu à des situations pour le moins inattendues.

Parce que sous les apparences lisses de la bienséance, les quatre protagonistes cachent des failles. Ces failles ressortent au fur et à mesure que la pièce avance. D'abord polis, les deux couples en viennent à se crêper le chignon, le vin aidant.

Le petit Ferdinand a cassé les deux incisives de Bruno lors d'une bagarre à l'école. Leurs parents, qui ne se connaissaient pas, se retrouvent dans un salon pour ramener la paix, mais surtout pour trouver le coupable. Entre les sonneries incessantes du cellulaire d'Alain et les discours sur les droits de l'homme de Véronique, la soirée s'envenime, des flèches sont lancées. Des alliances se font et se défont entre les femmes, entre les hommes, entre les couples. À travers tous ces imbroglios, la nature humaine fait son chemin avec ce qu'elle a de plus beau et laid à montrer.

«Cet événement met au jour tout ce qu'il y a de non-dits ou tout ce qui n'est pas réglé entre les personnes», raconte le metteur en scène Michel Nadeau. «Ce qu'on comprend, c'est que le fait que les petits garçons se soient tapés dessus est un épiphénomène qui cache autre chose, le climat familial par exemple. [...] Le vernis de la bienséance, de la politesse, de la culture et de la civilisation craque.»

L'auteure française Yasmina Reza est partie d'un fait anodin pour parler plus largement de la violence. «À un bout du spectre, on a les deux petits gars qui se tapent sur la gueule dans le parc et à l'autre bout du spectre on a le Darfour, explique Michel Nadeau. [...] Elle traite d'un enjeu social. Parce que le dieu du carnage, c'est celui qui peut être à l'oeuvre dans une guerre, mais aussi quand deux petits garçons se bousculent.» Les dénonciations de Reza parviennent à s'immiscer sans lourdeur dans le récit, sous le couvert du rire.

Huis clos énergique

La pièce, une coproduction du Théâtre Niveau Parking et du Théâtre du Trident, repose essentiellement sur le jeu des acteurs Marie-Josée Bastien, Hugues Frenette, Jonathan Gagnon et Veronika Makdissi-Warren. Le décor est simple et la majorité de l'action se passe autour d'un divan et d'une table de salon. Le défi pour le metteur en scène était d'ailleurs de rendre dynamique cet espace fermé sans pour autant créer des déplacements irréalistes.

Celui pour les acteurs était de se mettre en bouche le texte de Yasmina Reza, de trouver le bon ton et le niveau de langage approprié de ces gens qu'on devine au-dessus de la classe moyenne. Les répliques sont courtes, mordantes. «Yasmina Reza porte un regard très critique sur les êtres humains en général, fait remarquer Michel Nadeau. Elle fait un portrait cru, pas enrobé par de la compassion.»

Au final, la vie des quatre parents aura été transformée par l'événement. «On sent que pour ces deux couples-là, il y aura eu avant cette rencontre-là et après.»

À l'affiche

  • Titre: Le Dieu du carnage
  • Mise en scène: Michel Nadeau
  • Texte: Yasmina Reza
  • Interprétation: Marie-Josée Bastien, Hugues Frenette, Jonathan Gagnon, Véronika Makdissi-Warren
  • Salle: Octave-Crémazie du Grand Théâtre
  • Dates: du 15 septembre au 10 octobre
  • Synopsis: Bruno et Ferdinand se sont bagarrés à la sortie de l'école. Ferdinand a cassé les deux incisives de Bruno. Les parents des deux enfants se retrouvent donc pour régler ce conflit de manière civilisée.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer